21 septembre 2013

Les éruptions en cours au Kamchatka

Voilà déjà quelques temps que je n'ai rien écrit concernant les éruptions qui se poursuivent sur ce territoire extrême-oriental Russe.

Klyuchevskoy, 4835 m

On commence par le point culminant du Kamchatka, dont l'éruption a débuté le 15 août dernier. Elle se poursuit sans grands changements, continuant d'alimenter une activité strombolienne dans le cratère sommital, et des coulées de lave essentiellement sur le versant ouest. Bien qu'une seule d'entre elles soit visible sur les webcams, les bulletins du KVERT utilisent un pluriel qui implique qu'il y a au moins deux coulées actives actuellement.

Activité strombolienne sur le volcan Klyuchevskoy, 21 septembre 2013
Le volcan et son activité vus ce matin par l'une des webcams du KVERT. Image : KVERT
Le niveau d'alerte aviation reste à l'orange.

Kizimen, 2376 m

Les images produites par la webcam placée au nord du volcan continuent de montrer un dégazage relativement important, produit au niveau du dôme sommital. Depuis quelques jours toutefois l'activité semble s'être largement atténuée et cela se constate de deux façons sur les images de la webcam:
- l'absence ,ou au moins la très faible fréquence, d'avalanches de blocs. Cela signifie que le dôme n'est plus instable, donc plus en croissance, pour le moment.
- l'absence d'incandescence au niveau du dôme actif sur les images de nuit.

le volcan Kizimen, 21 septembre 2013
Le volcan Kizimen en fin de journée (au Kamchatka bin sûr).
Difficile de dire à quoi cette phase de calme est dûe. Généralement cela peut aussi bien signifier:
1- que le magma est maintenant trop dégazé pour pouvoir continuer de sortir du conduit, ce qui voudrait dire que l'activité ne reprendrait qu'en cas de réalimentation par un magma neuf, plus riche en gaz.
2- Ou au contraire marquer le blocage du système. On pourrait alors s'attendre à une activité explosive accrue en cas de suppression dans un délai court (jour, peut-être semaines).

La première hypothèse semble plus cohérente (ce qui ne signifie pas qu'elle est bonne) dans ce cas de figure. La présence de l'aiguille de lave implique que le magma émis est plus visqueux et/ou émis avec moins de débit depuis quelques mois.  La hausse progressive de la viscosité pouvant, au moins partiellement, par ailleurs s'expliquer par la diminution de la quantité de gaz dissouts. A titre d'exemple un magma andésitique à 1150°C qui contient 3% d'eau dissoute est 10 fois plus fluide que le même magma dépourvu d'eau. La présence de l'aiguille, qui est un signe fort d'une viscosité élevée, pourrait aussi bien être le symptôme que la quantité de gaz, moteur des éruptions volcaniques, est épuisé.

Nous verrons dans les quelques jours ou semaines qui viennent quel est le comportement de l'édifice. Mais en attendant le niveau d'alerte volcanique reste à l'orange.


L'édifice est resté bien actif depuis mon précédent post à son sujet. L'activité explosive sur le sommet du dôme actif est toujours présente et génère quotidiennement plusieurs panaches de cendres. La plupart d'entre eux sont de très petite taille et se dissipent rapidement. D'autres sont plus imposants et parcourent plusieurs dizaines de kilomètres avant de se dissiper. 

Panache de cendres sur le volcan Shiveluch, 21 septembre 2013
Activité explosive sur le dôme actif le 21 septembre. Image : KVERT
 
Mais ces explosions ne constituent pas le seul phénomène de l'éruption en cours. Une extrusion de lave se maintient sur le volcan. Elle ne créé pas un dôme au sens strict du terme mais plutôt une coulée visqueuse qui est extrudée par le sommet du dôme actif et progresse très lentement sur son versant ouest sud-ouest.
Sa présence se manifeste de deux manières.
1- La plus directement visible sont les nombreuses avalanches de blocs liés sa progression sur une forte pente, qui la rend instable. Elles sont faciles à repérer la nuit , lorsque les morceaux de lave se détachent et font momentanément apparaitre l'intérieur de la coulée, incandescente. Lorsque les effondrements sont plus volumineux, les simples avalanches (quelques blocs qui roulent) deviennent de véritables écoulements pyroclastiques qui parcourent une distance plus importante.


Avalanches de blocs sur le volcan Shiveluch, 21 septembre 2013
Avalanche de blocs, vue de nuit. On les voient ici de chaque côté de la coulée. Image : KVERT

Ecoulement pyroclastique sur le volcan Shiveluch, 21 septembre 2013
Ecoulement pyroclastique de taille modete lié à l'instabilité de la coulée. Image : KVERT

2- on peut constater la progression de cette coulée en comparant des images prises à différents moments. Sur la composition ci-dessous je met côte à côte une image faite le 1er juillet 2013 avec un autre prise ce matin par la même webcam. Sur l'image faite ce matin (à gauche) j'ai reporté le profile du dôme tel qu'il était le 1er juillet (à droite), ce qui permet de visualiser le volume de lave ajouté par la coulée entre les deux dates. On voit aussi nettement que son front est arrivé en bas du dôme et bute maintenant contre la paroi qui s'élève juste en face.

Evolution de la coulée du volcan Shiveluch, 21 septembre 2013
Comparaison de la morphologie du dôme entre le 01 juillet et le 21 septembre. Images : KVERT
Les bulletins du KVERT indiquent systématiquement que la coulée progresse sur le flanc nord du dôme actif. Il est possible qu'une autre coulée se mette en place sur le flanc nord, et qu'elle soit invisible à la webcam (qui est au sud). Il est cependant étonnant que la coulée visible ici, qui se trouve sur le flanc ouest du dôme actif ne soit pas mentionnée, car elle est très active.

Le niveau d'alerte aviation reste bien sur à l'orange.

Source : KVERT



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire