20 septembre 2013

Sinabung: l'activité en pause, pas les soucis

Alors que l'édifice n'a plus émis de cendres depuis le 17 septembre, et ne libère qu'un panache de gaz, les évacuations dans les villages alentours se sont poursuivies.
Salon l'AFP, près de 15300 personnes ont dores et déjà quitté leurs habitations pour se répartir dans 16 zones refuges installées principalement dans deux villes: Berastagi (13 km à l'est-nord-est) et Kabanjahe (15 km à l'est sud-est).

Villes refuges autour du volcan Sinabung
Localisation des villes-refuges autour du Sinabung. Image : Google Earth
En journée les hommes, en général, retournent s'occuper de leurs cultures ou élevages, puis reviennent le soir dans les zones refuge pour limiter les risques liés à une reprise d'activité, à l'exposition aux cendres ou aux gaz volcaniques, toxiques à haute dose. Mais le corps médical a déjà recensé au moins  250 cas de personnes souffrant de pathologies respiratoires ou oculaires liés à la présence des cendres.
D'autres soins ont été prodigués à des personnes accidentées lors des évacuations, sans qu'il soit précisé de quels types d'accidents il s'agit.


Le volcan Sinabung, 20 septembre 2013
Le Sinabung et son panache de dégazage ce matin. Image: VSI

Bien que la situation éruptive soit pour le moment revenue vers le calme, la situation des personnes évacuées reste donc difficile.

Sources : VSI; AFP

Aucun commentaire:

Publier un commentaire