15 mars 2017

Nouvelle phase paroxysmale sur le volcan Etna (mis à jour 21 mars x2)

C'est une situation à laquelle on pouvait s'attendre, suite à l'évolution récente de l'activité éruptive sur le Cône Sud-Est, mais un nouveau pic d'activité a débuté aujourd'hui sur l'Etna, et se poursuit au moment de la publication de ce post.

A la lecture des images de la webcam la mieux placée, gérée par Radiostudio7, on peut constater qu'en toute fin de nuit l'activité strombolienne qui animait l'évent central du Cône Sud-Est a commencé à s'accentuer: explosions plus fréquentes et plus fortes. C'est vers 08h45 ou 08h50 (heure locale) que le changement de dynamique s'est manifesté de manière concrète avec la formation d'une fontaine de lave, au départ de petite dimension, mais qui grandit assez rapidement pour atteindre sa hauteur de croisière, difficile à estimer mais qui doit avoisiner les 250-300m (ordre de grandeur).

Une petite fontaine de lave est présente un peu avant 09h00. image: Radiostudio7

Peu après, vers 08h50 on peut voir une sorte d'"éboulement" marqué par un poussière marron, qui part du sommet de l'évent central du Cône Sud-Est et descend en direction du sud: il s'agit semble-t-il de l'ouverture de la zone d'où une coulée commencé à suinter. Cette dernière est parvenue à la base du Cône Sud-Est vers 10h00 du matin environ et, tout au long de la journée, s'est progressivement étalée en recouvrant la coulée de l'éruption précédente. La visibilité à été gâchée par les nuages mais, ce soir, le spectacle est superbe!

Ajouter une légende

Il est intéressant de noter que sur les images produites par la webcam thermique gérée par l'INGV et installée sur la Montagnola, on voit clairement la montée en température, à partir de 06h00 du matin environ (heure locale) de la zone où la lave va émerger un peu plus tard sous forme de coulée.

La zone d'où va émerger la coulée monte en température avant l'arrivée de la lave. Image: INGV

Cette activité reste, pour l'heure, plutôt habituelle dans son déroulement, mais constitue un spectacle magnifique, dont je ne me lasse personnellement pas!

La fontaine de lave et la coulée associé en progression, en direction du sud. Images: Radiostudio7; gif animé: Culture Volcan

Mise à jour, 16 mars, 07h11

L'activité paroxysmale se poursuit toujours ce matin et a légèrement évolué au cours de la nuit. Pas grand chose mais, pendant que la fontaine de lave et la coulée continuaient d'être alimentées, une nouvelle coulée a commencer à se former à partir quelques minutes avant minuit, et a progressé relativement lentement en direction de l'est et de la Valle del Bove, qui n'a toutefois pas encore été atteinte Ce changement de direction par rapport à la première coulée s'explique par la présence au pied du Cône Sud-Est des cônes formés lors de l'éruption de 2002-2003, qui ont fait obstacle. La source de cette coulée se localise plutôt vers la base du Cône Sud-Est.

L'activité sur l'évent central du Cône Sud-Est, et les deux coulées vues depuis la Montagnola. Image: Radiostudio7

L'autre petit changement est l’apparition en fin de nuit semble-t-il (pas sûr) d'une activité explosive sur l'évent est du Cône Sud-Est (celui qu'on appelait "Nouveau Cône Sud-Est"). Les explosions sont très différentes: peu fréquentes, elles génèrent des bouffées de cendres, accompagnées de blocs et bombes. Cette activité ressemble à du débourrage et ne présage pas forcément d'une activité plus soutenue au niveau de cet évent Est.

L'activité explosive sur l'évent est génère quelques cendres mais aussi blocs et bombes. Images: Radiostudio7 (gauche)/OMNM (droite)

Mise à jour, 16 mars, 21h46

L'activité éruptive est restée intense tout au long de la journée malgré une baisse progressive, mais par à-coups du trémor. Elle est restée mixte (explosive-effusive) mais la phase explosive a changé de style. Sur les images des webcams, on peut noter dès le levé du jour (mais ça à pu commencer un peu avant) que l'activité sur l'évent central se manifeste par une alternance de phases d'activité strombolienne classique et d'émissions de cendres en plus ou moins grande quantité. Mais c'est seulement à partir de 14h30 environ que l'activité bascule dans une dynamique plus explosive avec la mise en place et le maintient tout au long de l'après-midi et jusqu'à la nuit tombée (et peut-être encore en ce moment mais c'est difficile d'être sur en pleine nuit) d'un important panache de cendres, emporté en direction du sud-ouest, au-dessus d'Adrano à priori.

Le panache de cendres vu depuis Bronte, à l'ouest de l'édifice. Image: Nicola Zappala
Pendant ce temps la première coulée a totalement cessé d'être alimenté au profit de la seconde, dont le front est descendu en-dessous de l'altitude 2700 m, traversant la zone utilisée normalement par les bus 4x4 pour rejoindre la partie amont des cônes de l'éruption de 2002-2003. Le front de cette coulée est proche du rempart de la Valle del Bove, non loin d'une zone où une partie des coulées de 2001 avaient réussit à s'y déverser.
Une image satellite prise aujourd'hui par SENTINEL 2 permet de voir cette scène dans sa globalité et permet de constater que la seconde coulée prend bien naissance à la base du versant sud du Cône Sud-Est, pile sous l'évent central. Elle permet aussi d'en estimer les dimensions: 1400 m de long pour 260 m de large environ dans sa plus large portion (le front de la coulée est plus étroit avec une trentaine de mètres de large).

L'activité éruptive en cours vue par satellite. Image: données SENTINEL 2 - ESA/Copernicus; composition-annotations: Culture Volcan
A noter un événement très important, qui permet de mesurer le risque qu'il y a d'aller observer une activité éruptive (même effusive) qui se déroule sur de la neige ou de la glace. Les explosions phréatomagmatiques qui peuvent se produire lorsque de la neige fond sous une coulée constitue un danger imprévisible pour tout observateur, car si de l'eau liquide se forme d'abords, elle s'évapore en partie. Or si la poche de vapeur ainsi constitué ne parvient pas à s'échapper, elle fait littéralement sauter la coulée.
Des touristes dont une équipe de la BBC en ont fait l'expérience aujourd'hui et, par chance, seuls quelques légères blessures sont à déplorer, mais le bilan aurait pu être lourd.



Mise à jour 17 mars,  07h10

L'activité se poursuit et reste très intense et, conjointement, le trémor s'est stabilisé en cours de nuit et a même tendance à remonter depuis la fin de nuit. Pendant la phase d'émissions de cendres la fontaine semble avoir totalement disparu, mais elle a fait son retour d'un coup à partir de 22h57 (heure locale): le changement de dynamique entre fontaine/émission de cendres a été aussi brusque dans un sens (hier après-midi) que dans l'autre (cette nuit vers 23h) ce qui est particulièrement intéressant, car cela pose la question des mécanismes à l’œuvre dans ces changements extrêmement rapides.

Changement rapide de dynamique éruptive sur l'évent central du Cône Sud-Est. Images: Radiostudio7
 
L'autre événement de la nuit, dont je parlais dans la mise à jour d'hier soir, est l'entrée de la coulée dans la Valle del Bove. Cela s'est produit une première fois avec le front de cette coulée, qui a commencé à se déverser dans l'impressionnant amphithéatre à partir de 23h48 à proximité d'une impressionnant Pit Crater appelé Cisternazza. Les premières minutes de cette arrivée se sont traduites par la mise en place d'abondantes avalanches de blocs alimentées par l'émiettement de la coulée, très instable dans la pente extrêmement forte (mes jambes en gardent un joyeux souvenir). Puis le corps de la coulée a commencé à se déverser et, depuis, elle ne cesse de s'allonger, juste au sud d'une crête rocheuse appelée Sierra Giannicola Grande. Quelques temps plus tard, vers 01h57 du matin (heure locale), une seconde zone de la coulée située plus en amont à commencer elle-aussi à se déverser dans la Valle del Bove. Ce second point d'entrée se localise dans le secteur du Belvedere, un petit promontoire de lave sur lequel du matériel de surveillance était installé il y a quelques années. Seules des avalanches se produisent à cet endroit.

Mise en place de la coulée dans la Valle del Bove. Images: Protection Civile de Giarre

Mise à jour 18 mars, 05h29

La situation reste, depuis hier matin, globalement stable. L'activité explosive sommitale se poursuit et continue de se manifester avant tout par  une activité strombolienne très intense, marquée par le maintient (plus ou moins stable d'ailleurs) de la  fontaine de lave sur l'évent central du Cône Sud-Est. Toutefois cette activité reste marquée par de rare mais importantes phases où l'activité de fontaine semble laisser place à l'émission d'abondantes quantités de cendres qui forment alors un panache sombre, très chargé en particules. Ce fut le cas au soir du 17 mars à partir de  17h00 (heure locale) environ, avec une phase qui semble n'avoir pris fin que vers 18h30 (heure locale).

Phase d'émission de cendres au soir du 17 mars vue depuis Bronte, à l'ouest de l'édifice. Image: Nicola Zappala

Du côté de l'effusion maintenant, pas grand chose d'inattendu pour le moment. Tout d'abords il ne semble pas y avoir eu d'autre explosion phréatomagmatique importante sur le champ de lave en cours de mise en place, même si l'on peu voir de temps à autres (très rare) des bouffées blanches, composées essentiellement de "vapeur" d'eau sur le rempart de la Valle del Bove. Le front de coulée le plus au sud continue de descendre dans cette dernière le long de la Sierra Giannicola Grande et, plus au nord, on peut noter que deux débordements, côte à côte, sont aussi en cours non loin du Belvedere, ce qui porte à trois le nombre actuel de points d'entrée de la coulée dans l'immense amphitéatre.

L'activité actuelle vue dans sa globalité depuis la zone de Mascali-Fiumefreddo, avec les trois points d'entrée de la coulée dans la Valle del Bove. Image: Radiostudio7

Mise à jour, 18 mars , 20h32

L'activité se poursuit mais en cours de journée deux événements que l'on pourrait considérer à priori comme antagonistes:

- en premier lieu l'arrêt de l'activité explosive au sommet de l'évent central du Cône Sud-Est. Cela s'est produit en fin de matinée après une belle phase d'émissions de cendres qui était en cours au levé du jour et s'est terminée juste avant 11h15 (heure locale). Cette séquence s'est clôturée en beauté avec l'émission d'un rond de fumée absolument magnifique!

Émission de cendres assez soutenue en cours de matinée le 18 mars. Image: Radiostudio7

Fin de l'activité explosive, marquée par l'émission d'au moins un rond de fumée. Image: Radiostudio7

Pour l'heure, aucune activité explosive n'est encore revenue sur cet évent mais par contre la coulée de lave continue d'être bien alimentée et s'écoule dans la Valle del Bove, au niveau des points d'entrée 1 et 2, le 3 s'étant arrêté en cours de journée visiblement.


- ensuite la mise en place d’écoulements pyroclastiques produits par la coulée elle-même. Ce type d'événement s'est produit à deux reprises, entre 15h40 et 16h145 environ (heures locales) d'abords, puis aux dernières lueurs du jour ensuite, entre 18h40 et 19h10 environ (heures locales). Dans les deux cas la séquence de formation de ces écoulements a donc duré environ une demie-heure. Une différence toutefois: lors de la première séquence, au moins deux phases d'écoulements pyroclastiques se sont produites, mais il n'y en a eu qu'une seule à priori lors de la seconde.

Séquence d'effondrements de la coulée et formation d'écoulements pyroclastiques en milieu d'après-midi. Images: Radiostudio 7

Séquence d'effondrements de la coulée et formation d'écoulements pyroclastiques en toute fin de journée. Images: Radiostudio 7

Cette instabilité chronique de la coulée pourrait s'expliquer d'abords par la forte pente de la Valle del Bove. Toutefois le fait que les coulées aient d'abords parcouru une certaine distance dans la paroi avant que cela ne se produise suggère qu'il y a peut-être une autre raison, couplée à la forte pente. La présence d'une couche de neige par exemple pourrait être une possibilité. En effet si la lave avance sur un dépôt de glace/neige, celui-ci fond ce qui a deux conséquences:
* l'eau de fonte s'écoule en aval en creusant des chenaux sous la glace. Lorsque la coulée arrive sur cette zone fragilisée, la couche de neige/glace peut céder, et rendre brusquement instable la coulée de lave qui se trouve à sa surface.
* par ailleurs des interactions entre lave et neige sont susceptibles de déstabiliser la coulée.

Pour mémoire j'avais donné quelques clés sur ces interactions lave-neige suite àl'éruption de Bristol Island l'an dernier.

Le rôle de la couche de neige est d'autant plus plausible (même s'il reste concrètement à comprendre quel fut son rôle précisément) que sur les images d'autre autre webcam un peut clairement la présence d'énormes masses de "vapeur" d'eau s'élever avec les cendres.

La masse blanche au milieu des cendres de l'écoulement pyroclastique en formation indique la présence d'eau, en provenance de la couche de neige/glace très probablement. Mais cette neige a-t-elle joué un rôle? Et si oui lequel? Image: Radiostudio 7

Pour l'heure le trémor, dont le tracé était chaotique depuis le 16 mars s'est stabilisé: il est produit actuellement par l'effusion en cours.


Mise à jour 19 mars, 07h42

Au cours de la nuit l'activité es reste tout à fait stable, sans autre événement particulier par rapport à hier soir. La lave continue de s'écouler dans la Valle del Bove, le Cône Sud-Est reste sans activité explosive, et une incandescence plus ou moins intense est émise par la Voragine, suggérant qu'une activité s'y maintient sans que l'on puisse dire exactement ce qu'il s'y passe.
Un volcanophile Hongrois, Alex Bogàr que je remercie, m'a aussi pointé du doigts une séquence de deux écoulements pyroclastiques que j'ai raté, et qui se sont produits au matin du 17 mars, peu de temps après que la lave a commencé à descendre dans la Valle del Bove. Elle démarre peu avant 1h du matin, pour se terminer environ 50 minutes plus tard.

Séquence de deux écoulements pyroclastiques au milieu de la nuit du 16 au 17 mars. Images: Radiostudio7
Je n'en ais relevé aucune autre jusqu'à celle du 18 mars, ce qui suggère que ces écoulements ont pour moteur principal la très forte pente de la Valle del Bove. On voit tout de même, au front du premier écoulement, une masse très claire, chargée de "vapeur" d'eau. Le fait qu'elle semble se localiser uniquement au front de l'écoulement indique que cette vapeur n'a pas de rôle déclencheur, mais se forme au moment où l'écoulement passe sur la couche de neige.

Le trémor reste plutôt stable, mais avec une très légère tendance à une baisse progressive.

Mise à jour 20 mars, 08h39

L'activité éruptive continue, et reste actuellement essentiellement effusive pour la partie que l'on peut observer (on ne sait toujours pas ce qu'il se passe précisément au fond de la Voragine). Le trémor continue de diminuer lentement mais en surface l'activité reste soutenue. La coulée est alimentée avec un bon débit et les 2 principaux points d'écoulement dans la Valle del Bove restent présents ce matin, bien que le n°1 soit largement le plus pourvu en lave.
On peut noter toutefois qu'une activité explosive strombolienne, faible et de courte durée, s'est produite en début de nuit sur l'évent central du Cône Sud-Est.

Courte phase d'activité strombolienne sur l'évent central. Image: Radiostudio7

Mise à jour 21 mars, 07h20

Depuis la précédente mise à jour le trémor n'a connu qu'un épisode de brusque baisse, vers minuit dans la nuit du 19 au 20 mars, et reste parfaitement stable depuis bien qu'il soit maintenant assez faible.
En surface l'ambiance est globalement plus tranquille mais pour autant loin d'être inertes.
Tout d'abord au cours de la nuit du 19 au 20 mars on pouvait noter que l'activité effusive avait subit une brusque baisse (probablement en lien avec celle du trémor) avec une quasi disparition de l’incandescence au niveau de la source, au pied du Cône Sud-Est. Les webcams située plus loin et montrant la Valle del Bove ont confirmé la baisse de débit, et permis de constater que l'effusion s'est poursuivie jusqu'à aujourd’hui malgré tout, même si la coulée dans la Valle del Bove est actuellement très très peu alimentée.

Baisse de l 'effusion au cours de la nuit du 19 au 20 mars. Images: Radiostudio7

Au cour de la journée du 20 mars plusieurs choses se sont produites:
- tout d'abord le Cône Sud-Est a de recommencé d'être le siège d'une activité explosive à partir du milieu de journée. Les cendres, lappilis et bombes étaient projetés fréquemment mais avec peu de force et le tout ressemblait à une sorte de débourrage.

Émission de cendres sur le Cône Sud-Est (é"vent central). Image: Radiostudio7
- ensuite, ce débourrage était peut-être en lien avec une légère remontée de la colonne de magma dans le Cône Sud-Est car encours d'après-midi la source de l'effusion a recommencé à délivrer de la lave,et une nouvelle coulée (la n°3) a commencé à progresser par dessus la n°2. Elle a progressé toute la nuit et son front se localise actuellement au pied de cône amont créé par l'éruption de 2002-2003. Il semble que ce front se dirige même entre les cônes de 2002-20003 et le Monte Frumento Supino où se trouve la webcam qui a pris l'image ci-dessous, et si l'effusion reste par chance alimentée assez longtemps avec un débit suffisant, on pourrait voir passer la lave tout près de la webcam (probablement pas aussi près qu'en février 2013 toutefois).


Front de coulée n°3 ce matin. Image: Radiostudio7
-enfin il semble que l'activité dans la Voragine se soit nettement accentuée, et le fait qu'elle soit éruptive est très probable vue l'incandescence observée tout au long de la nuit. Je n'ai, malheureusement, pas vu de projections passer par-dessus la crête, bien que de nombreuses webcams aient porté leur attention sur ce cratère.


Très forte incandescence dans la Voragine, probablement due à une petite activité érutpive. Image: OMNM

Mise à jour 21 mars, 21h15

La troisième coulée a continué de progresser tout au long de la journée, et constitué la principale activité. En arrivant contre le cône produit par l'éruption de 2002-2003, elle s'est scindée en deux lobes distincts:
- l'un poursuivant sa route plein sud, en direction de la webcam



- l'autre partant plein est en direction de la Valle del Bove, qu'elle est encore assez loin d'avoir atteint. C'est une photo faite ce soir par le volcanologue Boris Behncke qui montre bien cet autre lobe.

Au soir du 21 mars, le lobe est de la nouvelle coulée est bien visible depuis Trecastagni. Le cône édifié sur l'évent central est impressionnant. Image: Boris Behncke

Quand au Cône Sud-Est, il reste peu actif, mais tout de même le siège de quelques faibles émissions de cendres, qui  prennent d'ailleurs naissance aussi bien au niveau de l'évent central qu'au niveau de l'évent est. Quand à la lueur dans la Voragine, elle est toujours présente, mais nettement moins intense ce soir que ce matin.

A noter enfin, pour l’anecdote, que l'astronaute Thomas Pesquet, actuellement en mission sur l'ISS a réussit à photographier l'Etna de nuit, et l'on peut très nettement voir les coulées en cours de mise en place. Bien vu!

Les coulées de lave de l'Etna et les lumières des villes avoisinantes, vues depuis l'ISS à environ 400 km d'altitude, et près de 27600 km/h!. Image: Thomas Pesquet ()

Sources: INGV; Radiostudio7; OMNM; SENTINEL 2 - ESA/Copernicus; BBC; Protection Civile de Giarre; Merci à Alex Bogàr; Thomas Pesquet

8 commentaires:

  1. C'est d'un peu loin mais le direct de nuit sur la camera skyline est superbe aussi.
    https://www.skylinewebcams.com/fr/webcam/italia/sicilia/catania/vulcano-etna-sud.html
    Et c'est loin de faiblir à 21h50

    RépondreSupprimer
  2. Bjours tous
    J'ai vu le débordement sue la cam. de radiostudio 7 C'EST SUPER.

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir,
    A couper le souffle: du grand spectacle sur RS7 en ce moment. Quel magnifique streaming. Merci à tous ceux qui mettent le spectacle de la Nature en ligne.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Désolé j'ai une m...e avec Google.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour
    Effectivement la voragine a augmenté en puissance lumineuse , mais j'avais constaté une incandescence lumineuse sur la cam. N°2 de RS 7 dans la nuit du 18 au 19 ou 19-20 donc avant qu'ils ne la tournent pour suivre la lave. Ça a été assez bref et pas très lumineux disons env. 2 à 3 heures (mais je peu me tromper sur la date .c'est à voir )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Dom67. Il y a effectivement eu d'autres phases où l'intensité de cette lueur était plus forte mais ce qui m'a fait la pointer du doigt cette fois c'est que:
      - la lueur est devenue particulièrement forte
      - elle est restée forte toute la nuit et au levé du jour, soit une durée globalement plus longue que les fois précédentes où il s'agissait de hausses plus modérées et moins longues dans le temps

      On ne sait pas ce qui se passe dans la Voragine concrètement. Jusqu'à présent je ne savais pas trop si la lueur était dûe à des gaz très chauds ou à une activité éruptive. Cette nuit cette lueur est devenue tellement intense que la présomption d'éruption s'est accentuée nettement. Reste à savoir si quelqu'un osera monter là-haut (dans la situation actuelle ce n'est pas trop conseillé....)

      Supprimer
    2. Zut j'ai envoyé trop tôt, je termine donc:
      "Bonne journée!

      CV"

      Supprimer