17 janvier 2017

Un point sur l'activité du volcan Sinabung

Voilà déjà un long moment que je n'ai pas publié d'information sur la situation de cet édifice. Et pour cause: ce que j'ai rédigé en novembre dernier reste parfaitement valable aujourd'hui.

L'activité reste avant tout extrusive, avec l'émission à très faible débit d'un magma très visqueux et relativement peu chargé en gaz. Le sommet reste donc occupé en permanence par la petite masse de lave (un mini dôme) qui sort du conduit éruptif, et se retrouve pour ainsi dire immédiatement dans les pentes de l'édifice. 

A la base du panache de cendres, on aperçoit la masse grise, rocailleuse, du dôme de lave. Image: Endro LEwa
Le bord de cette masse, solidifiée mais à très haute température, part en miettes dans deux ravines, l'une en direction de l'est, l'autre du sud-est (en fait de chaque côté de la coulée visqueuse de 2014): ce sont les avalanches de blocs, plutôt fréquentes au cours de cette activité, mais d'une ampleur plutôt modeste.

Avalanches de blocs incandescents dans les deux ravines. Image: PVMBG

Mais parfois les gaz piégés dans la partie supérieure du conduit exercent une pression un poil trop forte: elle dépasse le seuil de résistance mécanique de la masse de magma, et c'est l'explosion, qui pulvérise une partie du magma en question formant des cendres. Ces dernières, mélangées au gaz très chaud, s'élèvent dans l’atmosphère: voilà un panache de cendres!
Ils sont assez peu fréquents (quelques uns par jour) et généralement d'une taille modérée (1500-2000m environ).

Une explosion au petit matin aujourd'hui. Image: PVMBG

Parfois, par simple déstabilisation d'un morceau du dôme un peu plus volumineux, soit à cause de la seule forte pente des versants du volcan, soit avec un petit coup de pouce d'un explosion, on peut voir se former des écoulements pyroclastiques. Ils sont maintenant très peu fréquents, et toujours de petite taille, ce qui n'empêche pas que, potentiellement, de gros écoulements puissent encore se produire: la dynamique éruptive actuelle n'est, tout simplement, plus propice à leur formation.

Un petit écoulement pyroclastique issue de la déstabilisation d'un fragment du dôme, elle-même initiée par une explosion faible à modérée. L'image a été prise le 17 janvier 2017 peu après 08h30 du matin depuis un village du nord-est. Image: Rahmad Arif Setiawan

Une activité que l'on peut donc qualifier de stable, et qui ne génère actuellement de risques importants que sur les pentes de l'édifice, et à proximité des rivières qui en descendent, puisque des lahars (coulées de boue) peuvent potentiellement se produire à chaque pluie importante.

Sources: PVMBG; Rahmad Arif Setiawan; Endro Lewa

1 commentaire:

  1. Bonjour

    Pour mettre rendu dans la zone interdite en scooter debut decembre. c est la quantite de depots pres de la riviere qui est impressionnante. ! Le depot de cendres qui tombent a berastagui regulierement n amuse plus la population ! 18 mois en niveau 4 d alerte ! Un local en rigolant me disait si on ne peut pas mettre de la dynamite pour exploser le dome definitevement ! Si vous allez dans le coin n hesiter pas a aller au centre de controle ils ont des lunettes top qualite pour observer ce volcan mais encore faut t il qu il soit degage...

    RépondreSupprimer