31 janvier 2017

Crise de l'Erta Ale: enfin des images!

Et ça dépote. J'ai reçu deux séries de photos, l'une par le photographe Olivier Grunewald, l'autre de Fabrice F (qui m'a demandé de le citer sous ce nom).
Grosso modo, tout cela se passe de commentaires car l'essentiel de la situation a été donnée, je crois, dans mes deux posts précédents, qui mériterons très probablement d'être annotés, précisés, corrigés par des observations de terrain.

Je commence donc par les images d'Olivier, qui racontent une phase d'effondrement du Pit Crater nord. Celui-là même qui avait connu fin 2016 une phase d'activité effusive avec une petite activité de spattering. Un petit groupe de hornitos qui trônait sur son plancher en avait été modifiés...mais ce n'est rien à comparé de ce qu'ils ont subit. Carrément spectaculaire!

En quelques seconde un hornito s'effondre dans un Pit Crater en formation, suite au drainage des conduits volcanise vers l'activité fissurale, un peu plus de deux km au sud-est. Images: Olivier Grunewald

Olivier a mis sur sa page facebook le même gif : je vous invite donc à aller sur son compte non seulement pour voir l'original, mais surtout parce qu'il explique ce qu'il a vu. Par ailleurs je ne serais pas étonné que d'autres photos soient publiées: à surveiller donc!

Passons maintenant aux images de Fabrice F, qui renseignent sur d'autres phases de la crise.  Parmi toutes les images qu'il m'a faites parvenir, j'ai décidé d'en publier quatre, qui montrent différents moments: c'est partit!
Et je commence par une vue générale du Pit Crater Nord après les effondrements qui ont emporté les hornitos: une bonne partie du plancher a effectivement disparu. En arrière plan on voit le panache de gaz qui sort du Pit Crater Sud.


Vue générale du Pit Crater Nord après effondremetns. Images: Fabrice F

Vient ensuite ledit  Pit Crater Sud. Dans le post précédent je citais l'auteur de ces images, Fabrice, qui indiquait avoir observé le lac de lave à une profondeur estimée à entre 80 et 100 m sous la lèvre du Pit Crater. L'observation n'était visiblement pas évidente, et probablement risquée du fait de la fragilité des abords du cratère, mais quelques images ont pu être faites. La surface du lac restait brassée par l'arrivée de bulles de gaz.

Le lac de lave est maintenant bien difficile à voir: quelques jours avant il débordait comme rarement et sa rive était impossible à approcher! Image: Fabrice F

On poursuit avec une image de l'activité fissurale, vue depuis le Pit Crater Sud. On distingue ces coulées grâce au gaz qui s'en échappe et produit une nappe visible. JE me suis permis de doubler l'image pour pouvoir y mettre quelques annotations. Car il me semble, mais je n'ai pas de certitudes,,que l'on voit les trois points sortie que j'avais identifié sur l'image satellite. Mais j'aime bien cette image aussi parce qu'en arrière plan se trouve l'hallucinant Hayli Gubbi, volcan bouclier tectonisé, fracturé par l'écartement progressif de la région (j'ai placé les deux failles normales sous la forme de traits noirs). Et au fond de la partie fracturée (dans ce que l'on appelle un graben) l'imposant cône produit par l'activité la plus récente sur ce massif, activité dont on ne connait pas l'âge, mais qui a moins de 10 000 ans (des coulées de lave recouvrent des sédiments âgés de moins de 9000 ans.)

Les coulées de l'éruption fissurale à un peu plus de 2 km de distance au sud-est. Image: Fabrice F
Et enfin, une photo des coulées de lave vues de nuit, bien entendu! Cette image confirme que cette activité est essentiellement effusive: on ne voit pas de projections, ou peut-être quelques unes au niveau des nouveaux évents.

Les nouveaux champs de lave, mis en place au sud des Pit Crater historiquement actifs. Image: Fabrice F

Bien que j'ai déjà eu l'occasion de le faire "en privé", je tiens à remercier, en public cette fois très chaleureusement Oliver et Fabrice pour m'avoir envoyé spontanément ces images et m'avoir permis de les publier.

Sources: Olivier Grunewald; Fabrice F

7 commentaires:

  1. Bonjour
    Je faisais partie du même groupe que Fabrice, parti à 5h de Mekele le 22 janvier et arrivé à 1h du matin le 23 au sommet de l'Erta Ale pour découvrir ce qui a été décrit dans ces posts.
    Je voudrai corriger le commentaire sur les coulées de lave. Il y a eu des projections, somptueuses et continues, de vraies fontaines de lave... mais sur des cônes assez éloignés (l'équipe de TF1 n'a pas voulu y envoyer son drone : trop loin).
    J'ai une quinzaine de minutes de vidéo (une minute suffit pour apprécier le phénomène). La qualité des images est moyenne : distance, nuages de gaz et surtout "vibrations thermiques" entre le cône et l'objectif, et quelques photos avec des trajectoires paraboliques classiques mais aussi d'énormes paquets de lave.
    A disposition pour les envoyer
    Philippe L.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Philippe. Témoignage important car c'est le premier qui évoque des fontaines de lave. Je suppose qu'elle se produisaient sur l'évent 2, peut-être le 3 du coup.
      JE ne suis pas contre pouvoir visionner ne serais-ce qu'une minute du phénomène en effet :).
      Mon mail: culturevolcan@gmail.com, au cas où vous accepteriez que j'en visionne un peu.
      Merci en tout cas pour votre correction :)
      CV

      Supprimer
  2. vidéo et 2 photos envoyées!
    Philippe L

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir !

    Je viens de passer une heure à décrypter cette phase éruptive de l'Erta Ale, grâce à ces supers articles (un grand merci d'ailleurs) et je suis littéralement scotché par ces événements !!!
    Cette phase d'activité est vraiment exceptionnelle. Quelle chance ont eu ces veinards sur place ; une chance pour nous, plus modeste certes, qu'ils aient été là pour nous faire part de leurs observations. Merci aussi à eux.

    La suite éruptive va être très intéressante... Est-ce que l'Erta Ale va revenir à une activité plus classique, ou bien va t-elle éditer un nouveau cycle éruptif ?

    Magnifique !

    RépondreSupprimer
  4. j'ai réalisé un petit montage vidéo avec nos différentes approches des cratères:
    https://www.youtube.com/watch?v=K-f4xU0yF-I

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour :
    j'étais au bord de la zone éruptive (à 1h30 de marche du sommet du volcan où se situent les huttes en pierre) les 25 et 26/01. Les coulées de lave sont si abondantes et sur une grande épaisseur qu'elles forment 2 lacs de lave sans racine (1km de diamètre chacun environ) animés de courants convectifs avec écartements et rapprochements de plaques + bouillements éphémères par ci par là. Sur le 1ier lac, présence de 2 hornitos très actifs avec activité strombolienne continue. Sur le 2ème, présence d'une fissure le long de laquelle jouent de nombreuses petites fontaines de lave, mais approche impossible à cause des coulées récentes, des risques d'encerclement par les coulées de débordement, mais aussi des militaires nous accompagnant qui nous interdisent d'aller plus loin. PB

    RépondreSupprimer