13 août 2016

Un point sur l'activité des volcans Semeru et Sheveluch

Semeru, Indonésie, 3676 m 
Depuis quelques semaines déjà je regarde de manière un peu plus précise l'activité du volcan Semeru, le plus haut sommet de l'île de Java car, depuis mon précédent post, quelques changements dans la dynamique de l'activité se sont produits.

Pas de grands changements, non, mais une légère évolution vers un dynamisme explosif un peu plus marqué semble-t-il, au détriment de l'activité effusive (coulée de lave), qui dominait encore au mois de juin. Disons qu'à la vue des images, l'activité est revenue à quelque chose de plus habituel sur ce volcan.

Une observation attentive des images produites par la webcam installée à Seriti (au sud-ouest du sommet, celle de l'observatoire ne fonctionne plus depuis fin avril) montre que la coulée est restée alimentée au cours du mois de juin avec une décroissance plutôt progressive de l'alimentation. Début juillet il y avait encore quelques avalanches qui s'y produisaient, trahissant un débit de lave très léger, mais elle s'est arrêtée petit à petit au cours de ce mois. Il est intéressant de constater que les données du MIROVA sont cohérentes avec cette évolution, car elles montrent une émission de rayonnement thermique de plus en plus faible à partir de la mi-juin: c'est le moment à partir duquel la coulée est de moins en moins alimentée, sa surface se solidifie et libère moins de chaleur.

Évolution des rayonnements thermiques sur le Semeru. Image: MIROVA

Actuellement ne subsiste au sommet que des explosions faibles à modérées, classiques sur ce volcan, parfois quelques éboulements sur la coulée, très faibles et très rares, qui marquent plus où sont les zones instables de cette coulée, que sa réèlle progression.
Certaines sont plus fortes et pourraient projeter des blocs sur le rebord du cratère actif (Jonggring Seloko) où des prises de vue sont parfois réalisées. Pour ce rendre compte de ce changement d'activité, il suffit de voir le time-lapse ci-dessous et de le comparer à celui du mois de juin.

L'activité explosive classique est de retour au Semeru. Images: PVMBG
L'image ci-dessous semble avoir été prise le 05 août au matin (heure du Pacifique) et semble donc être une bonne illustration de ce qu'est l'activité explosive actuelle.

Une photo publiée par Explore Gunung (@exploregunung) le


Sources: PVMBG; MIROVA

Sheveluch, Russie, 3283 m

Depuis mon précédent post, en mai dernier, il n'y a pas eu de changement particulier dans le style de l'activité éruptive. Les images webcams exploitables pour un suivi sont assez peu nombreuses du faite d'une météo souvent exécrable sur la zone mais celles qui sont disponibles montrent que l'extrusion se déroule dans le calme, à très faible débit. Le dôme, qui a commencé à se former début juillet 2015, semble avoir très légèrement augmenté de volume, mais c'est surtout sa morphologie, maintenant plus arrondie, qui a changé durant ces derniers mois. Sa taille fait qu'il dépasse les dôme plus anciens, par dessus lesquels il s'édifie. Il semble qu'en au moins deux endroits, sur le versant ouest-nord-ouest et le versant sud-ouest, il déborde et forme deux courtes langues (courtes coulées) de lave visqueuse. Régulièrement de petites avalanches de blocs s'en détachent car elles sont instables dans les très forte pentes sur lesquelles elles sont installées. Hier toutefois c'est un fragments bien plus important qui s'est décroché, formant un écoulement pyroclastique plus important, qui est descendu dans la ravine qui marque la séparation entre le versant ouest de l'accumulation des dômes de lave, et le rempart laissé par l'effondrement de 1964 (voir ce post pour une cartographie). Sur l'image ci-dessous le front de l'écoulement mesure 350 à 400 m de large et vu sa position, la longueur dépasse sans problème les 1500 m de longueur (il s'arrête juste après la prise de cette image). Un second écoulement pyroclastique se forme dans la foulée, aussi important que le premier, et sans réèlle pause entre les deux: une portion du dôme s'est donc montrée particulièrement instable hier.

Le premier écoulement pyroclastique. Image: IVS-FEB-RAS

Le second écoulement pyroclastique. Image: IVS-FEB-RAS

Ce type de phénomène n'avait plus été observé, du fait qu'il est devenu très peu fréquent mais aussi des mauvaises conditions météo, depuis la mi-juin. Et depuis plus longtemps encore si l'on veut retrouver un écoulement d'une ampleur similaire.
Il faudra surveiller la suite des événements car si il s'agit d'un événement isolé dans le temps, alors ces écoulements sont "accidentels" et ne traduisent rien d'autre que l'instabilité chronique de certaines partie du dôme. S'ils deviennent plus fréquents par contre, ils pourraient alors traduire une hausse du débit de lave qui forme le dôme.

Source: IVS-FEB-RAS

3 commentaires:

  1. Bonjour,
    Je prévois une ascension du Semeru début septembre.
    Vos articles permettent de s'imprégner de l'activité de ce volcan!
    Savez-vous si l'accès au sommet est autorisé et si cela présente des risques?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mr Yamazaki.
      Si rien n'a changé depuis que j'ai pu faire cette ascension assez magique, elle se fait en deux étapes: une marche d'approche assez tranquille et plutôt jolie (après avoir payé un droit d'entrée à partir du village de Ranu Pani), qui passe par le lac de Ranu Kumbolo et permet d'arriver au pied du stratocône. S'ensuit un nuit à la belle étoile au pied du stratocone, puis une ascension qui débute généralement avant le lever du jour le lendemain pour y assister au sommet. L'ascension se fait: il vaut mieux avoir un peu de jambes car il s'agit d'une pente plutôt cendreuse et assez raide, à laquelle s'ajoute la fatigue musculaire de la veille.
      Pour l'instant je n'ai pas vu d'interdiction, sauf à ce que j'ai compris, pour accéder au bord du cratère actif (ne vous en approchez pas de toutes façons vues les explosions, c'est le conseil que je me permet de vous donner) mais un grimpeur Suisse s'est perdu en juin et n'a visiblement pas été retrouvé après plus de 10 jours de recherches.
      L'ascension présente donc des risques si vous la tentez seul: n'hésitez pas à discuter avec les gens de Ranu Pani, dans mon souvenir ils sont charmants et très accueillants (en Indonésie en général d'ailleurs).
      J'espère avoir répondu à vos questions, et je vous souhaite un très bon voyage! :)
      CV

      Supprimer
  2. Merci beaucoup pour votre retour!
    Si je vous ai bien suivi, on peut donc accéder au sommet et observer le cratère actif sans s'en approcher?
    Dans ce cas, c'est un soulagement, je m'inquiétais de l'activité du Semeru, mais si cela ne nous empêche pas de faire l'ascension, c'est avec plaisir qu'on observera les phénomènes volcaniques!!
    On essayera de s'organiser depuis Ranu Pani pour trouver un guide, du matériel de camping et surement des porteurs :)

    RépondreSupprimer