31 août 2016

Le point sur l'activité des volcans Sheveluch et Chikurachki

Sheveluch, Russie, 3283 m

C'est l'une des rares extrusions en cours actuellement sur la planète et son suivi n'est pas si évident, du fait de conditions météo souvent impropres à l’observation. Toutefois, les moment sans nuages sont suffisants pour donner des détails de l'activité en cours.

Tout d'abords, elle reste essentiellement extrusive (peu, voire pas, explosive) car, contrairement au Sinabung (par exemple) où la pression des gaz piégés dans la colonne de magma se libère sous la forme d’émissions de cendres plus ou moins intenses à l'origine de panaches, seules des avalanches de blocs, parfois de très très rares et modestes écoulements pyroclastiques, soulèvent un peu de poussière lorsqu'ils se produisent, et signalent que le dôme est toujours en croissance.
Cette dernière est très lente et semble se produire toujours essentiellement en direction de l'ouest et du sud-ouest, où de petits fragments de la surface du dôme (carapace) se détachent régulièrement et roulent dans les fortes pentes.


Ce type d'avalanches est relativement fréquent sur le dôme, en particulier sur les versants ouest et sud-ouest. Image: IVS-FEB-RAS
Un examen plus attentif des images permet aussi de constater directement la croissance du dôme et, en particulier, son débordement progressif par dessus les dômes précédents (ou leurs restes). En particulier on voit que, rien qu'au cours du mois d'août, un lobe assez imposant a commencé à s'étirer en direction du sud-ouest. C'est probablement lui qui, déjà mi-août, avait perdu un fragment de gros volume, à l'origine de la mise en place d'écoulements pyroclastiques relativement importants

A gauche, une image prise le 08 août; à droite, la situation le 30 août: la croissance du lobe de sud-ouest est manifeste. Images IVS-FEB-RAS

L'absence d'activité explosive est notable ce qui pourrait s'expliquer:
- sir le magma en cours d'extrusion est plutôt dégazé,
- ou que le gaz parvient à s'échapper malgré la présence du dôme (conduits et/ou dôme plutôt perméables au passage des gaz).


Sources: IVS-FEB-RAS

Chikurachki, Russie, 1781 m

Le KVERT a de nouveau été obligé d'élever le 30 août le niveau d'alerte aviation au jaune, à peine 9 jours après l'avoir abaissé au vert. Les images prisent par les satellites MODIS et Himawari 8 montraient en effet un panache de cendres, continu sur plusieurs dizaines de kilomètres, s'étirant en direction du sud-est. Mais c'est celle prise par le satellite LANDSAT 8 le jour-même qui donne le plus de détails (meilleure résolution). Elle montre en particulier que le panache est bien émis par le cratère sommital habituel (l'activité n'est pas produite par un nouvel évent) et, puisque l'image est composée à partir de diverses données dont celles du capteur infrarouge TIRS, on peut constater l'absence de rayonnement thermique important au niveau de l'évent actif.

Le panache de cendres produit par le Chikurachki le 30 août,. Image: LANDSAT 8/NASA-USGS

Les images prises ce matin par les satellites Himawari 8 et MODIS suggèrent que cette phase d'émissions de cendres s'est arrêtée.
Reste qu'il serait intéressant de connaitre la cause de ces émissions cendreuses à répétition. Sont-elle une conséquence d'une arrivée de magma, et le signe précurseur d'une activité magmatique plus soutenue plus tard (phréatisme-phréatomagmatisme)? Ne sont-elle que la conséquence d'un système hydrothermal momentanément instable, sans lien avec une remontée de magma (hydrothermalisme)? Sans échantillons des cendres, sans analyse des paramètres géophysiques et géochimiques, il est impossible de se faire une idée.

Il ne reste plus qu'à attendre et observer, de loin.

Sources: KVERT; VAAC de Tokyo, LANDSAT 8-NASA/USGS; MODIS; Himawari 8

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire