14 juillet 2016

Tengger-Bromo, Sinabung et Klyuchevskoy: les éruptions au menu du jour

Tengger-Bromo, Indonésie, 2329 m

C'est ce qu’indiquent les dernières informations partagées par l'organisme en charge de la gestion des risques, le BNPB, qui relaye les données fournies par les volcanologues du PVMBG. La quantité de cendres produites et la vigueur avec laquelle le panache est émis sont en effet décrits comme étant en hausse: il s'agit donc d'une activité un peu plus dynamique depuis quelques jours.
La hauteur du panache a aussi augmenté: haut de seulement quelques centaines de mètres au cours des dernières semaines, il peut parfois atteindre les 1000 m. Les cendres affectent, en fonction de la direction du vent, différents secteurs, dont les villages de la caldera, premiers concernés bien sûr (Cemoro Lawang par exemple), mais aussi des sites plus éloignés comme Wonokerso ou Sumber (10 et 20 km à l'est, respectivement). Le BNPB indique toutefois que les activités dans ces villages ne sont pas perturbées. Il n'y a pas non plus de perturbation du trafic aérien, en particulier pour l'aéroport de Malang (à l'ouest) pour le moment, mais il y a eu quelques perturbations dans la nuit du 11 au 12 juillet, lorsque les cendres se dirigeait plutôt vers l'ouest.



Par ailleurs le personnel installé au poste d'observation du Bromo a pu constater la présence de projections incandescentes (bombes, blocs) qui, pour le moment, s'élèvent à seulement une cinquantaine de mètres au-dessus de la lèvre du cratère, et retombent à l'intérieur de ce dernier. Cela n'empêche pas la présence d'une foule de touriste toujours importante au sommet du Bromo, dont l'accès reste actuellement interdit....mais sans que les moyens de mise en application de cette interdiction ne soient fournis. L'un des éléments du problème ici, c'est que l'activité même du Bromo est attractive pour le tourisme, source importante de devises pour les habitants des villages de la caldera.


Sources: BNPB; Media Indonesia; Rosida Larasati

Sinabung, Indonésie, 2460 m

La situation est plutôt stable au Sinabung, où l'activité reste fidèle à elle même. Des explosions se produisent toujours au sommet: rares (1-2 par jour environ) et d'une puissance modérée, elles donnent naissance à d'éphémères panaches de cendres, dont la hauteur peut atteindre tout de même 2500 m, rapidement dispersés.

L'un des rares panache de cendres, produit le 13 juillet. Images: PVMBG

L'extrusion de lave visqueuse se poursuit elle-aussi au sommet. Pas très vigoureuse (débit assez faible), elle continue de provoquer néanmoins des avalanches de blocs. Depuis quelques jours maintenant ces dernières affectent à nouveau la ravine ouverte au sud-est, même si des avalanches continuent d'affecter le versant est, simultanément: le dôme présente donc actuellement deux zones d'instabilités.


Avalanche de blocs dans la ravine est. Image: PVMBG

Avalanche de blocs dans la ravine sud-est. Image: PVMBG

L'émission de lave visqueuse ("extrusion") se poursuit donc toujours à l'heure actuelle, avec un débit relativement faible. Le volume de ce dôme a été estimé  le 09 juillet à 1.8 millions de mètres cubes, valeur donnée par le PVMBG, ce qui en fait un dôme de petite taille. Il ne faut pas oublier que, même si activité reste modérée et est très loin d'être aussi importante que ce qu'elle a pu être fin 2013-début 2014 notamment, elle n'en représente pas moins une source de dangers. Les écoulements pyroclastiques se sont fait plus rares, ce qui ne veut pas dire qu'il ne peux pas s'en produire de nouveaux, petits ou grands, à n'importe quel moment. Le niveau d'alerte reste donc à 4 (le maximum) pour l'heure et les zones de danger permanent, ou l'accès est interdit, restent importantes: 3 km sur tout le versant ouest, 4 km au nord-est, 6 km vers l'est et jusqu’à 7 km entre le sud et le sud-est. Actuellement, ce sont encore un peu plus de 9300 personnes (plus de 2500 familles) qui restent relogées dans des abris, dispersés un peu plus loin du volcan, et cette situation dure pour elles depuis la fin 2013.

Sources: PVMBG; BNPB

Klyuchevskoy, Russie, 4754 m

L'activité éruptive reste soutenue au Klyuchevskoy. Au sommet l'activité continue de produire, de temps en temps, de petites émissions de cendre, par bouffées. Mais la dernière grosse émission de cendres, abondante et d'une durée de plusieurs heures, s'est produite le soir du 06 juillet. Depuis lors l'activité au sommet est bien plus tranquille. L'activité éruptive est maintenant essentiellement concentrée sur le versant est, où deux évents continuent d'émettre la lave sous forme de coulées, dont le nombre a augmenté récemment. 

En effet, en plus des deux coulées émises côte à côte sur le versant est, par deux bouches distinctes, une troisième, dont le front semble s'être divisé au moins en 2 lobes, a fait son apparition récemment sur un nouvel évent, peut-être le 04 juillet. Les données récoltées le 08 juillet par le satellite LANDSAT 8, puis combinées sous la forme d'une image intégrant les données thermiques, montrent en effet la présence d'un petit lobe qui se dirige plein est, en plus des deux coulées déjà observées depuis fin mai/début juin. Il y a donc, depuis le 04 juillet environ, 3 évents différents qui produisent chacun une coulée de lave.

Images du champ de coulées en cours de formation sur le haut versant est du Klyuchevskoy: on peut distinguer deux coulées principales, et une très courte coulée, nouvelle venue. Image: LANDSAT 8/USGS

Les évents qui libèrent toute cette lave sont en fait au nombre de 4, car en plus des trois bouches qui libèrent les coulées de lave (activité effusive) un quatrième évent, un peu plus en amont des trois précédents, est le siège d'une activité explosive assez importante, strombolienne, ce qui a eu pour conséquence la formation d'un nouveau cône. Une série de photos faites entre les 04 et 07 juillet, mais publiées le 12,  par une équipe Russe, montrent bien le nouveau cône, et les différentes coulées. Au moment où l'image ci-dessous a été faite, le soir du 04 juillet, la nouvelle coulée est encore toute jeune et une activité strombolienne est encore présente au sommet (elle cesse environ 2 jours plus tard).

La situation éruptive au soir du 04 juillet est assez complexe avec deux secteurs actifs: le sommet, où des émissions de cendres importantes accompagne des explosions stromboliennes, et le versant est où plusieurs évent sont actifs: trois sont le siège d'une effusion, et un quatrième est le siège d'une activité strombolienne. Image: volkstat.ru


Il est intéressant de comparer cette image avec une autre prise du même endroit le 07 juillet: on peut alors facilement constater la progression de la nouvelle coulée de lave. On peut aussi noter que son incandescence est plus faible que celle des deux autres: cela vient probablement d'une vitesse de progression plus faible (peut-être qu'elle est moins alimentée que les autres) qui permet un refroidissement plus efficace de la surface de cette coulée.

Les trois coulées sont cette fois bien visibles, en plus de l'activité strombolienne du nouveau cône. Image: Volkstat.ru

Une autre photo, prise le soir du 06 juillet,  a attiré mon attention. Elle montre, en plus d'une importante émission de cendres au sommet (la dernière en date au moment de al rédaction de ce post), la formation d'un écoulement pyroclastique assez dilué et de couleur brune sur le versant est. La couleur est, pour moi, sans appel: il s'agit de fragments de lave altérée et cet écoulement est le résultat d'un effondrement.

Deux panache distincts se développent conjointement au soir du 06 juin: ils ont une origine différente. Image: volkstat.ru

Reste à savoir ce qui s'est effondré... Il peut s'agir d'un bout de paroi de la ravine Apakhonchic, dans laquelle les coulées se mettent en place, et qui est, ou fut, le siège de tensions importantes dues au mouvements de magma avant qu'il ne sorte. Tensions qui peuvent, ou ont pu, mener a une fracturation, de la fissuration etc. On peut aussi supposer qu'il ait pu s'agir d'un effondrement du nouveau cône.Il se construit, il faut le souligner, dans une pente forte ce qui rend sa stabilité précaire. 

Cette éruption reste, en tout cas, magnifique. Son intensité justifie le maintient du niveau d'alerte aviation à l'orange, car on ne peut pas savoir si d'autres émissions de cendres importantes auront lieu ou non.

Sources: Volkstat.ru; KVERT; LANDSAT 8/USGS

1 commentaire: