14 décembre 2014

L'activité du volcan Fogo stagne (mise à jour 15 décembre)

Cela fait maintenant 5 jours que la coulée qui a rayé de la carte les villages de Portela et Bangaeira s'est arrêtée. Elle n'a pour le moment pas repris sa course, l'effusion qui se produisait à la base de la fissure éruptive étant vraisemblablement stoppée. Une cartographie publiée aujourd'hui fait le point sur l'extension du champ de lave au 12 décembre. On peut voir clairement que le front nord n'a
effectivement pas bougé depuis la cartographie précédente, et que la lave a surtout pu suinter le long du bord est du chenal principal, finissant d'ailleurs de recouvrir un petit bout de la route qui, jusqu'à alors avait été épargné.
Malgré cette activité stagnante les craintes restent visiblement grandes que l'éruption ne reprenne de la vigueur et ne permette à la lave de parcourir les quasi 3000 m qui lui restent avant de descendre vers la côte, ce qui obligerait les habitants de Cutelo Alto et Fonsaco à évacuer à leur tour.
Il est toutefois possible de relativiser la probabilité que ce scénario ne s déroule car, plus le temps passe, plus il est vraisemblable qu'une nouvelle phase effusive me permettra pas de remettre en mouvement le front nord, déjà en cours de solidification, mais se traduirait par la mise en place d'un nouveau lobe qui devrait, à son tour, parcourir toute la distance qui sépare sa source du bord de la caldera, soit environ 7000 m, ce qui diminue le risque à court terme pour Cutelo Alto et Fonsaco. En tout cas plus le temps passe, plus le risque à court terme diminue, même en cas de reprise de l'effusion.
Maintenant la divination, c'est pour les devins, pas pour la science, alors attendons de voir ce qui va se passer.

Cartographie du champ de la coulée de lave du volcan Fogo, 12 décembre 2014
Cartographie de l'extension du champ de lave entre les 09 et 12 décembre 2014. L'image de fond est la même dans les deux cas, seul le tracé du champ de lave change. Images: Copernicus/Union Europenne
Sur la fissure même, l'activité est aussi minimale: les rapports ne sont pas très clairs mais il semble qu'il n'y ait plus d'activité explosive non plus, ou alors très très faible, c'est en tout cas ce que suggère un article publié aujourd'hui par Fogonews qui décrit: "des émissions de gaz quasi nulles". Expression qu'il faut d'ailleurs peut-être plus comprendre comme "émissions de cendres quasi nulles" car L'INVOLCAN et l'OVCV indiquent de leur côté que les mesures d'émissions de SO2 faites hier ont donné une valeur un peu inférieure à 9000 tonnes/jour, valeur qui reste, au contraire, très élevée.

A noter quand même qu'un groupe de volcanophiles allemands (qui ont l'habitude de barouder ensemble sur les volcans) ont été sur place et pu mettre en images cette éruption et ses conséquences.
Je vous laisse avec des vidéos qu'ils ont réalisées et le liens vers leurs photos. Certaines images sont vraiment impressionnantes, pour ma part je reste abasourdi par une maison qui fait le radeau sur la coulée.








Et les liens vers leurs galeries de photos:
- R.Roscoe
- M.Szeglat
- M.Rietze


Mise à jour 15 décembre

Le site Fogonews indique qu'au moins deux lobes de lave sont encore très faiblement actifs actuellement, indiquant par là que l'effusion n'est pas complètement stoppée. Le premier lobe se dirige vers l'ouest, en directionde Cova Tina où aucune infrastructure n'est en danger, mais où il y a des terres agricoles encore exploitables. Le second front s'est réactivé à proximité de la coopérative viticole évacuée, donc dans la zone de Portela. Sur la fissure l'activité est aussi réduite d'après l'article: quelques émissions de cendres, sporadiques. Le front de la coulée le plus éloigné, au nord de Bangaeira, était toujours stagnant hier soir.

Côté aide humanitaire, une quantité importante de dons (pour 5.3 millions d'euros), sous forme de denrées alimentaires mais aussi de matériaux de construction, et de biens matériels divers (télés, générateurs) ont été (ou seront) livrés par l'Angola.


Sources: Fogonews; Copernicus; INVOLCAN, OVCV; R.Roscoe/M.Szeglat/M.Rietze

11 commentaires:

  1. La ou les allemands passent .. les éruptions trépassent .... Peine pour les voyagistes mais bénédiction pour la population locale !

    RépondreSupprimer
  2. Au vu de ces vidéos , j'ai l'impression que la lave refroidie est plus légère que la lave liquide car elle flotte littéralement dessus !! Quelle réponse a cela ?
    cordialement
    Michel Jeannet

    RépondreSupprimer
  3. Excellente remarque! C'est vrai qu'excepté l'eau, tout matériau à l'état solide est plus dense qu'à l'état liquide. De fait, un bloc de lave solide devrait, logiquement, couler dans son équivalent liquide.
    Pourquoi donc ces radeaux de lave solide alors?

    En fait la différence de densité entre les deux (lave liquide et lave solide à haute température) est minime et la lave, même basique, est un liquide hypervisqueux dans lequel il est très difficile de s'enfoncer. Sa viscosité augmente par ailleurs au fur et à mesure qu'elle refroidit. De fait, même un bloc immense de lave solide ne peut pas couler complètement, car il est porté à la fois par sa faible différence de densité avec le liquide dans lequel il baigne, mais aussi par la résistance que la viscosité du liquide en question lui oppose.
    Notez qu'il pourrait y avoir une exception pour les coulées très fluides (Hawaï, Fournaise).

    C'est vrai pour une coulée, mais à l'inverse dans les lacs de lave on voit peu de fragments solides rester à la surface. J'y vois au moins deux raisons:
    - parce qu'il y a des mouvements de convections qui les entrainent vers le fond
    - et, pour les lacs très actifs, parce qu'il y a une quantité importante de bulles de gaz qui font baisser la densité du liquide et permettent aux solides de couler plus facilement (diminution de la portance, un phénomène à même de faire couler les bateaux qui passent dans une zone où des hydrates de méthane se subliment).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci , tout cela me semble logique .
      M Jeannet

      Supprimer
  4. Aso qui reprend du service ce soir ! Activité strombolienne voire fontaines en cours sur la webcam !!
    http://www.data.jma.go.jp/svd/volcam/data/volc_img.php
    (dérouler la liste tout en bas, puis 2eme ligne en partant du haut)

    Bel exemple à déjà vers 19h LT et maintenant à 23:48 LT

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait , ils ont réparé la webcam aujourd'hui, et l'activité (qui n'a pas reprsi ce soir mais ce maint...En fait elle ne fait que des pauses) est vraiment belle (j'en informe régulièrement sur twitter, @CultureVolcan), sans fontaines de lave, mais une grosse activité strombolienne bien soutenue.
      Par contre, ça n'a rien à voir avec l'actu sur le Fogo.
      Quitte à réagir sur un sujet, autant que ça soit cohérent avec le sujet en question, c'est bête mais j'y tiens :-)
      Je vais donc laisser le commentaire jusqu'à demain (pour l'adresse), puis l'enlever et au prochain sujet qui concerne l'Aso, vous pourrez à nouveau partager le lien.
      En attendant, les internautes peuvent voir le spectacle sur la webcam qui se trouve sur la page d'accueil de ce blog , juste sous la carte du monde, si les nuages le veulent, bien entendu :-)
      En tout cas, merci pour votre enthousiasme: ça fait plaisir à voir!! (en toute franchise :-) )

      Supprimer
    2. Bon: la webcam était réparée, et elle ne fonctionne pus pour le moment. Pas de chance :-) Du coup je shift sur le Nevado del Ruiz pour la webcam dans la colonne de droite

      Supprimer
  5. Voguer sur la lave était un rêve d'un grand volcanologue (Maurice KRAFT) Il n'a pas pu le réaliser même avant l'Unzen Katia sa femme l'aurait assassiné. Pour rire:-).

    Supers images merci .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, un grand volcanologue Maurice KRAFFT!

      Connais-tu les dates de ces (jolies) vidéos ?

      Supprimer
    2. C'est un mixe d'images faites début décembre, probablement en majorité les 01 et 02 décembre (ils ne sont restés que 4 jours sur place) :)

      Supprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer