11 novembre 2013

Etna: finalement, il a démarré

Après plusieurs jours de mis en chauffe, le moment tant attendu s'est produit: le 15 paroxysme a débuté vers 19h39 (heure locale, qui est la même que chez nous) avec la hausse rapide de l'intensité de l'activité  strombolienne.

Activité éruptive du volcan Etna, 10 novembre 2013
L'activité strombolienne pendant sa montée en puissance, hier soir. Image : Radiostudio7
Mais que dire de plus? Malheureusement pas grand chose car le climax (la partie la plus intense) de ce 15ème paroxysme s'est entièrement déroulé dans une abondante masse de nuages qui ont donné d'importantes chutes de neiges (objectifs des caméras bouchés) et seules de rares zones vaguement rouges sont visibles sur certaines images des webcams. En recoupant les images de diverses webcams il semble que l'activité est vraiment montée jusqu'au stade de fontaine de lave, aux alentour de 02h du matin, peut-être 02h30. Le pic du trémor, de son côté culmine vers 05h du matin. A cette heure il n'est pas retombé à son point le plus bas ce qui indique que l'activité se poursuit là-haut.

Trémor du volcan Etna, 04 au 11 novembre 2013
Evolution du trémor pour le 15ème paroxysme de l'Etna. Image : INGV

Avant que les nuages ne noient définitivement l'édifice ont peu toutefois voir à partir de 23h20 environ, sur la webcam posée à Paterno, ce qui ressemble à une amorce de coulée au niveau du col entre les deux Cônes Sud-Est, autrement dit au même endroit que la coulée rhéomorphique qui s'est mise en place lors du précédent paroxysme. Ceci dit il faudra attendre des observations de terrain pour confirmer cette idée car les images ne sont pas suffisamment nettes pour être sûr.

Idem en ce qui concerne la Voragine: des lueurs sont visibles durant la première moitié de la nuit sur les images prisent depuis Bronte avant que ne démarre la phase la plus intense de l'éruption au niveau de ce cratère. Ces lueurs laissent soupçonner qu'une activité s'y est déroulée mais il peut aussi s'agir de reflets de l'activité strombolienne qui se déroulait déjà sur le Nouveau Cône Sud-Est. Il faudra attendre que quelqu'un monte pour voir d'éventuels changements, en espérant que les dépôts laissés par l'activité du Nouveau Cône Sud-Est ne recouvrent pas tout là-haut.

L'activité du volcan Etna vue depuis Bronte, 10 novembre 2013
Lueurs sur la Voragine . Image: Nicola Zappala
Malgré cette éruption le fonctionnement de l'aéroport de Catane n'a que très peu été perturbé avec la fermeture de deux couloirs aériens.

MàJ 01

Les nuages se lèvent un peu par moment, ce qui permet de voir une partie de l'activité qui se poursuit ce matin. Elle produit un panache de cendres dont il est difficile d'avoir les caractéristiques, vu qu'il reste à moitié noyé dans les nuages. En même temps le trémor est reparti à la hausse peu après la mise en ligne de ce post.
Le panache de cendres n'est pas très important (quelques centaines de mètres de hauteur) mais d'immenses bulles de gaz viennent parfois crever au sommet du Nouveau Cône Sud-Est.

Une bulle de gaz vient de crever au sommet du NCSE. Image: Etnatrekking
L'image ci-dessus permet d'avoir au moins un certitude: pas de coulée importante dans la Valle del Bove. Si il y a, ou a eu, effusion, cela s'est produit au pieds des cônes sommitaux.

Le trémor étant en chute libre depuis environ 1 heure (difficile d'être précis), on peut considérer que le paroxysme est terminé. Le panache n'est plus visible sur les divers webcams libres de neige mais le site Meteoweb a mis en ligne une estimation des zones impactées par les chutes de cendres, images qui donnent par la même occasion la direction qu'a pris le panache, en direction de Reggio Calabria (au nord-est).

Modélisation du panache de cendres. Image : INGV

MàJ 02 : L'Etna fait des ronds de fumée!

Rond de fumée émis par le Nouveau Cône Sud-Est pendant son dégazage post-éruptif. Image: Etnatrekking
Le phénomène se produit lorsqu'il y a de violentes bouffées de gaz, émises par un évent circulaire et vertical. Leur présence constitue donc une information quand à la morphologie de l'évent éruptif, au moins dans sa partie superficielle.


MàJ 03: La présence de coulées vient d'être confirmée par un rapport de l'INGV et leurs images thermiques.

Il y a eu plusieurs coulées qui se sont déversées vers les sud, l'est et le nord-est. Toutes sont courtes et indiquent un faible débit. Sur les images de l'INGV seules les coulées sud et est sont visibles. Celle du sud est celle dont je soupçonnais la présence ce matin (voir première partie de ce post) grâce à la webcam de Paterno. Elle a suivit la même trajectoire que celle du 26 octobre: elle descend depuis le col entre l'ancien et le nouveau Cône Sud-Est puis, venant buter contre la base des cônes de 2002, se sépare en deux bras, l'un partant plein est (direction de la Valle del Bove), l'autre vers le sud ou sud-ouest, entre les cônes de 2002 et le cône appelé Frumento Supino.


Les coulées du volcan Etna, 11 novembre 2013
Les coulées du paroxysme du 11 novembre, vues par une caméra thermique. Image: INGV.

Pour compliquer un peu les choses il semblerait que le front du bras est de la coulée sud (vous suivez ? :-)) se soit divisé en deux lobes. C'est ce que suggère en tout cas cette image prise en début de nuit par Boris Behncke.

MàJ 04: le front sud de la coulée sud (se reporter à l'image ci-dessus) est visible en caméra thermique depuis Nicolosi. Son front doit se trouver entre 2600 et 2700 m d'altitude. Si cela est confirmé, alors  cette portion de la coulée a parcouru plus de 2 km depuis le col entre les deux Cônes Sud-Est :pas si courte que ça finalement!

Coulée de lave sur le volcan Etna, 11 novembre 2013
Le front de la coulée le plus au sud est bien visible en imagerie thermique. Image : INGV.
Sources: INGV; Webcam Nicola Zappala; Radiostudio7; La Répubblica; Etnatrekking; FlickR de Boris Behncke.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire