6 août 2016

Brèves de volcans: Etna (màj x2), Bristol Island et Nevados de Chillàn

Etna, Italie, 3330 m (mis à jour)

Les émissions de cendres décrites tout au long de la journée du 04 août avaient pris fin dès le lendemain, et seul un dégazage important certes mais plutôt habituel, persistait sur les cratères sommitaux.

Depuis cette nuit toutefois, les webcams les plus sensibles aux basses lumières ont pu détecter dans la Voragine des lueurs d'incandescence, discontinues. Elles ne semblent toutefois pas liées à des émissions de cendres (en tout cas pour le moment) ni même à des variations du trémor, qui reste plutôt stable (la légère tendance à la hausse ne s'est pas confirmée dans la durée). 
En l'absence de ces deux "marqueurs", difficile d'être sur que ces lueurs sont le fruit d'une activité éruptive: un phénomène superficiel quelconque, mettant à jour les dépôts à très hautes températures qui remplissent la Voragine, pourrait faire l'affaire pour expliquer leur présence.

Lueur d'incandescence dans la Voragine. Image: OMNM
Il est tout aussi évident qu'il faudra rester attentif dans les heures et jours qui arrivent car ce type de phénomène, arrivant après une période d'émissions de cendres, semble signifier que le système magmatique est instable.

Mise à jour 07 août, 21h25

Pour le moment le trémor reste stable mais, en surface, la lueur dans la Voragine est devenue plus intense. Par ailleurs, sur une webcam installée au nord-est, du côté de Linguaglossa, on peut voir que cette lueur est pulsante et non continue.
Il faut préciser que si la lueur s'est intensifiée, elle reste pour le moment globalement faible: sur l'image ci-dessous, prise depuis Nunziata, elle semble forte à cause de la pause longue de la webcam.  Difficile de dire si, sur l'image, le panache visible contient ou non des cendres.

La leur d'incandescence dans la Voragine est plus forte qu'hier. Image: OMNM
Le caractère pulsant de cette lueur ne peut pas directement être attribué à une activité strombolienne: un dégazage fort, mais fonctionnant par bouffées successives, pourrait aussi l'expliquer. Nous verrons demain ce qu'il en est, comment à évoluée la situation au cours de la nuit notamment.

Mise à jour 08 août, 08h33

La lueur incandescente est restée visible toute la nuit, sans augmenter plus qu'hier soir. Aux première lueurs du jours le panache, mieux éclairé, est apparu comme étant constitué de gaz: si il y a des cendres à l'intérieur elles sont extrêmement minoritaires pour le moment. Le panache constitué par ces gaz est impressionnant, tant par la quantité importante de gaz qui s'échappe de l'édifice actuellement, notamment par la Voragine, mais aussi (probablement) grâce à des conditions atmosphériques favorables à la condensation de ces gaz. En tout cas au levé du jour, le spectacle du panache éclairé par le soleil levant était magnifique.

L'important panache de gaz éclairé au petit jour. Image: OMNM

Ce matin, le volcanologue Boris Behncke indique qu'une petite activité éruptive est responsable des lueurs et du panache.

Sources: OMNM; INGV; Boris Behncke

Nevados de Chillàn, Chili, 3212 m

Depuis le retour des émissions de cendres sur le Nevados de Chillan, le 01 août dernier, le système magmatique n'est toujours pas retourné dans un état plus stable (ou plutôt moins instable). Tous les jours ou presque, des cendres sont émises, généralement en faibles quantité, ce qui indique que la circulation des fluides magmatiques vers la surface est toujours en cours.

Émission de cendres modérée le 05 août. image: SERNAGEOMIN
Le rapport publié par le SERNAGEOMIN cette semaine confirme l'émission de cendres du 25 juillet et indique même que dès le 21 juillet, une émission assez forte, avec projections de fragments incandescents avait été repérée. Les volcanologues, sur la base des divers type de mesures effectuées (flux de SO2, sismicité, déformation, etc) semblent penser que cette nouvelle phase d'activité est le résultat de l'intrusion d'un faible volume de magma  vers 4 ou 5 km de profondeur, ce qui a eu pour conséquence de déstabiliser le système hydrothermal, dont les fluides surchauffés et sous pression s'évacuent à la surface en emportant des particules rocheuses avec elles, ce qui forment les panaches observés sur les webcams. L'ONEMI interdit toujours l'approche à moins de 2 km du sommet.

En tout cas cette activité, bien que très faible, a provoqué une vague d'annulation des réservations dans la station de ski qui occupe les flancs de l'édifice. Les gens semblent avoir été impressionnés par les images du panache du 01 août qui circulent sur le net.

Sources : SERNAGEOMIN; ONEMI; Merci à Guillermo Chile

Bristol Island, Royaume-Uni, 1100 m

Rien n'est certain mais il semble tout de même que depuis le 20-21 juillet, les signaux thermiques émis par l'île sont bien plus faibles et moins fréquents. Je ne serais donc pas étonné que l'activité éruptive ait pris fin, ou en tout cas se soit fortement atténuée. Sur les images satellites, aucune cendres n'est détectable et même lorsque le temps est clair, la surface de l'île semble d'un blanc immaculé.

Évolution à la (forte) baisse des signaux thermiques depuis le20-21 juillet. Image: MIROVA

Sources: MIROVA; MODIS

Aucun commentaire:

Publier un commentaire