1 mai 2016

Jour de brèves: Turrialba (màj), Sheveluch et Aira-Sakurajima

Turrialba, Costa Rica, 3340 m

Le volcan a été à nouveau le siège d'une émissions de cendres hier. Les bulletins du RSN (Red Sismologica Nacional) et de l'OVSICORI-UNA décrivent tous une émission passive, non explosive, de ces particules cendreuses dont la teinte brune semble indiquer qu'elle sont constituer de laves anciennes et altérées en majorité.
L'émission de ces cendres a débuté vers 03h00 du matin (heure locale) après plus de 48 heures d'une activité sismique accrue, marquée en particulier par de longues séquences de trémor, dont une d'une durée de 12 heures consécutives. L'émission de cendres s'est calmée le jour même en fin de matinée ou début d'après midi (variable selon les sources consultées).

L’émission de cendres et de "vapeur" d'eau observée via la webcam du RSN. Image: RSN
Le panache produit s'est élevé sur une hauteur de 500m environ et de faibles chutes de cendres ont été recensées sur le versant sud de l'édifice, et jusqu'à une quarantaine de kilomètres du sommet.

A chaque émission de cendres la population peut contacter l'OVSICORI via son portail web afin de décrire la chute de cendres (localisation,épaisseur, heure etc). La compilation pour cette émission de cendres donne le résultat ci-dessus. Image: OVSICORI-UNA

Il ne semble y avoir eu aucun problème recensé suite à ces chutes de cendres.

Mise à jour, 17h16

Une nouvelle émission de cendres a été observée aujourd'hui par les volcanologues Costaricains du RSN et de l'OVSICORI-UNA
Elle a débuté à 06h43 (heure locale) par la mise en place d'une dense bouffée de cendres  accompagné, comme pour l'activité d'hier, d'une émissions de "vapeur d'eau"*
La séquence ci-dessous, réalisée à partir des images partagées par le RSN, montre qu'une partie du panache de cendre s'est affaissé sous son poids, formant un écoulement dense de particules (probablement froid donc je préfère ne pas parler de "pyroclastique" car "pyro" fait référence au chaud) dont le front est parvenu jusqu'au fond du cratère.

Mise en place d'un écoulement particulaire dense. Images: RSN

Une autre émission de cendres, un pue moins importante, a eu lieu peu avant 08h00 (heure locale). Les images prisent par la webcam de l'OVSICORI-UNA montrent une couleur grise pour les cendres. Il faudra attendre le résultat de l'analyse des cendres pour savoir si il y a des traces de magma juvénil (neuf) mais cette teinte cette idée possible.

Une autre émission de cendres, pue avant 08h00 du matin. image: OVSICORI-UNA

 D'après le RSN et l'OVSICORI-UNA l'activité sismique reste importante sur le volcan, mais aucune interprétation n'en est donnée.

* je met des guillemets car la vapeur est un gaz transparent, invisible. Le panache blanc est constitué non pas de vapeur (gaz) mais de microgouttes d'eau liquide que l'on appèle, à tord, en langage courant "vapeur".
Sources: RSN; OVSICORI-UNA; Presse Nationale

Aira-Sakurajima, Japon, 1117 m

Après une période de calme longue d'une dizaine de jours au cours de la seconde moitié du mois d'avril, une activité explosive a fait son retour sur le célèbre stratocône Japonais. L'activité, uniquement explosive, se déroule toujours dans un dynamisme plutôt vulcanien à priori*. Les explosions sont modérées à fortes, mais peu fréquentes (entre 1 et 4 par tranche de 24 heures)
La séquence ci-dessous montre l'une de ces explosions, caractéristique de l'activité  actuelle, qui s'est déroulée hier matin. On peut constater que le siège de l'activité explosive est le cratère Showa, ouvert en 2006 et le plus fréquemment actif depuis lors.




On peut aussi noter que l'explosion provoque le départ de très courts écoulements pyroclastiques initiés par la retombée de certaines portions du panache de cendres, dont le mélange cendres-gaz-blocs est trop dense pour s'élever à la verticale.
Une autre explosion aujourd'hui a produit un court écoulement pyroclastique, qui pourrait résulter du même processus (parfois appelé en francophonie "nuée retombante").

Mise en place d'un petit écoulement pyroclastique aujourd'hui. Image: MBC
Le détail qui semble étrange dans cette histoire c'est qu'entre deux explosions on peut parfois (pas du tout systématique) voir s'élever de petits panaches de cendres, minuscules, mais qui semblent sortir...du cratère Minamidake. Ce qui semble indiquer que les conduits associés aux deux cratères sont perméables.

Petite émission de cendres au cratère Minimidake. Image MBC


* "à priori" car pour caractériser un dynamisme le mieux est d'avoir une étude des dépôts en plus des observations directes.

Sources: MBC; JMA

Sheveluch, Russie, 3283 m

L'activité extrusive se poursuit sur le volcan. Le dernier bulletin du KVERT semble indiquer qu'une partie du dôme qui a commencé à s'édifier dès la fin du mois de juin 2015 aurait commencé à fluer sous son propre poids car une "coulée" est décrite sur le versant nord du dôme en question, c'est-à-dire entre le dôme et la crête (relique d'un effondrement de grande envergure) qui l'entoure par le nord. Il s’agirait alors non plus d'un dôme stricto-sensu, mais d'un "dôme-coulée".
Cette activité éruptive est presque exclusivement extrusive (pas très fière de la tournure de phrase...) c'est à dire qu'elle n'est accompagné d'aucune explosion, mais produit seulement le dôme (ou dôme-coulée). 

Modification de la morphologie du dôme entre fin mars et fin avril. On voit qu'il a légèrement gagné en hauteur. Image: IVS-FEB-RAS

On peut parfois voir de petites bouffées de cendres s'échapper du sommet, mais ce qui caractérise vraiment l’activité en cours ce sont les avalanches de blocs, c'est-à-dire des portions de la carapace du dôme en croissance, qui se détachent et roulent dans la pente. Parfois, mais c'est plutôt rare en ce moment, ces avalanches sont assez importantes pour évoluer en petits écoulements pyroclastiques. La portion la plus instable de ce dôme en croissance est clairement sont versant est, où se déroulent la majorité des avalanches qui sont canalisées par une ravine.

Une avalanche repérée grâce à sa forte émission infrarouge (blocs de lave à haute température). Image: IVS-FEB-RAS
L'alerte aviation reste à l'orange car un effondrement de grande ampleur ou une explosion forte peut générer un panache de cendres important, et survenir à peu près à l'importe quel moment (surtout l'effondrement).

Sources: IVS-FEB-RAS; KVERT


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire