24 octobre 2015

Quelques données et images recentes du volcan Dukono

Voilà un édifice dont j'ai donné très très peu de nouvelles cette année puisque mon précédent post a été publié en... janvier! Il était temps de corriger cette situation.
Ce n'est pas qu'il ne s'est rien passé depuis lors, simplement l'activité n'a rien montré d'inhabituel sur les seules données régulières accessibles, à savoir celles transmises par satellite. Tous les jours ou presque (en tout cas c'est l'impression que ça donne*) les images du MODIS permettaient de voir qu'il y avait un panache de cendres présent, dont j'ai parfois relayé la présence via twitter. Bien
sûr son importance (longueur, altitude) a varié au cours du temps ce qui laisse supposer que l'activité elle-même a varié en intensité au cours de l'année.
Dans ces observations faites depuis l'espace une chose est notable: les signaux thermiques associés à cette activité sont pour ainsi dire inexistants. Au MIROVA par exemple il y a eu quelques signaux épars au cours de l'année, mais plusieurs d'entre eux sont le fruit de feux anthropiques à proximité de l'édifice. Le MODVOLC de son côté a enregistré une série de signaux thermiques entre janvier et mars au sommet du volcan, puis plus rien. Tout cela reste difficile à interpréter mais semble confirmer que le volcan a bien connu un regain d'activité en début d'année, pour revenir sur une activité plus stable et moins importante par la suite et, surtout, sans émission de lave sous une autre forme que des cendres (pas de dôme, pas de coulées par exemple).

Encore faut-il savoir quel type d'activité est à l'origine de ces émissions de cendres presque permanentes. Il pourrait s'agir en premier lieu d'un puissant dégazage, plutôt qu'une vrai activité explosive, ayant court au fond du cratère. En effet une vidéo a été tournée récemment (fin septembre) depuis la lèvre du cratère et montre un évent très actif ouvert au fond du cratère, évent qui émet principalement du gaz, à très haute température et pression. Il semble être seul.



On peut noter que, parfois, emportés par le jet de gaz sortent des lambeaux de lave. Pour autant je ne suis pas certain que l'on puisse parler d'une activité éruptive au sens strict (sur ces images) puisqu'on ne sait pas si les morceaux émis sont des fragments de lave neuve ou des fragments de lave ancienne. Il peut en effet s'agir de fragments de la paroi rocheuse à travers laquelle les gaz se faufilent, chauffés au rouge et éjectés.
Personnellement décrire cette situation comme "éruptive" ne me pose en fait pas trop de soucis tant elle ne ressemble à rien de "non éruptif" (activité hydrothermale par exemple)... Par ailleurs il est possible qu'à certains moment cette situation évolue vers quelque chose de plus intense et réèllement éruptif, similaire à ce qui avait été observé en 2014 par exemple (ci dessous peut-être en août ou juillet, l'auteur n'a pas précisé malheureusement).



En tout cas cet évent et son dégazage très puissant (et même impressionnant) sont à l'origine d'au-moins une partie des panaches vus depuis l'espace cette année. Les images de la vidéo ont en effet été tournées, dixit leur auteur, les 24 et 25 septembre. Or voilà, ci-dessous, ce qu'il en était vu de l'espace le 24 de ce mois: une situation tout à fait similaire à celles observée par le même satellite à de très très nombreuses reprises cette année.

Le panache de gaz et cendres produit par le Dukono par l'évent de la vidéo. Image: MODIS/NASA
Bilan: les panaches vus tous les jours de l'espace trouvent visiblement leur source dans un évent très actif ouvert au fond du cratère. Il laisse parfois s'échapper uniquement du gaz, ce qui était le cas fin septembre, et parfois un mélange de gaz et cendres plus chargé, comme en 2014. On peut supposer que les variations dans l'importance du panache sont liées à des variations de l'activité sur cet évent, mais cela reste à démontrer. Cette activité n'émet bien que des cendres: rien n'indique que de la lave se soit mise en place en cours d'année sous forme de dômes ou de coulées.

En tout cas cette activité, qui dure depuis longtemps, a profondément modifié la morphologie du fond du cratère. Regardez par exemple la situation en 2012 lorsque le guide Indonésien Aris Yanto avait fait l'ascension: à l'époque le fond était quasiment plat. Il a maintenant une forme d'entonnoir bien plus marqué.





* et je me méfie toujours des impressions, mais c'est vrai que très très régulièrement des cendres étaient visibles.

Sources : Youtube:Aris Yanto/Andre LABETAA/Vulkanechris; MIROVA; MODVOLC

1 commentaire:

  1. bonsoir
    le dégazage est vraiment très impressionnant par sa puissance.

    RépondreSupprimer