12 mai 2015

Incandescence sur le volcan Etna (mis à jour 16 mai, 09h33)

C'est la seconde fois (au moins) depuis la fin de sa précédente éruption, fin janvier-début février, que l'Etna montre des signes d'une instabilité, la précédente s'étant manifestée sous la forme d'une émission de cendres dans le cratère de la Voragine.


Il y quelques jours, le 03 mai dernier, Boris Benckhe avait aussi fait savoir que le dégazage de cette même Voragine était devenu pulsant, accompagnant une
modification du signal du trémor, mais sans émissions de cendres.

Evolution du trémor du volcan Etna, mai 2015
Modification du trémor cette nuit avec une très très légère hausse. Image: INGV

Cette nuit par contre une "activité" a démarré au sommet du Nouveau Cône Sud-Est et, pour être plus précis, sur le haut versant nord de ce dernier, ce qui fait qu'il n'est pas possible de la voir depuis les webcams installées sur la Montagnola, au sud du sommet. Une faible lueur incandescente apparait vers 01h08, qui s'accentue vers 01h19 pour se maintenir au moins jusqu'au levé du jour, après quoi la luminosité ambiante la masque complètement. Cette incandescence, la première depuis la fin de la précédente éruption, s'accompagne d'une très légère hausse du trémor.

Lueur incandescente au sommet du volcan Etna, 12 mai 2015
Lueur incandescente au sommet du Nouveau Cône Sud-Est ce matin. Image : Radio Studio7

Signal thermique au sommet du volcan Etna, 12 mai 2015
Le signal thermique lié à cette lueur incandescente. Image: INGV

Je met des guillemets à "activité" pour rester volontairement vague: rien ici n'indique que cette lueur ne soit liée à l'émission de lave. Aucune projection n'est visible et l'intensité des signaux thermiques sont incompatibles (trop faibles), me semble-t-il, avec une activité éruptive.

Par contre les signes d'instabilité chronique semblent tout de même se faire plus sérieux depuis la mi avril.
Bilan: affaire à suivre, de près.


Mise à jour 20h34


Il suffisait d'attendre un peu: une activité strombolienne a débuté au sommet du Nouveau Cône Sud-Est en cours de journée. Des projections sont-même devenues visibles en plein jour et, alors que la nuit tombe actuellement sur la Sicile, leur incandescence devient parfaitement visible, même sur la webcam de la Schiena dell'Asino, pourtant peu sensible aux basses lumières. Le trémor, de son côté, continue d'augmenter tranquillement pour le moment. Cette fois donc ça y est : c'est bien une activité strombolienne, faible à l'heure actuelle, qui a démarré. L'INGV a rédigé à ce sujet un rapport (en italien).


Projections de bombes sur le volcan Etna, 12 mai 2015
Projections visibles en plein jour. Image: Radio studio 7

Activité strombolienne sur le volcan Etna, 12 mai 2015
La même activité vue en début de nuit: Image: Radio studio 7

Activité strombolienne sur le volcan Etna, 12 mai 2015
L'activité strombolienne vue depuis la webcam installée sur la Schiena dell'Asino. Image: Etnatrekking

Mise à jour 13 mai, 06h52

L'activité strombolienne de l'Etna s'est poursuivie tout au long de la nuit sans connaitre d'intensification notable par rapport aux images ci-dessus : pas de phase paroxysmale à fontaine de lave. "Pas d'intensification" ne veut évidemment pas dire que l'activité elle-même n'est pas intense : les explosions s'enchainent toujours ce matin à un rythme effréné et les projections s'élèvent à plusieurs centaines de mètres de hauteur. Petite chose notable toute de même: à partir de 04h11 ce matin tout le haut versant est du Nouveau Cône Sud-Est s'est affaissé, progressivement et par morceau, pour former une large fissure béante. L'opération n'a pas pris plus de 30 minutes. Elle est longue d'environ 80 à 100 m et pour le moment n'est le siège d'aucune activité particulière visible: ni projections ni effusion à l'heure où je rédige ce post, juste une forte incandescence. Toutefois vu la proximité du conduit d'alimentation de l'activité strombolienne et de cette fissure, il est tout à fait envisageable que cela change à tout moment et qu'une coulée en sorte, à moins que l'éruption ne cesse, bien entendu.

Ouverture d'une fissure sur le volcan Etna, 13 mai 2015
L'ouverture d'une nouvelle fissure béante en fin de nuit. Images: Radiostudio7

Le trémor de son côté a connu un maximum en milieu de nuit avant de diminuer tout aussi tranquillement qu'il était monté en première partie de nuit. Il semble reparti à la hausse au moment où je rédige cette mise à jour.


Mise à jour 13 mai, 17h 50

Et bien la tendance du trémor s'est finalement maintenue à la baisse jusqu'à présent, accompagnant au passage une baisse de l'activité en surface: depuis 15h10 plus aucune émission de cendres un tant soit peu importante ne s'est manifestée au sommet du Nouveau Cône Sud-Est (NCSE). Par contre, une coulée a commencé à se mettre en place dans la fissure dont je vous ais présenté l'ouverture plus haut. Sa longueur actuelle semble avoisiner les 500m et le débit qui l'alimente reste plutôt modeste. Elle s'allonge dans une direction est-nord-est (j'ai l'impression). Elle apparait vers 09h14* accompagnée et suivie d'une succession d'effondrements des parois de la fissure, fragiles. Ces effondrements sont souvent modestes, sauf un, assez volumineux, juste après 10h00.

Coulée de lave sur le volcan Etna, 13 mai 2015
La coulée de lave est visible depuis la ville de Giarre (à l'est). Image: Protection Civile de Giarre

Effondrement de paroi sur une fissure du volcan Etna, 13 mai 2015
Les parois de la nouvelle fissure sont instables. Image : Radiostudio7


* c'est l'impression que les images webcams me donnent ou, plus être plus clair, c'est l'interprétation que je fais de ces images: les précisions de l'INGV seront importantes.

Mise à jour 21h07

Pas moyen de se poser une minute: le trémor est repartit en légère hausse et l'activité en surface a fait de même. Des émissions de cendres, modérées mais continues, ont refait leur apparition à partir de 18h30 environ (heure locale). La coulée de lave se voit maintenant complètement avec la tombée de la nuit. En regardant attentivement ce qu'il se passe on se rend aussi rapidement compte qu'une activité strombolienne est non seulement en cours au sommet du NCSE, mais aussi au niveau de la bouche d'où est émise la coulée .

Activité strombolienne sur le volcan Etna, 13 mai 2015 au soir
Les explosions stromboliennes se produisent à deux endroits différents. Image : Radiostudio7

Mise à jour 14 mai, 07h54

Tout au long de la nuit, l'activité s'est déroulée de manière plutôt stable en surface. Au sommet du NCSE l'activité strombolienne a connu un coup de mou entre 21h40 et 02h20 environ: projections à faible hauteur et intermittente. Puis, rapidement, elle a retrouvé une vigueur à partir de 02h20 avec des projections en quasi continue, pas très loin d'une dynamique de fontaine de lave, et envoyées un peu plus haut. Ça me rappelle tout à fait l'activité qui se déroulait au sommet de l'ancien Cône Sud-Est en septembre 2006, par exemple.


Du côté de la coulée, l'alimentation reste modeste mais continue et, comme à l'accoutumée, connait des à coup, c'est-à-dire des regains temporaires du débit au niveau de l'évent. Au cours de la nuit sa longueur à au moins doublé et semble faire actuellement entre 1000 et 1300 m de long. Elle continue, en serpentant, de se propager en direction du nord-est, suivant probablement le contour du champ de lave édifié par les précédentes éruptions. Ainsi guidée, je ne serais pas étonné qu'elle parvienne ainsi jusqu'à proximité du rempart nord de la Valle del Bove (donc sous la Valle del Leone) avant de trouver un passage qui la mènerait plein est, en  direction du fond de cette dernière.

Progression de la coulée de lave du volcan Etna vue depuis Taormine, 14 mai 2015
Progression de la coulée entre hier soir et ce main, vu au niveau de Taormine. Image : Villa Ducale

Progression de la coulée de lave du volcan Etna vue depuis Giarre, 14 mai 2015
Progression de la coulée entre hier soir et ce main, vu au niveau de Giarre. Image : Protection Civile de Giarre

Cette coulée de lave, qui était alimentée hier par un évent unique, me semble-t-il, l'est pas deux évents distincts mais très proches ce matin. La modification a eu lieu à un moment que je n'ai pas pu identifier avec précision mais qui s'est produit aux alentours de minuit, à un moment où la coulée a connu un brusque hausse du débit, justement.

Deux sources pour la coulée de lave du volcan Etna, 14 mai 2015
Ouverture d'un second évent effusif en cours de nuit. Images: Radiostudio7
Côté trémor, enfin, la hausse reste de mise même si on est loin des envolées exponentielles des paroxysmes de ces dernières années. Là, en l'occurence, c'est une hausse modeste et par paliers. Mais attention, sur l'Etna les changements rapides de régime éruptifs ne sont pas rares.

Evolution du tremor du volcan Etna, 14 mai 2015
Evolution du trémor: les paliers sont bien visibles à droite. Image : INGV

Pour finir, quelques images filmées, toujours plus jolies à voir que les images des webcams.





Mise à jour 19h15

Et bien finalement la coulée de lave n'est pas si faiblement alimentée que ce que je croyais: son front est arrivé ce matin au niveau du Monte Simone, un joli cône installé au pied de la paroi nord de la Valle del Bove.
Cette coulée s'est en fait mise en place par étapes. Une première coulée est apparue le 13 mai, mais c'est un second front, apparu vers 13h00 TU (15h heure locale) le même jour, qui s'est étalé en direction du nord-est (voire time-lapse ci-dessous). Vers 22h30 TU une hausse du débit se manifeste et donne un coup d'accélérateur à la coulée de lave. Après l'arrivée du supplément de lave, le front accélère, arrive à proximité du rempart nord de la Valle del Bove et s'embarque dans la pente de cette dernière vers 04h15 TU (06h15 heure locale) ce matin.
A partir de là il ne lui faut que 2 heures environ pour arriver au Monte Simone (soit une vitesse moyenne de 10m par minute) puis continuer sa route en direction de deux petits reliefs boisés, appelés Rocca Mousarra et Monte Finnochio.  Le front semble toutefois suivre la pente relativement douce qui descend vers le sud.


Points de repère sur le volcan Etna
Image Google Earth légendée avec les points de repères du texte.
Pour l'heure la coulée est encore au-dessus des deux reliefs sus-cités et sa longueur totale semble avoisiner les 4400 m. Le trémor ne semble plus augmenter depuis le milieu de journée mais, au sommet du Nouveau Cône Sud-Est, l'activité strombolienne reste vigoureuse.





Mise à jour 15 mai, 07h48

Rien n'a fondamentalement changé cette nuit pour cette éruption qui reste mixte, explosive-effusive. La partie explosive, dont le dynamisme reste un strombolien très soutenu, a continué de se dérouler au sommet du NCSE, projetant bombes et autres lambeaux de lave à une hauteur de quelques centaines de mètres: le spectacle doit être vraiment joli à voir en direct!

C'est du côté de la coulée que les choses ont un peu changé. Depuis hier après-midi je la soupçonnais de s'être scindée en deux lobes différents, partant d'une photo réalisée par Giuseppe Distefano (Etnawalk). On y voyait en effet la masse fumante du chenal principal passant au pied du cône du Monte Simone, mais une autre zone produisait un dégazage, montrant une accumulation locale de lave, sorte de dérivation de la coulée.
 

Live da Serra delle Concazze. La colata lavica ha già superato Monte Simone. photo: Giuseppe Distefano #etna #etnawalk #volcano #eruption #lava
Posted by Etna Walk on jeudi 14 mai 2015

Au cours de la journée cette accumulation s'est accentuée jusqu’à donner un nouveau lobe qui a commencé à partir en direction du Monte Finnochio, en restant au pied de la paroi nord de la Valle del Bove, tandis que la majeure partie de la clave continuait sa route vers le sud-est, suivant la pente locale. Le devenir de ce lobe reste incertain mais si la topographie le permet, il pourrait bientôt descendre soit entre la paroi de la Valle del Bove et le Monte Finnochio, soit en ce dernier et la Rocca Musarra.

Vers 18h TU hier par ailleurs, la quantité de lave arrivant du NCSE étant trop importante pour le chenal principal, un débordement, à l'origine d'un troisième lobe, a commencé à faire timidement son apparition à l'endroit où le chenal principal fait un coude brusque pour plonger dans la pente de la Valle del Bove. Au cours de la nuit ce troisième lobe a parcouru tranquillement la pente et arrive ce matin non loin du Monte Simone.
Quand au front principal il a poursuivit sa route en direction du sud-est, et se trouvait, je pense, à quelques centaines de mètres du vaste champ de lave édifié par tous les paroxysmes précédents du NCSE.

Coulée de lave du volcan Etna, 15 mai 2015
Les trois front principaux de la coulée de lave de l'Etna, 15 mai 2015. Image : INGV

Ci-dessous voici une rapide infographie pour vous montrer l'idée que je me fais de la situation ce matin: le tracé des trajectoires de coulées est approximatif bien entendu.

Trajectoire supposée des coulées de lave du volcan Etna, 15 mai 2015
Trajectoire approximative des différents lobes de lave (pointillés rouge). Image : Google Earth / annotations Culture Volcan

Mise à jour 15 mai, 21h02

Cette mise à jour sera rapide car l'activité n'a pas connu de modification fondamentale. Le trémor a entamé une très lente descente juste marquée, en milieu de matinée, par une brusque chute qui a fait descendre d'un cran son intensité. Or il se trouve qu'à peu près à ce moment là de la matinée deux grosses émissions de cendres ont eu lieu sur un cratère que j'aurais placé, tout à fait certain de moi, sur la Voragine, proposition que Boris Benchke corrige: l'origine est la Bocca Nuova. La première des deux émissions est plutôt modeste, à contrario de la seconde qui, elle, est plus imposante et que je vous montre ci-dessous, observée par diverses webcams.


Emission de cendres du volcan Etna vue depuis le sud, 15 mai 2015
Émission de cendres vue depuis le sud. Image: Radiostudio 7
Emission de cendres du volcan Etna vue depuis l'ouest, 15 mai 2015
Émission de cendres vue depuis l'ouest. Image: N.Zappala

Emission de cendres du volcan Etna vue depuis l'est, 15 mai 2015
Émission de cendres vue depuis l'est. Image: INGV

Emission de cendres du volcan Etna vue depuis le nord, 15 mai 2015
Émission de cendres vue depuis le nord. Image: Radiostudio7

L'origine de ces panaches est, pour le volcanologue Boris Behncke, dus à des effondrements: on voit en effet très nettement sur l'image thermique ci-dessus, que les cendres ne sont pas à haute température, et donc ne sont pas faites de lave neuve. Leur origine est vraisemblablement à rechercher indirectement du côté de l'éruption qui, en drainant les conduits internes au volcan, créé des déstabilisations dans le système d'alimentation, qui finissent par se manifester en surface. Il ne serait pas étonnant par ailleurs que ces effondrements aient pu provoquer une petite activité phréatique. Seul l’échantillonnage des cendres et leur analyse pourrait permettre d'en savoir plus à ce sujet.

Pour le reste, la coulée a continué sa progression sur la pente qui se situe entre Lle Monte Simone, la Rocca Musarra et le Monte Finnochio: il faudra attendre pour voir si un front parviendra à prendre la pente qui se trouve entre les deux derniers reliefs cités (un secteur qui n'a plus été touché par les coulées depuis le milieu des années 80, je crois). L'activité strombolienne reste aussi soutenue, mais semble en perte de vitesse toutefois.

Mise à jour 16 mai 2015, 09h33

L'activité éruptive se calme peu à peu: le trémor comme les phénomènes éruptifs (coulée et émissions de cendres) s'atténuent : les cendres ne sont d'ailleurs plus produites depuis peu après 07h30 ce matin.
L'effusion se poursuit encore pour le moment, mais si l'activité ne redémarre pas, son alimentation devrait s'épuiser progressivement.

Une belle éruption effusive.




Sources: INGV; Radiostudio7; Etnatrekking; Boris Behncke; Orlando Salvo; Etnawalk; Fabio Caltabiano

9 commentaires:

  1. Bonjour. Où est la webcam affichant l'incandescence?

    RépondreSupprimer
  2. Rebonjour. Quel est le meilleur endroit pour admirer l'incandescence? Schiena del asino?

    RépondreSupprimer
  3. Pourra-t-on un jour connaitre la différence entre un incident naturel et un incident fabriqué par Haarp et consort ?

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour. Elle se trouve sur le haut versant nord de la Valle del Bove non loin du cône Cône nord-est, à proximité de l'observatoire du Pizzi di Neri. C'est à mon avis le meilleur endroit pour voir cette incandescence, la Schiena del Asino étant au sud-est, le site incandescent risque d'être partiellement masqué. L'autre spot est l'entrée de la Valle del Bove, à l'est, au niveau du cône du Monte Cagliato mais là on est bcp plus loin. Sinon, tout le long (ou presque) de la crête nord de la Valle del Bove.
    Si vous êtes sur place postez-vous car l'activité strombolienne s'est confirmée en cours de journée. :-)

    RépondreSupprimer
  5. Bjour
    ça change au sommet, Je constate que la fissure au sommet s'est réouverte

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour !
    Je m'appelle Nicolas.
    J'ai beaucoup de chance.
    Lors d'un séjour de 4 jours du 28 janvier 2015 au 02 fevrier 2015 j'ai effectuer un trek solo avec au depart de Randazzo. Résultat dans la nuit alirs que je dormai + 1500m dans ma tente éruption !
    Mais le plus énorme... je vien de revenir d'un nouveau trek solo du 10/05 au 20/05 j'ai dormi du 11/05 au 13/05 sur la face nord par + 2500m
    le 13/05 alors que je manger sur le Cratere Nord le cratère Sud Est est est rentré rn tres gra de activité (explosion souterraine suivis d'important panache de fumée marron.)16h je suis obligé de descendre suite à un vol rapprocher et semi stationnaire d'un hélicoptère Type Huey de la protection Civile. (Signe mes faits de de partir).
    La nuits du 13-05 au 14- 05 je dors face au cratère Sud Est est la"Valle del Bove" à une altitude de +2500/ 2700m avec comme resultat d'excellente photos d' explosion avec projection de Lave + coulé de lave magnifique.

    RépondreSupprimer
  7. svp combien de temp a durée cette eruption

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour fln kikou. La coulée n'était quasiment plus active le 17 mai: on peut donc dire que l'éruption a duré environ 5-6 jours (il n'est pas facile de savoir précisément quand la coulée n'a plus été alimentée du tout mais l'activité strombolienne avait cessé dès le 16 mai).

      Supprimer