13 mai 2018

Retour de l'activité dans la zone de Leilani Estates (volcan Kilauea) (mis à jour x30)

Ces derniers jours ont été marqués par un pause de l'activité éruptive à Leilani Estates, mais les volcanologues, relayés par la défense civile, ont continué d'alerter sur le fait que la sismicité et la déformation continuaient d'indiquer que le magma poursuivait son intrusion dans la Rift-Zone. Ils s'attendaient à ce que nouvelles fissures éruptives s'ouvrent: c'est fait depuis la matinée du 12 mai. Ce post prend donc le relai du post précédent et de toutes ces mises à jour, ainsi que de l'antépénultième (j'aime bien ce mot), qui faisait le point sur les signes précurseurs, pour les lectrices-teurs qui n'auraient pas suivi cette crise exceptionnelle depuis le départ.

C'est à partir de 06h45 (heure locale, 18h45 en France) qu'une nouvelle fissure a fait son apparition à l'Est de la ville de Leilani Estates, dans une zone faiblement habitée mais malgré tout à proximité de quelques maisons et à moins de 2 km de la route 132, une zone appelée Lanipuna Gardens.
 
Localisation de la fissure n°16. image: HVO/USGS

Au départ seule une activité de spattering (faibles projections de lave en fusion) était décrite mais vers 07h00 du matin des coulées de lave ont commencé à émerger de cette fissure, brûlant la végétation alentours. Ces coulées de lave ne se déplacent pas très rapidement.


20180512 - Fissure 16 : Lanipuna Gardens from Andrew Richard Hara on Vimeo.

En fin de journée, vers 18h00 (heure locale, 06h le 13 mai en France), la fissure n°17 s'est ouverte, dans le même secteur que la n°16. Elle-aussi est le siège d'une activité de spattering mais à l'heure où l'information a été rapportée par le HVO, aucune coulée de lave n'avait encore été produite par cette fissure. Cela pourrait changer rapidement mais il faudra attendre un peu pour le savoir, évidemment. Pas d'images (et pas de localisation sur la carte) pour l'instant: cette fissure s'est ouverte il y en moins de deux heures et les volcanologues sont sur place pour faire le point sur la situation.

Pendant la pause de quelques jours, le sommet du Kilauea est resté le siège d'émissions de cendres intermittentes et faibles à modérées: toutes sont le résultat de l'instabilité des parois du Pit Crater trop rapidement vidangé. Un model 3D du Pit Crater a été élaboré à partir d'images thermiques faites le 11 mai: il a permis aux volcanologues du HVO d'estimer la profondeur du lac de lave à environ 350m.(erratum : il s'agit d'un model 3D montrant le Pu'u O'o, je me suis emmêlé les pinceaux dans les noms, merci à Myristica Fragrans pour me l'avoir fait remarquer dans les commentaires!)

Les émissions de cendres émises le 11 mai dans la caldera d'Halema'uma'u, au niveau du Pit Crater Overlook, à cause des effondrements de la paroi instable du Pit Crater. Image: HVO/USGS

Vous l'aurez compris: la situation n'est absolument pas stabilisée. La fracturation sur la Rift-Zone Est se poursuit, le magma continue sa progression en sous-terrain dans le réseau de fractures et peut sortir à tout moment (pas de manière violente ou brutale). Il semble plus probable qu'il sorte en aval du système de fracture, donc de plus en plus vers l'est, mais il n'est absolument pas exclu qu'il puisse sortir en amont, c'est-à-dire soit à nouveau dans Leilani Estates, soit plus à l'ouest encore.

Affaire à suivre, ais-je besoin de le préciser?

Mise à jour n°1, 18h46

Une nouvelle fissure (n°18) s'est ouverte en cours de nuit  non loin des n°16 et 17 donc à l'est de Leilani Estates. Elle traverse à ce qu'il semble un chemin appelé Haleakamhina Road, située à proximité d'un des points de sortie de la lave lors de l'éruption de 1955, et à proximité d'habitations. J'ai ajouté un ellipse en pointillés rouges dan la zone où elle s'est probablement ouverte d'après les descriptions de la Défense Civile: la localisation précise est à confirmer


Pas très loin des fissures 16 et 17 s'est ouverte la n°18 en cours de nuit. Image: HVO/USGS

Les autorités ont demandé l'évacuation de tous les résidents du secteur. Pour le moment, puisqu'il est tôt à Hawaï (environ 06h30 du matin), il n'y a pas encore d'images des événements qui ont accompagné l'ouverture des fissures n°17 et 18.: ça ne devrait pas tarder j'imagine! En attendant voilà une petite vidéo de Paradise Helicopters qui montre l'activité sur la fissure n°16, où l'activité s'est arrêtée au bout de quelques heures visiblement.

May 12, 2018 Sixteenth Fissure Eruption from Mick Kalber on Vimeo.

Mise à jour n°2, 14 mai, 06h40

Il semble que l’information, transmise par la Défense Civile hier, indiquant l'ouverture de la 18 ème fissure soient fausses. Le dernier rapport du HVO explique en effet que ce qui a été décrit comme la fissure n°18 n'était en fait "que" l'ouverture de la fissure n°17. Par contre il y a bien un fissure n°18 qui s'est ouverte en cours de journée, toute petite fissure ne produisant qu'un peu de spattering et de très petites coulées de lave. Elle s'est ouverte entre les fissures 16 et 17, dans la zone que j'avais entourée sur la carte plus haut.

Image aérienne qui montre la zone des fissures 17 et 18. Image: HVO/USGS

L'activité sur la fissure 17 est assez belle et plutôt bruyante. Le gaz peut en effet parfois être émis sous la forme de larges bulles venant exploser sous pression à la surface, projetant alors des lambeaux de lave relativement haut (jusqu'à une vingtaine de mètres, parfois un peu plus visiblement), mais produisant par contre des sons d’explosions assez importants. Sur la vidéo ci-dessous vous pourrez noter aussi parfois la formation de panaches bruns: leur origine n'est pas évidente à comprendre mais il pourrait s'agir de laves anciennes détruites par l'ouverture des fractures et projetées par le dégazage: une sorte de débourrage des conduits.


20180513 @ 1155HST : Fissure 17 - Lanipuna Gardens from Andrew Richard Hara on Vimeo.

Mise à jour n°3, 14 mai , 12:27

Rien de nouveau mais comme Paradise Helicopters a mis en ligne une nouvelle vidéo qui montre l'étendue et l'activité de la fissure n°17, je me suis dit que ça vous plairait! On y voit en particulier les zones où, sur la fissure, viennent exploser brusquement les bulles de gaz responsables des sons d'explosions décrits plus haut.

May 13, 2018 Seventeenth Fissure Eruption from Mick Kalber on Vimeo.

Plus tard en cours de journée le HVO a fait un nouveau survol de la fissure n°17 ce qui permet d'apprécier l'évolution de la situation sur cette zone active, très proche de quelques habitations. Et là vous allez voir que les explosions sont parfois vraiment fortes, projetant des fragments de lave énormes (peut-être 1-2 m de large à vue de nez d'après les images) à plus de 150 m de haut, suivi de jet de gaz sous pression: spectaculaire!!


Mise à jour n°4, 14 mai, 21h33

Le bulletin mis en ligne aujourd'hui à 08h36 du matin (heure locale, 20h36 en France) indique qu'une 19ème fissure s'est ouverte libérant une lave dégazée et relativement visqueuse. Elle se trouve à proximité de la fissure 15 (voir carte plus haut), donc un peu plus en amont de l'endroit où l'activité est la plus intense, à savoir la fissure 17 où des fontaines de lave sont décrites dans le bulletin (en attente d'images) et un peu la 18 où l'activité semble faible. Ce nouvel évent, d'après la description de sa localisation, est à proximité de la station géothermale qui a été évacuée au début de crise.
Malheureusement il est un peu trop tôt pour que les images soient en ligne: je referais un point demain matin probablement

Mise à jour n°5, 15 mai, 07h59

L'activité se poursuit et est essentiellement concentrée sur la fissure n°17, où elle se manifeste par une activité de petites fontaines de lave * et une effusion maintenant bien alimentée. LA coulée de lave a progressé d'abord en direction du nord-est, selon un axe parallèle à la route 137, mais sans jamais la recouper. Et puis deux choses l'ont faite dévier:
- le champ de lave de l'éruption de 1955, qui fait barrage
- la rencontre avec une légère dépression topographique liée à la présence d'un cours d'eau (dont je ne saurais dire si il est permanente ou temporaire, ou même si il ne s'agit que de la trace laissée par un cours d'eau).

Quoi qu'il en soit, cette coulée de lave a entamé une trajectoire qui la fait s'approcher progressivement de l'océan: à 14h30 (heure locale, 02h30 ce matin en France) le front actif n'était  qu'à environ 2700 à vol d'oiseau de la côte.

Localisation de la coulée de lave émise par la fissure n°17. Image: HVO/USGS

Il sera probablement indispensable pour les quelques habitants, pourtant dispersés, qui vivent sur ce secteur de la côte, d'évacuer au plus vite leur habitation. Ce champ de lave associé à la fissure n° 17 est maintenant le plus grand produit par la crise entamée début mai dans le secteur de Leilani Estates**

Sur la vidéo ci-dessous, réalisée à nouveau par Paradise Helicopters, on peut voir cette magnifique activité éruptive sur la fissure n°17 et aussi (je pense) la faible activité sur la fissure n°19 près de la station géothermale (à 1'11" environ).

May 14, 2018 Pele Heads for the Ocean from Mick Kalber on Vimeo.

Le cabinet du Mayor (peut-être plus proche d'un de nos préfets que d'un maire) d'Hawaï indique que la qualité de l'air est fortement dégradée dans le secteur de Lanipuna Gardens, où se trouve la fissure n°17, en raison des très fortes émissions de gaz soufrés. Ils est demandé au habitants de quitter la zone pour leur santé.


* qui ne sont pas strictement des fontaines car on voit que ce sont des bulles rapprochées qui éclatent les unes à la suites des autres alors qu'une fontaine résulte d'un dégazage continu...mais c'est pas loin quand même.

** et j'ai bien précisé la crise, et non pas l'éruption, puisque l'éruption en cours a commencé en 1983 et n'a fait que changer d'endroit.

Mise à jour n°6, 15 mai, 21h14

Le HVO et le comté d'Hawaï ont fait savoir qu'une vingtième fissure s'est ouverte en cours de nuit, entre les fissures 19 et 17, donc pas loin de la 16 vraisemblablement. Aucun détail n'est disponible concernant l'activité en cours sur cette fissure mais pour le reste, rien ne change: la lave émise par la fissure n°17 continue d'avancer tranquillement et se trouverait maintenant à environ 2200m de distance de la route côtière 137. PAs d'images pour le moment pour se faire une idée plus précise , ce qui est normal à cause du décalage horaire: le jour commence à Hawaï et les images arriveront encours de nuit chez nous. A demain pour le prochain point, que j'espère plus fournit donc!

Mise à jour 16 mai n°7, 07h46

L'événement du jour est le passage du Kilauea en alerte rouge (maximale) parce que l'instabilité des parois du Pit Crater Overlook  est toujours grande et a causé une activité explosive assez soutenue en cours de journée. Des émissions de cendres fortes ont été observée une partie de la journée, à l'origine de chutes de cendres sur le désert de Ka'au, au sud-ouest de la caldera d'Halema'uam'u. Des chutes de cendres ont été visiblement d'écrites à Pahala (30 km au sud-ouest) d'après le HVO et cette cendres fait courir un risque accru pour l'aviation, raison principale du passage en alerte rouge. La hauteur maximale atteinte parle panache a été estimée par l'HVO à environ 3500 m.

Le panache de cendre produit en cours de matinée (11h05 heure locale). Image: HVO/USGS



Côté Leilani Estates, 40 km à l'est, l'activité se poursuit et la fracture n°17 reste le point le plus actif avec l'alignement de petites "fontaines" de lave et l'effusion qui continue à progresser visiblement très lentement. Sur la video ci-dessous, réalisée par Paradise Helicopters, les passage où ils survolent le champ de lave de la coulée n°17, visiblement tôt le matin comme à l'accoutumée montrent que le front est alors plutôt à environ 2600 m de distance de la route 137 qu'à 2200 m comme indiqué dans la mise à jour d'hier soir (chiffre pris sur le bulletin du HVO). Le HVO indique que la vitesse de progression a fortement diminué depuis déjà le 14 après-midi.

May 15, 2018 Lani Puna Flows Active from Mick Kalber on Vimeo.

La fissure 20 a bien libéré un peu de lave sous forme de deux petits lobes, mais je n'ai pas trouvé d'images la montrant. Le HVO décrit par ailleurs une faible activité de spattering (projection de lambeaux de lave qui percutent le sol encore mous) sur la fissure n°18.

La sismicité et la déformation restent importante sur cette portion de la Rift-Zone, ce qui indique que le magma continue d'arriver depuis la partie principale de la plomberie (sous Halema'uma'u à peu près) à environ 40 km à l'ouest. Par contre l'HVO indique que la sismlicité n'a pas continué de progresser plus à l'est depuis deux jours, donc grosso modo depuis l'ouverture de la fissure 17 qui marque, pour le moment, l’extrémité de cette longue zone de fracturation qui a commencé sa formation à travers Leilani Estates début mai.

Reste à voir comment tout cela va se poursuivre. Y aura-t-il contact entre la colonne de magma au sommet la nappe phréatique? L'effusion sur la fracture n°17 va-t-elle être suffisante pour qu'une coulée de lave arrive dans l'océan? D'autres fissures vont-elles s'ouvrir dans les heures ou jours qui arrivent? Suspens....

Mise à jour n°8, 17 mai, 20h28

L'activité éruptive sur la Rift-Zone a diminué ces deux derniers jours: faible spattering sur l'ensemble des fissures y compris la n°17, et la coulée de lave émise par cette dernière n'avance plus (fin de l'effusion pour le moment). Les données géophysiques (sismicité, déformation) semble par contre indiquer que le magma continue d'arriver dans le zone: le calme n'est peut-être que momentané et, de toutes manières, le dégazage du dyke (fissure plein de magma) se poursuit et pollue toujours la zone, ce qui peut créer des problèmes de santé pour les personnes qui se trouvent à proximité.
Si le calme est momentanément revenu sur la partie distale ( = éloignée du sommet) de la zone éruptive, la partie proximale (donc le sommet) reste sujette à une forte instabilité. Des effondrements fréquents se produisent toujours dans le Pit Crater Overlook (caldera d'Halema'uma'u)  ce qui génère des émissions de cendres plus ou moins importantes mais de toute façon continues. L'HVO a par ailleurs fait savoir qu'aujourd'hui à 04h15 (heure locale, 16h15 en France) une activité explosive particulièrement importante s'est produite, à l'origine d'un panache dont l'altitude a été estimée à 10 000m!

Le panache (pas celui qui est monté à 10 000 m malheureusement: il faisait nuit) produit par l'activité sommitale au Kilauea, vu depuis le Mauna Loa. Image: HVO/USGS
La zone affectée par les chutes de cendres est essentiellement le sommet. Pour le moment il n'est pas indiqué si cette phase explosive est le résultat du contact entre la nappe phréatique et la colonne de magma, ou si tout ce la ne résulte toujours qu des effondrements. Attendons de voir ce que les volcanologues du HVO, qui iront probablement sur zone pour la récolte d'échantillons, nous expliquerons.

Mise à jour n°9, 18 mai, 06h56

L'activité s'intensifie à nouveau sur la zone de Leilani Estates. L'activité sur la fissure n°17 n'a pas vraiment changé semble-t-il et reste dominée par du spattering (sur une portion plus petite de la fissure d'après les volcanologues du HVO) accompagnée d'une faible effusion qui ne permet pas à la coulée de lave de progresser de manière significative.

L'activité sur la fissure n°17 (amont à gauche) vue le 17 mai pendant un survol de contrôle: l'activité sur le dyke (fissure pleine de magma) est du faiblement explosive ("spattering"). Image: HVO/USGS

On peut noter qu'il y a toujours, sur cette fissure, des explosions en coup de canon, qui restent impressionnantes à voir, même si il s'agit d'une activité explosive faible.



En parallèle une activité éruptive a recommencé sur les fissures 18-19-20, donc sur la partie la plus à l'est (en aval) de l'ensemble des fissures qui ont fait leur apparition depuis le début de cette crise. Par ailleurs une 21ème fissure s'est formée au cours de la journée du 17 mai, mais plus en amont cette fois, entre les fissures n°3 et n°7, soit à nouveau dans la ville de Leilani Estates, entre makamaeh street et Hookupu Street. L'activité sur cette fissure n'est pas violente, mais c'est une très belle activité de spattering, associée avec une effusion de lave qui produit des coulées pahoehoe visiblement. On peut voir sur la video ci-dessous, que le magma émis sur cette zone est très fluide et le dégazage maintient quasiment une petite fontaine de lave.



L'intrusion en force du magma continue d'écarter les roches dans la zone de Leilani Estates et certaines fractures deviennent vraiment impressionnantes, comme celle photographiée par le HVO à l’extrémité est de Leilani Estates, au travers de Pohoiki Road . Le mouvement de cette fracturation est dit "normal", typique des zones en extension: on note non seulement un écartement mais aussi une différence nette de niveau entre les deux parties de la route.

La fracturation qui tranche la route de Phoiki Road est dite "normale" en tectonique: écartement et différence de niveau entre les parties qui sont séparées. Image: HVO/USGS

Au sommet, la sismicité augmente depuis l'explosion du matin mais pour l'heure il ne semble pas y avoir eu d'autres phases explosives soutenues. Le niveau d'alerte aviation reste évidemment au rouge.

Mise à jour n°10, 19 mai, 0730

L'activité éruptive reste concentrée sur la partie la plus à l'est de la Rift-Zone Est, dans le secteur de Leilani Estates. Une 22ème fissure s'est ouverte visiblement dans la nuit du 17 au 18 mai, et se localise non loin de la centrale géothermique.

Localisation des 22 fissures éruptive ouvertes depuis le début de la crise, début mai. Image: HVO/USGS
Au cours de la journée du 18 mai plusieurs portions de la zone fracturée, à savoir les fissures 25-17-18-20-22 (qui sont en aval, dans Lanipuna Gardens) et la fracture n°21, ouverte dans Leilani Estates, donc un peu plus à l'ouest (en amont), ont libéré du magma. Sur l'ensemble de ces points une activité explosive faible, de type spattering (projections de lambeaux de lave qui s’agglomèrent à chaud et encore mous les uns aux autres en retombant au sol) est en cours, la plus intense étant visiblement sur la fissure n°17.

Localisation des 3 fissures les plus actives au cours de la journée du 18 mai, toutes dans la partie la plus aval (à l'est) de la zone fracturée depuis le début de la crise. Image: HVO/USG

En parallèle une partie du magma émis par ces fractures parvient à sortir sous la forme de coulées de lave qui s'étalent lentement. Ces coulées ne sont décrites pour le moment que sur les fissures n°15-17-18-20-21 et comme la fissure 15 se trouve à proximité de Leilani Estates, la coulée de lave qui s'en échappe a coupé Pohoiki Road (qui sert de limite géographique entre Leilani et Lanipuna, j'ai l'impression) en cours de journée. Il semble que le nombre de maisons détruites soit passé à 40.

Que diriez-vous d'un petit tour en hélicoptère pour voir un peu tout ça d'en haut?

May 18, 2018 Fire and Fury from Mick Kalber on Vimeo.

Les 8 premières secondes montrent, de gauche à droite, les fissures 17, 18 et 20. Notez sur les images que l'axe de la fissure n°17 est franchement décalé (environ 150-170 m) par rapport à l'axe des fissures 18 et 20. C'est le cas en fait sur l'ensemble de la zone fracturée et l'on peut regrouper les 22 évents apparus depuis le début de la crise sur au moins 4 fissures principales légèrement désaxées les unes par rapport aux autres.
Ce phénomène est habituel, très courant dans les zones en cours de déformation: les fractures sont alors dites "en échelon".

L'intrusion magmatique, qui cause cette importante déformation et cette fracturation (à travers laquelle elle a fuité à 22 endroits différents), a un impact plus large que les seules fractures en échelons que l'on peut voir en surface. L'intrusion écarte en effet une portion importante de terrain et les volcanologues ont pu repérer une zone affaissée d'environ 80 m de large mais très allongée, située:

- sur sa longueur entre la route 130 et Lanipuna Gardens, soit une portion de terrain occupée par toute la moitié nord de Leilani Estates (ça fait pas mal de maisons ça)

- sur sa largeur: entre les fissures éruptives et ~ 80 m m au nord.

Cet affaissement est dû au fait que cette portion de terrain, sous l'effet des contraintes mécaniques produites par l'intrusion de magma, et aussi pour des raisons purement tectoniques (tout le sud-est du Kilauea "glisse" progressivement dans l'océan Pacifique, mais sur une échelle de temps géologique, je précise).

Au sommet, il n'y a pas eu pour le moment d'autre activité explosive après celle du 17 mai au matin mais bien que tout soit calme vu de l'extérieur, les volcanologues de l'HVO continuent d'enregistrer une sismicité importante sous la sommet, signe que les conduits, brusquement vidangés, sont instables et se réorganisent progressivement. La possibilité que la colonne de magma, et les conduits vides mais toujours à très haute température, n'entrent en contact avec la nappe phréatique reste importante: des explosions phréatomagmatiques sont possibles à tout moment au sommet mais la zone à risque ne se localise qu'u sommet, donc loin des zones habitées. Par contre il est interdit à quiconque d'approcher de la caldera d'Halema'uma'u car ces explosions peuvent projeter des blocs de plusieurs tonnes à un distance relativement grande: en 1924, un bloc de 10 tonnes était retombé à environ 1 km de distance!!

Pour terminer, je vous fait passer un lien vers un streaming de l'éruption: il semble que la webcam soit située en face de la fissure n°20 (d'après l'USGS). En plus de la webcam, il y a un micro: allumez casques et enceintes, on s'y croirait! L'ambiance est fantastique!!




Mise à jour n°11, 20 mai, 07h46

L'activité a plus que sensiblement évolué en l'espace de 48 heures: l'activité sur la fissure n°17 (extrême est de la zone de fracturation) mais a fortement augmenté juste en amont: les fissures n°16, 20 et 22 ont fusionné en une seule fracture, que j’appellerais donc maintenant "fissure 22-16"*  le long de laquelle le magma jaillit et forme un spatter-rempart. Une effusion (coulée de lave) largement alimentée donne naissance à trois coulées de lave principales, dans la partie amont (côté ex fissure 22), la partie centrale (ex fissure 20) et la partie aval (ex fissure 16) de la nouvelle fracture éruptive.

Je remercie très chaleureusement le lecteur Unknown qui, dans les commentaires, à fait passer ce lien fantastique qui cartographie en temps quasi-réèl la position des coulées de lave, les routes interdites d'accès, tous les évents formés depuis le début de la crise, en différenciant ceux devenus inactifs et ceux qui le sont encore. Un outils très très intéressant pour visualiser la situation que je viens de vous décrire.



Les deux coulées les plus actives de ce système sont celles situées à l’extrémité ouest (ex 22) et au centre (ex 20): elles sont abondamment alimentées, occupent une surface assez large, progressent vite. Le front le plus avancé (barre violette sur la carte ci-dessus) n'était plus, à 18h00 (heure locale, 06h en France) qu'à environ 800m de distance de la route  côtière 137, soit grosso modo 1 km de l'océan. Il est donc tout à fait possible que dans les heures qui arrivent, la lave entre à nouveau en contact avec le Pacifique! Le scénario en cours est assez proche de celui de 1955.

May 19, 2018 Pele's March to the Pacific from Mick Kalber on Vimeo.

Ces coulées ont détruit d'autres habitations au passage et brûlent des secteurs boisés. Les incendies déclenchées dans ces dernières se déploient et la zone à risque s'étend donc sur une surface plus vaste que les coulées seules. La défense Civile a ordonné l'évacuation immédiates des résidents de Kamaili Road en raison de ces incendies.

La coulée issue de la zone centrale de la fissure 22-16. Si vous regardez bien juste à son front, un maison est sur le point de disparaitre... Image: HVO/USGS
Au sommet, les émissions de cendres ont repris mais restent faibles à modérées pour le moment. Les chutes de cendres affectent toujours essentiellement le sommet.

La nuit du 18 au 19 mai est, je pense, un moment charnière de cette crise. On voit clairement que l'activité s'est largement accentuée et si dans le style rien n'a changé depuis le début de la crise, on peut noter maintenant un élément important: l'activité de spattering et les coulées de lave sont bien plus intenses et abondantes qu'au début de la crise, et la lave coule plus vite. Alors pourquoi?

Il est possible (simple idée), que le départ de l'activité, entre les 03 et 17 mai disons, n'ai permis de libérer "que" le magma issue du drainage des conduits connectés au Pu'u O'o et au lac de lave d'Halema'uma'u. Or ce magma était partiellement dégazé ce qui implique deux choses: lorsqu'il a fait éruption il était un poil plus visqueux et surtout il n'était émis qu'avec une certaine "mollesse": faibles effusion, activité de spattering réduite. Et c'est une chance pour Leilani Estates du reste puisque la zone la plus densément occupée du secteur affecté n'a, finalement, été qu'assez peu affecté.

La suite de mon idée est qu'on assiste depuis le 18-19 mai à l'arrivée en surface du magma neuf, celui qui a fait intrusion dans la Rift-Zone depuis fin avril et qui a provoqué la purge de tout le "vieux magma" dégazé dont je viens de parler. ce magma neuf est plus fluide, plus chaud et plus riche en gaz ce qui donne cette activité largement accrue par rapport au 2 premières semaines de crise. Vous allez me dire "2 semaine pour évacuer le vieux magma, c'est long". Pas tant que ça et il ne faut pas oublier qu'on parle de volumes importants, qui ont dû parcourir plusieurs dizaines de kilomètres sous terre en formant de nouvelle fractures et en en écartant d'anciennes à peine ouvertes. Et comme ce vieux magma était en plus dégazé et donc plus visqueux, il avait un peu de mal à se déplacer. Le jeune magma, bien fluide, n'a pas pu se déplacer aussi rapidement qu'il l'aurait pu à cause de cette masse de vieux magma à évacuer.

Je ne manquerais pas évidemment de faire de nouvelles mises à jour de cette situation qui, si elle n'est pas du tout unique dans l'histoire de l'île, n'en reste pas moins extraordinaire!

* nom des fissures aux deux extrémités, de l'amont vers l'aval

Mise à jour n°12, 20 mai 22h05

Deux fronts de coulées de lave ont bel et bien atteint l'océan Pacifique au cours de la nuit du 19 au 20 mai!! La première aux alentours de 23h00 (heure locale) et la seconde  à un moment qui n'est pas précisé pour le moment dans les rapports. Le point de contact se trouve juste au sud de la zone où Pohoiki Road débouche sur la côte, dans une zone appelée Mālama Flat. Dès le moment où la lave est entré en contact avec l'eau de l'océan, un nouveau risque est apparu: le nuage d'aérosols (appelée "Laze", contraction de "lava" et "haze"(brume)*) constitué de microparticules de lave vitrifiée et de  contenant des composés soufrés toxiques, comme l'acide chlorhydrique (HCl) issue des réactions chimiques produites au moment du contact.


#LeilaniEstatesEruption #KilaueaVolcano #HAPPENINGNOW (May 20 at 7:30 AM): An incredible new image of the sun rising over Puna as lava enters the ocean off of Mālama Flats. Hawaiʻi County Civil Defense Agency officials confirm that just before 11 PM Saturday, May 19 — a lava flow produced by fissure 20 outside of Lanipuna Gardens crossed Highway 137 south of mike marker 13 in an area known as Mālama Flats and began to pour into the ocean within minutes. Officials are warning folks to stay away from any ocean plume due to laze hazard. Laze is when hot lava hits the ocean sending hydrochloric acid and steam with fine glass particles into the air. Highway 137 is closed between Kamaʻili and Pohoʻiki Roads. Residents of Opihikao, Kamaʻili and Pohoʻiki are reminded should they choose to voluntarily evacuate — that the Pāhoa Community Center, Keaʻau Community Center, and Sure Foundation Church are open. The three shelters are pet friendly. Highway 130 is open as an access route — but drivers are asked to proceed with caution over the steel plates that have been placed over cracks along the roadway. Stay tuned to @HawaiiNewsNow for the very latest developments #HInews #HawaiiNews #HNN #HawaiiNewsNow #WeAreYourSource (Photo: Dave Okita)
Une publication partagée par Mileka Lincoln (@milekalincoln) le

* du coup si on veut un peu l'équivalent en Français on peut contracter "lave" et "brume" pour faire "brumave", "bruve"  ou "lavume", mais c'est moins classe quand même....

Mise à jour n°13, 21 mai, 10h30

L'éruption se poursuit sur la partie distale (= éloignée du sommet) de la Rift-Zone Est et reste très dynamique. Sur la zone de fracture l'activité explosive faible (spattering) reste visiblement intense et continue de construire les spatter-remparts et spatter-cones et le reste du magma s'échappe sous la forme de coulées de lave depuis la fissure 22-16, coulées qui continuent d'arriver à l'océan bien entendu. Une activité de spattering est aussi toujours présent sur la fissure 17 (en aval de la 22-16) et sur la fracture n°6 (en amont). La carte publiée par l'HVO indique aussi qu'une 23ème fracture s'est ouverte dans Leilani Estates, du côté de Mohala Street (extrêmité est de la ville) et cette route semble avoir à nouveau été coupée par de courtes coulées de lave.

May 20, 2018 Lava Enters the Ocean Local News from Mick Kalber on Vimeo.

Le plus drôle dans cette affaire c'est qu'au cours de la journée d'hier une partie de la fracture 22-16 (du côté de l'ex fracture 20) a continué de s'ouvrir, formant un gouffre relativement large dans lequel une partie du magma émis....a commencé à retourner sous terre! Alors avant que la phrase que viens d'écrire ne fasse imaginer des choses fausses: non le magma, partiellement dégazé (donc devenu "lave") pendant son court trajet en surface, n'est pas retourné jusqu'à la chambre magmatique. Il a simplement replongé dans une zone de fracturation, donc au pire quelques dizaines de mètres sous la surface et pour la suite je ne vois que deux possibilités:
- soit cette zone fracturée lui permet de sortir plus loin, soit...
-.. la lave va remplir cette fracture et puis elle va déborder et puis tout continuera comme si de rien n'était.

Au premier plan, tiers inférieur de l'image, on voit la lave qui commence à plonger dans la fissure nouvellement ouverte. Image: HVO/USGS

Pour la suite des événements il n'est pas impossible que sous l'arrivée de ce magma plus riche en gaz la fracturation se poursuive, le temps que toute cette masse de magma s'ouvre une chemin assez large. Ensuite on entrera dans une phase de stabilisation de l'activité dont la durée ne peut être anticipée (semaines, mois, années?). Si l'on regarde les éruptions similaires passées, on peut imaginer que les champs de lave vont s'élargir, former des deltas de lave sur la côte, dont la fragilité est source de divers risques aussi.
Tout cela sera intéressant à suivre, bien entendu!


Mise à jour n°14, 22 mai, 06h36

La journée du 21 a été marquée par une activité toujours intense mais globalement stable, sans grande nouveauté. La portion de la fissure la plus active reste la zone "22-16", renommé simplement "22" par les volcanologues du HVO.  Les jolies fontaines de lave qui s'échappent de cette fracture (ce dyke) s'élèvent sur une cinquantaine de mètres de hauteur et leur projections alimentent la construction du spatter-rempart.

Mais la majeure partie du magma s'échappe du dyke sous la forme des deux importantes coulées de lave toujours très bien alimentées. C'est assez drôle de constater qu'elle convergent rapidement pour ne former qu'un seul courant de lave très large, qui se re-sépart peu après pour donner les deux fronts de coulées qui continent d'entrer dans l'océan.

May 21, 2018 Lava Burns Homes from Mick Kalber on Vimeo.

Le bulletins du HVO indiquent que les quantités de SO2 émis ont triplé ces derniers jours, ce qui semble cohérent avec le fait qu'un magma plus riche en gaz soit arrivé à la surface de la Terre. C'est l'une des raisons pour lesquelles l'éruption pose des problème: dans l'imaginaire, c'est la lave qui pose le premier problème lors d'une éruption de ce type, or ce sont les gaz, qui se déplacent loin, couvrent de grandes surface et ont des concentrations importantes en composés soufrés, toxiques. Par ailleurs le contact avec l'eau chlorée (sel, H-Cl) de l'océan produit des réactions chimiques à l'origine d'autres composés toxiques et de microparticules de verre volcanique.

L'approche par bateau des points d'entrée de la lave dans l'océan est possible mais les bateau ne peuvent s'approcher à moins de 300 m.

En aparte
En regardant les images je ne peux m'empêcher de me poser des questions quand à la central géothermique: le dyke s'est ouvert à proximité de la station et je serais curieux de savoir si son rendement va changer et comment:
- augmenter parce qu'il y pourrait y avoir un peu plus de chaleur (celle du dyke) à exploiter pendant quelques temps?
- diminuer parce que la fracturation aura bouleversé les réseaux d'eau exploités par la station?
Fin de l'aparte 


Mise à jour n°15, 23 mai, 07h08

L'activité au cours de la journée du 22 mai n'a pas connu de grandes modifications mais on peut tout de même noter que des deux principales coulées de lave qui arrivaient à l'océan, il ne persiste plus qu'un seul point d'entrée (le plus au nord) car les deux chenaux ont fusionné. L'autre évolution, qui montre que le système n'est pas complètement stabilisé, c'est l'accentuation de l'activité explosive de type "spattering", accompagnée d'une effusion (coulée) au niveau des fractures 5, 6 et 19, et l'apparition d'une nouvelle zone de fontaine près de la fracture n°23 (vers Kaupili et Mohala Streets). Pour cette dernière il n'est pas précisé pour le moment si c'est une fracturation plus ancienne qui est réalimentée (il y a dans les secteur les fractures 3-4-14) ou si il s'agit d'une fracture n°24.  Pour y voir clair à ce stade, je vous met la carte.

La dernière carte disponible sur le site du HVO, sur laquelle j'ai ajouté la nouvelle zone éruptive (potentielle n°24). Image: HVO/USGS
La carte va être utile parce que si vous reprenez l'évolution (à grande ligne) des événements de ces derniers jours vous avez:
- l'activité sur la fracture n°17, puis
- l'augmentation de l'activité sur la zone de fracture 22-16 et les coulées de lave abondantes qui arrivent en mer.
- l'augmentation de l'activité sur la zone des fractures 5-6-19
- l'apparition d'une zone éruptive à proximité de la fracture n°23

Et si vous suivez ça sur la carte, vous constaterez que l'activité se propage maintenant vers l'amont de la zone de fracturation qui s'est mise en place depuis début mai. Il faut donc espérer que l'activité va se stabiliser avant que le magma neuf ne réutilise les fractures dans Leilani Estates même (fracture 11-12-10-9-8-2-7) car on voit bien que le débit de l'éruption depuis que le magma neuf a commencé à sortir n'est plus du tout le même que début lorsque seul le magma ancien était purgé du dyke. Pour le coup oui, la pérennité de ville de Leilani Estates serait menacée et la plupart des habitat perdraient leur habitation et devrait quitter définitivement le site. CEla s'est déjà produit par le passé, la ville la plus récemment disparu sur Hawaï étant (si je ne me trompe pas) celle de Kalapana, engloutie par les coulées descendues du Pu'u O'o en 1990.

Pour l'heure ce n'est pas encore le cas mais l'évolution de l'activité sur toute la zone fracturée est très suivie.

Mise à part cela cette activité reste magnifique: voilà une petite vidéo tournée au niveau de la zone des fractures 6-19

20180522 @ 03:30 HST Fissure 15 and 19 Near Puna Geothermal Venture from Andrew Richard Hara on Vimeo.

Mise à jour n°16; 24 mai 2018, 07h5

L'activité se poursuit, sans changements importants mais avec une évolution qui est tout à fait normale dans ce type de situation. La fracture éruptive, active en ce moment entre les ex fissure 6 et ex fissure 20 (soit environ 1300 m tout de même !) produit maintenant deux champs de lave distincts: celui qui est produit par la partie aval (la fissure 22-16) dont le front arrive toujours dans l'océan Pacifique, et celui produit par la partie amont (de la fissure 13 à la 19, raison pour laquelle je vais l'appeler "13-19" à partir de maintenant) dont le front progresse essentiellement vers le sud, parallèlement à celui précédemment cité. Les volcanologues indiquent dans leur bulletin que ce nouveau champ de lave progresse bien, rapidement, et pourrait atteindre lui aussi l'océan dans les heures qui arrivent.

En plus de cette zone active, les volcanologues ont pu constater qu'une petite effusion avaiet eu lieu sur la fissure n°8, bien plus en amont, dans Leilani Estates, sur Luana Street (voir carte précédente): de courtes coulées pahoehoe ont pu être observées à cet endroit mais l'activité est restée faible. Cela indique toutefois que la pression exercée par le magma sur la zone fracturée reste importante et que le risque que l'éruption se propage en amont de la fracture 13-19, donc en ville, est toujours important.

Quelques images aériennes de la situation par Paraide Helicopters: à la 10ème seconde on voit le fissure 16-22, à la 29ème seconde on voit la fissure 13-19 (on les voit à d'autres moment bien sûr).

May 23, 2018 Fissures 5 & 6 Going Off from Mick Kalber on Vimeo.

Non loin de la fracture 13-19, juste légèrement en amont au niveau de Kahukai Street, les volcanologues ont pu observer des flammes bleues. Elles n'ont aucun point commun avec les flammes bleues du documentaire d'Olivier Grunewald au Kawah Ijen, mais sont dues à la combustion de méthane, lui-même résidu de la mauvaise combustion des parties souterraines de la végétation sous l'effet de la chaleur des coulées de lave.


Alors lorsque le méthane sort du sol, par les fissures par exemple, il peut s'enflammer donner ces belles volutes bleues. Par contre il peut aussi produire de petites explosions, jusqu'à plusieurs dizaines de mètres aux alentours des coulées de lave, comme ce fut le cas (par exemple) en 2014 lorsque les coulées sont entrées dans une des propriétés de Pahoa. C'est un danger potentiel pour celles et ceux qui observent les coulées.

Mise à jour n°17, 24 mai, 22h07

L'activité se poursuit et à la lecture du dernier bulletin du HVO on comprend assez vite que ce que la possibilité que j'évoquais dans le mise à jour n°15 (23 mai, 7h08) se réalise malheureusement:  le magma sort sur une portion de la zone fracturée mais la zone active remonte progressivement vers l'amont, donc vers l'ouest..donc revient sur la zone de Leilani Estates. Je vous remet la carte de localisation des différents fractures ouvertes depuis le début de cette crise (début mai), afin que vous puissiez suivre plus facilement les informations qui arrivent après.



La portion de la fracture qui va de l'ex fracture 20 jusqu'à la fracture n°17, c'est à dire la portion la plus en aval de la zone fracturée, n'est plus active (ou très peu).

Par contre la zone éruptive s'étend maintenant de l'ex fracture 6 jusqu'à l'ex fracture 22 et à cet endroit les fontaines de lave sont très dynamiques et continuent d'alimenter des coulées de lave: celle qui part de la zone de la fracture 22, qui entre dans l'océan depuis quelques jours et une nouvelle qui est arrivée elle aussi hier en fin de journée dans l'océan, celle qui descend de la zone des fractures 5-6-13-19 . Il y a donc de nouveau deux points de contact eau-océan. L'activité sur cette zone est magnifique.

20180523 Nohea Street - Fissure 5, 13, 6, and 15 from Andrew Richard Hara on Vimeo.


Cette activité est complétée, malheureusement, par la remise en route d'une autre portion de la zone fracturée, cette fois dans Leilani Estates: il s'agit de la zone des fractures 8, 2 et 7 et de la zone voisine où se trouvent les fractures 21, 3 et 14. Autant dire que c'est tout le quart sud-est de la petite ville qui est maintenant gravement menacé de pure et simple disparition.

Je vous met une image réalisée à partir des données récoltées le 23 mai par le satellite SENTINEL 2, image composée à partir de trois longueurs d'onde infrarouges différentes, ce qui permet de voir Leilani Estates coupée par la zone fracturée depuis début mai et, le long de la fracture, les zones active 8 à 14 dans Leilani Estates (partie amont) et les zones plus actives encore sur la zone des fractures 13 à 22. Cette image a été prise à un moment de la journée du 23 mai où la nouvelle coulée de lave n'était pas encore arrivée dans l'océan, et où l'activité sur la portion des fractures 8-14 n'était pas encore très importante. Il semble que tout cela a évolué dans les heurs qui ont suivi.

La zone fracturée "tranche" le quart sud-est de Leilani Estates, mais le magma ne sort qu'à certains endroits. Image: SENTINEL2-ESA/Copernicus; Annotations: Culture Volcan

Au sommet les émissions de cendres produites par les effondrements du pit crater Overlook dans la caldera d'Halema'uma'u se poursuivent. On les voit bien sur les mêmes données satellites que celle de l'image ci-dessus, mais avec un cadrage centré sur le sommet du Kilauea et en utilisant non pas des longueurs d'ondes infrarouges, mais les longueurs d'ondes des couleurs primaires additives (bleu, rouge, vert) ce qui permet de reconstituer tout le spectre des couleurs naturelles sur l'image ci-dessous.


Les émissions de cendres au sommet du Kilauea (caldera d'Halema'uma'u) et la zone éruptive, 42 km à l'est. Image: SENTINEL2-ESA/Copernicus; Annotations: Culture Volcan

Et le Pit Crater, en raison de ces effondrements, à connu un spectaculaire élargissement: lors de mesures effectuées le 19 mai sur des images radar, la surface du gouffre avait doublée, passant de 800 m² le 06 mai à environ 1600 m² le 19 mai! Juste impressionnant!

Modification impressionnante des dimensions du Pit Crater Overlook en moins de 2 semaines. Image: USGS

Mise à jour n°18, 25 mai, 06h54

Le dernier rapport du HVO n'indique rien de neuf si ce n'est que l'ex fissure n°19 et l'ex fissure n°23 ne sont plus actives mais que, à contrario, les fissures 7 et 21 (dans Leilani Estates) restent le siège d'une belle activité érutpive dont le champ de lave couvre progressivement une petite partie du sud-est de la ville. La carte du HVO mise à jour permet de voir l'extension des coulées de lave actives maintenant.

En rouge foncé, l'extension des champs de lave au 24 mai, 14h20 (heure locale). Image: HVO/USGS
Mais ce qui reste le plus parlant pour voir cette activité, magnifique tout autant que dramatique puisqu'elle continue de créer des problèmes sur place, c'est la vidéo réalisée dans la matinée du 24 mai par Paradise Helicopters, bien sûr.

May 24, 2018 Lava Back in Leilani from Mick Kalber on Vimeo.


Mise à jour n°19, 26 mai, 20h30

L'activité éruptive reste intense sur la série de fractures qui part de Leilani Estates (Fissures 7 et 21) jusqu'à Lanipuna Gardens (fissures 13, 6 et 22) et pour l'heure seules les coulées des fractures 6 et 13 d'une part, et 22 d'autre part arrivent jusqu'à l'océan. Une effusion (coulée de lave) est aussi en cours sur la zone des fractures 7 et 21, mais la lave a d'abord créé un "perched lave pond", ou "mare de lave perchée", sorte de zone de rétention de la lave qui s'accumule avant de se déverser ensuite sous la forme de coulées pahoehoe, un phénomène déjà décrit de nombreuses fois, et toujours très impressionnant.
Ce "perched pond" est visible sur la vidéo faite au cours de la  journée du 25 mai par Paradise Helicopters, à la 33ème seconde.

May 25, 2018 Pele Takes 82 Homes FB from Mick Kalber on Vimeo.

La vidéo annonce que 82 maisons ont disparu sous les coulées depuis le 3 mai mais on peut trouver sur les réseaux sociaux un décompte qui dépasse les 100 habitations (sur les zones de Leilani et Lanipuna): ce ne sont pas des chiffres officiels donc il faut les prendre avec des pincettes mais ils expriment tous les deux le fait qu'un nombre plus importants d’habitations ont été détruites depuis que le magma est revenu à Leilani Estates.

Les différents champs de lave produits par les fractures éruptives le 25 mai, vus en imagerie thermique. Image: HVO/USGS

Dans le dernier bulletin du HVO, publié au matin du 26 mai (matin local, donc ce soir en France), les volcanologues décrivent des explosions "en coup de canon" sur la fissure n°17, peut-être un phénomène de type "gaz piston" puisque l'activité était en nette diminution sur cet évent depuis plusieurs jours, mais c'est à confirmer.

Au sommet (donc 40 km à l'ouest de Leilani Estates) l'affaissement du Pit Crater "Overlook" se poursuit et il y a eu plusieurs autres phases d'émissions de cendres. Pour l'heure toutefois, aucune n'est décrite comme phréatomagmatique, c'est-à-dire résultant d'une intéraction entre la colonne de magma drainée par l'éruption à Leilani  et la nappe phréatique présente dans l'édifice.

Les fontaines et coulée de lave qui prennent leur source dans Leilani Estates s'approchent inexorablement de la station géothermale. Image: HVO/USGS
Mise à jour n°20, 27 mai, 07h29

L'activité continue telle qu'elle sur le Kilauea mais elle va probablement cuaser dans les heures qui arrivent de nouveaux dégats importants car il est clair maintenant que la coulée de lave alimentée par la fissure 7-21 a pris le cap du nord-est, traversé Pohoiki Road et est entrée sur le terrain de la station géothermale (où tout ce qui était sensible a été évacué depuis début mai et l'activité arrêtée). On peut nettement voir les fontaines de lave sur cette fissure et cette coulée de lave qui progresse sur l'une des webcams de l'Observatoire Volcanologique (HVO): la webcam est installée sur un ancien cône boisé qui se trouve jsute à côté de la station géothermale et le point de vue est donc quasiment idéal!


Plus à l'est sur les fissures 6-13 et 22 l'activité reste importante aussi et les coulées de lave continuent d'entrer dans l'océan mais le dernier bulletin de l'HVO indique tout de même que ces point de contact sont moins actifs maintenant: serait-ce une baisse de débit sur cette zone au profit de la fracture 7-21? Nous verrons cela dans les jours qui arrivent mai pour le moment la nuit est tombée.

Au sommet les émissions de cendres sont toujours présentes et de manière intermittente, toujours pour les mêmes raisons.

Mise à jour n°21, 27 mai, 10h26

L'USGS indique que l'activité a un peu évolué au niveau de la fissure n°7 (dans Leilani Estates): une coulée de lave a commencé à se former à partir du versant sud-est du "perched pond" puis a bifurqué en direction du sud. Bien alimentée elle se déplace relativement rapidement et a commencé à cascader (oui c'est le mot "cascader" qui a été employé par l'USGS) dans un ancien cratère totalement boisé appelé Pawaii, produit par une ancienne éruption.  Le spectacle doit être absolument fantastique mais pour le moment il fait nuit et je n'ai trouvé aucune prise de vue montrant cette phase. Du coup j'ai juste annoté une image Google Earth mappée de la cartographie des coulées présentée plus haut (mise à jour n°11).

Localisation des coulées de lave active (en rouge) produites par les fissures 7 et 21 dans le secteur de Leilani Estates. Image: Google Earth + données du projet collaboratif  "2018 hawaii island eruptions"

Évidemment dès que je pourrais partager des images de ces coulées qui remplissent un vieux cratère, ça sera fait sur ce post!

Mise à jour n°22, 28 mai, 06h40

L'éruption se poursuit sans qu'elle ne change de style: il s'agit toujours d'une très belle activité dite "hawaïenne" produite su le réseau de fissures qui traverse Leilani Estates. Au menu donc: petites fontaines de lave bien fournies d'environ 50 m de hauteur sur les fissures 7-21 , mais maintenant plus sur la fissure 7  (en amont) que sur la 21 (en aval) et des coulées de lave pahoehoe et a'a qui s'échappent toujours au niveau des fissures 7, 21, 13 et 22. Seules les coulées des deux dernières fissures citées continent d'arriver à l'océan.

La coulée issue de la fissure n°21 a continué sa progression vers la station géothermale (voir post n°20) et a commencé à couvrir une petite partie des bâtiments. Mais le flux issus de cette fissure ayant diminué la coulée a ralenti sa progression au cours de la nuit du 26 au 27 mai et n'a qu'assez peu progressé au cours de la journée du 27 (qui n'est pas encore terminée à Hawaï au moment où je rédige ce post).





La coulée issue de la fissure n°7 a continué sa progression, longeant par le nord les anciens cônes boisés de Pawaii avant de bifurquer vers le sud (c'est là qu'une partie de la coulée a commencé à descendre dans le cratère Pawaii mais j'ai pas trouvé d'images de cet épisode en particulier) puis continuant sa route vers le sud: elle-aussi approche maintenant de l'océan. Avant de lire la suite je vous met la dernière carte publiée par le HVO, histoire de ne pas se perdre dans la localisation des différentes fractures éruptives.

LA carte de localisation des différentes points de sortie du magma, et de l'extension des coulées de lave (actives en rouge, inactives ou en tunnels en orange) au 27 mai. Image: HVO/USGS


Une nouvelle zone de fracturation (appelée n°24) s'est ouverte près de la fissure n°9, dans Leilani Estates traversant Kupono Street mais pour le moment aucune activité n'a été observée sur ce site. Une activité éruptive moins intense est présente sur la fissure n°8, juste en aval (à l'est) de cette nouvelle zone de fracture.

Au sommet les émissions de cendres se poursuivent, toujours intermittentes. Elles sont toujours le résultats d'effondrements fréquents, plus ou moins importants, liés à l'affaissement du Pit Crater Overlook dans la caldera Halema'uma'u. En conséquence le Pit Crater continue de s’élargir et un nouveau Pit Crater est apparu ces derniers jours: si ils poursuivent leur croissance tous deux ils ne tarderons pas à fusionner.

Les images radar produites par SENTINEL 1 les 19 et 25 mai permettent de voir le nouveau Pit Crater. Images: SENTINEL1-ESA/Copernicus

Pour terminer cette mise à jour, on repart dans l'helico de Paradise Helicopters pour avoir une vue d'ensemble de la zone éruptive!

May 27, 2018 HUGE Lava Fountain from Mick Kalber on Vimeo.


Petit détail pour terminer: je suppose qu'il n'est pas évident de revenir toujours en arrière sur la page d'accueil du blog pour venir les mises à jour (à moins que vous n'ayez mis l'adresse en favoris) mais, au cas où, pour vous simplifier la vie, j'ai placé le lien vers cette page de mises à jours directement dans un onglet appelé "KILAUEA 2018" en haut du blog. J'espère que cela pourra être utile.

Mise à jour n°23, 29 mai, 07h06

L'activité, sans changer de style, continue d'évoluer assez rapidement. La position des évents actifs se modifie sur des laps de temps plutôt courts: certains cessent de fonctionner, alors que l'activité revient sur d'autres. C'est la raison pour laquelle je vais mettre en premier lieu la carte de localistion des évents et des coulées mise à jour le 28 mai par l'observatoire: n'hésitez pas à vous y référer, mais sans oublier qu'entre le moment où cette carte a été produite et mise en ligne par l'HVO et votre lecture, la situation a déjà largement évolué.

La carte de localisation des évetns et des coulées le 28 mai.Image: HVO/USGS


L'activité sur la fissure n°22 a largement diminué au cours les 26 et 27 mai eet la coulée de lave qu'elle produisait n'arrive plus jusqu'au à l'océan. Idem pour l'activité sur le système de fissures 6-13, qui produisait l'autre coulée de lave principale jusqu'à présent. La lave n'entre plus dans l'océan Pacifique qu'en un endroit avec un débit très faible: il s'agit là essentiellement de la purge des tunnels de lave produits par les fissures 6-13 et 22 car il semble qu'aucune n'alimente plus de coulées maintenant.

Mais les journées des 27 et 28 mai ont été marquées par les changements. Tout d'abord en toute fin de journée le 27 mai une importante coulée de lave a commencé à être produite par la fissure n°8. Fortement alimentée elle a progressé rapidement, longeant la coulée issue de la fissure n°21 qui, quelques heures plus tôt, avait menacé directement la station géothermale (voire mises à jour 19 et 20). Cette nouvelle coulée à commencé à stagner début de matinée le 28 mai, et a traverser Pohoiki Road mais sans aller beaucoup plus loin par la suite. Le survol d'hier matin de Paradise Helicopters lui est presque intégralement consacrée et permet de constater que de nombreuses habitations ont disparu sous cette coulée. On peut aussi voir que certaines ont été, en tout cas momentanément, épargnées dans un Kipuka (zone entourée de coulées de lave), visible à) la 55ème seconde du film.


May 28, 2018 Lava Rips Lower Leilani from Mick Kalber on Vimeo.

Mais alors que l'activité diminuait rapidement sur la fissure n°8 (elle continue tout de même), les volcanologues ont pu constater la réactivation de plusieurs zones, à savoir: la fissure 18, la fissure 22 (arrêtée quelques heures avant), la fissure 6-13, la fissure 7-21 et la fissure 20, mais il s'agit à chaque fois d'activité faible, type spattering. L'activité est décrite actuellement comme la plus intense sur la fissure 7-21, où une magnifique fontaine de lave est produite, visible sur la webcam.

Superbe fontaine de lave sur la fissure 7-21 (voir erratum plus bas). Image: HVO/USGS

Rien n'est précisé quand à la progression de la coulée de lave issue de la fissure 7: on peut imaginer qu'elle a cessé de progressé ou en tout cas ralenti pendant les quelques heures durant lesquelles l'activité éruptive a cessé sur cet évent. Par contre d'autres coulées ont commencé à avancer, en particulier depuis la fissure 22 et plus en aval aussi, sur les fissures  16 et 18. Il n'est pas impossible que de nouvelles coulées soient aussi produites avec la fontaine de lave de la fissure 7-21, c'est ce que suggèrent les images de la webcam.

Les différentes zones actives au cours de la journée du 28 mai. image prise à 13h15 (heure locale) par l'HVO/USGS

Mise à jour, 29 mai, 07h59

ERRATUM: sur l'image webcam un peu plus haut, la fontaine de lave n'est pas située sur la fissure 7-21 mais sur la fissure 8: je remet l'image avec correction!

Superbe fontaine de lave sur la fissure 8. Image: HVO/USGS

Mise à jour n°24, 30 mai, 22h02

L'activité n'a pas fondamentalement varié depuis hier matin. La zone éruptive reste à peu près la même, avec l'activité essentiellement concentrée sur la fissure n°8, qui continue d'alimenter la plus importante coulée de lave du moment (celle de la photo ci-dessus).

La carte de localisation des coulées et des évents actifs au matin du 30 mai. image: HVO/USGS

Cette coulée est restée bien alimentée et a donc progressé assez rapidement, traversant et recouvrant la route 132 a une vitesse qui peut atteindre 550 m/heure. Il semble par contre qu'elle ne progresse pas de manière constante, mais par à coups, et c'est normal: au niveau de l'évent le débit de l'éruption n'est pas constant mais se fait par "pulses" successifs.


La coulée de lave sur la droite est issue de la fissure n°8, point le plus brillant (forts infrarouges) sur l'image. Image: HVO/USGS
Elle emprunte une direction nord-est et pourrait avoir détruit ou être en train de détruire (mais ce n'est pas très clair pour le moment) des habitations le long de cette route (Noni Farms en particulier) qui ont été évacuée au cours de la nuit. Cette direction l'amène à s'approcher de plus en plus de Kapoho sur la côte, ville déjà détruite lors de l'éruption de 1960. De fait la défense civile a dores et déjà commencé à conseiller aux habitants d'évacuer, au cas où (le front de coulée est encore loin mais progresse vite).

Le front de la coulée de lave issue de la fisure n°8 en début d'après-midi (14h00 heure locale, 02h du matin aujourd'hui en France) au moment où elle a coupé la route 132. Image: Mileka Lincoln
L'autre coulée, issue de la fissure 18, poursuit plus lentement son bonhomme de chemin et se trouve maintenant à environ 1 km de la route côtière 137. Elle se dirige elle-aussi vers Kapoho mais il serait étonnant qu'elle atteigne la ville car les coulées de 1955 font rempart entre la ville et elle. Par contre Kapoho pourrait se retrouver rapidement isolée si les routes qui permettent d'accéder à la ville sont coupées par les deux coulées.

Mise à jour n°25, 01 juin, 06h50

L'activité reste globalement stable maitenant et n'a pas changé depuis la mise à jour n°24. La fissure 8 reste la zone la plus active avec des fontaines de lave hautes de plusieurs dizaines de mètres. Elle reste la source de la plus importante coulée de lave du moment. Cette dernière évolue de manière classique: le front du chenal principal a commencé à se scinder en plusieurs lobes distincts au niveau de Noni Farms, peu après avoir traversé la route 132. Ces différents lobes poursuivent leur progression, certains en direction du nord, d'autres en direction du nord-est et de Kapoho et ils ont vraisemblablement détruit au passage quelques habitations. J'ai placé en tête de la colonne de droite du blog l'accès à la carte mise à jour en temps quasi réèl sur Google Map qui indique la position des coulées, et grâce à laquelle on voit bien que désormais à peu près le quart de la ville de Leilani Estates a disparu.

Les bords du chenal, ce qu'on appelle les levées, sont fragiles et il peut arriver qu'elles cèdent sous la pression de la coulée de lave. C'est ce qui s'est produit hier, au niveau de l'extrêmité est de la ville de Leilani Estates, vers Makamahe Street, non loin de la fissure 8. Le lobe s'est déversé dans une zone aplatie qu'il a rapidement recouverte en traversant au passage Kahuai Street. On voit bien ce lobe au début (27ème seconde) de la video mise en ligne il y a quelques heures par Paradise Helicopters.

May 31, 2018 Kapoho Flows Continue from Mick Kalber on Vimeo.


A l'autre extrêmité de la zone fracturées, au niveau de la fissure 18, la lave continue de sortir plus tranquillement, sous forme de coulées moins importantes (à partir de 1'13" sur la video ci-dessus). Le front de la coulée principale a fortement ralenti avant de traverser la route 137 et un nouveau lobe a commencé à se former en amont de la coulée, donc assez loin de cette même route. Il progresse à une vitesse modeste.

Le Mayor du comté d'Hawaï, Harry Kim, a décidé de prononcer l'évacuation totale de la ville de Leilani Estastes à partir du 31 mai 12h30 (heure locale) avec 24 heures chrono pour que les habitants quittent les lieux.

Au sommet la sismicité reste importante ce qui traduit l'instabilité de toute cette portion brutalement vidangée du système magmatique. Un dégazage important reste produit au niveau de la caldera d'Halema'uma'u mais moins de cendres depuis 2 jours visiblement.

Mise à jour n° 26, 02 juin, 07h25

Pas de pause pour l'éruption du Kilauea, qui se déroule toujourse exclusivement sur la Rift-Zone, à Leilani Estates. La fissure 8 reste le point d'émission principal du magma, qui jaillit sur la fissure sous la forme d'une magnifique fontaine de lave (activité explosive faible), et produit aussi une importante coulée de lave (activité effusive). Cette denière progresse plus ou moins rapidement:
- selon les endroits où elle passe : si la zone est en pente ou plane, si il s'agit de zones agricole avec une végétion peu dense et facile couvrir, ou des zones forestière où sa progression est plus compliquée
- et selon le débit du magma au niveau de la fissure, débit qui n'est pas constant.

Selon les dernières observations faites par le HVO et la défense civile, le front principal de cette coulée ne se trouve plus qu'à quelques centaines de mètres de Four Corners, le croisement des routes 137 et 132, et qui se trouve juste avant la petite ville côtière de Kapoho - Vacation Land.

Le principal front de la coulée issue de la fissure 8 lorsqu'il était encore à environ 1400m de Four Corners. Sur la photo il commence à s'engager dans le passage entre les deux cônes de Kapoho mais il a progressé depuis et doit  être à proximité de Four Corners maintenant. Image: HVO/USGS

Et parce que la coulée peut parfois progresser à plus de 30m par heure, donc assez rapidement, la défence civile a demandé aux résidents de ce secteur d'évacuer, et ils ont jusqu'à 2h00 du matin (heure locale, 14h00 en France) pour le faire, sinon ils risquent d'être isolés par les coulées lorsque les routes seront coupées par la lave, ce qui rendra leur éventuel secour plus complexe (hélicos etc). Alors oui j'ai bien dit "éventuel secour" parce que les bulletins de la Défense Civile précisent bien  "...do so at their own risk with the knowledge that emergency responders may not respond" ("..le font [rester sur place NDLR] à leurs risques et périls en sachant que les secours ne viendront peut-être pas", traduction personelle je précise mais qui traduit bien je pense l'état d'esprit du message). Le Mayor du Comté d'Hawaï, ne peut en effet pas se permettre de mobiliser des secours au dernier moment à des endroits précis alors que les moyens en personnel et matériel doivent être répartis sur plusieurs zones.

Au sommet le Pit Crater Overlook continue de s'élargir et dans les derniers jours du moi de mai, la zone affectée par l'effondrement a commencé à ronger le bord de la caldera d'Halema'uma'u elle-même.

L'élargissement, par effondrements successifs des bords et affaissement (subsidence) du fond du Pit Crater Overlook se poursuit. Des portions de la paroi de la caldera d'Halema'uma'u sont aussi touchées. Image: HVO/USGS

Mise à jour n°27, 03 juin, 07h43

Le front de la coulée de lave issue de la fissure 8 a fini par traverser en milieu de journée le 02 juin intersection entre les routes 132 et 137 ("Four Corners"), après un parcours d'environ 10 km depuis sa source, ce qui en fait la seconde plus longue coulée active en ce moment sur Terre*, après celle qui continue de descendre sur le flanc est de l'Erta Ale (Ethiopie). Elle reste abondement alimentée, tout comme les fontaines de lave sur la fissure 8, qui toujours hautes de plusieurs dizaines de mètres.

Le problème est que maintenant que l'intersection Four Corners est totalement recouverte, il n'y a plus d'accès direct aux résidences de Kapoho-Vacation Land. La route 137 (aussi appelée Kalapana-Kapoho Road) a été traversée en premier et les premiers bâtiments de Kapoho-Vacation Land ont été détruits (voir carte en haut à droite du blog).
En cours de matinée visiblement les personnes situées sur la zone ont aussi pu observer la formation d'un très imposant panache de vapeur d'eau, qui ont au départ fait croire à un départ d'éruption. C'est en fait une partie de la coulée de lave qui, après avoir formé un lobe, a pénétré dans le cratère d'un ancien cône au fond duquel s'était formé un lac, le Green Lake, qui a commencé à s'évaporer: un spectacle impressionnant.



La coulée n'a maintenant plus d'obstacles importants devant elle avant d'atteindre l'océan Pacifique, qui ne se trouve plus qu'à 1.5 km environ. Seule une baisse de débit au niveau de la fissure 8 ou un changement de cap de l'écoulement de la lave en amont (formation d'un nouveau chenal) pourrait empêcher le front actuel d'y aller, en recouvrant d'autres habitations au passage.

June 2, 2018 Lava to Four Corners from Mick Kalber on Vimeo.

* du moins visible: je ne sais pas ce qu'il se passe au fond des océans après tout...

Mise à jour n°28, 04 juin, 21h30

L'activité éruptive reste très intense et les fontaines de lave de la fissure 8 sont toujours très bien alimentées, comme la coulée qui s'en échappe du reste. Son front très large a continué de progresser, couvrant une bonne partie de Vacation Land, puis est entrée vers 22h30 (heure locale) dans l'eau du Pacifique, dans la baie de Kapoho. C'est le seul lobe de coulée actif maintenant.

La coulée de lave issue de la fissure 8 commence à combler la baie de Kapoho, elle-même formée lors d'arrivée de coulées de lave plus anciennes (dont un bout de la coulée de 1960, qu'on aperçoit le long du bord inférieur de l'image, en gris foncé). Image: HVO/USGS, le 04 juin à 06h13 (heure locale; 18h13 en France).
Au sommet l'affaissement progressif (subsidence) se poursuit et la zone affectée s'élargit: maintenant c'est la caldera d'Halema'uma'u qui montre des signes tangibles d'affaissement, en particulier le développement de longues fractures (failles normales) autour du Pit Crater Overlook. Cette évolution est tout simplement impresionnante.

Evolution de l'affaissement du Pit Crater Overlook et de la caldera d'Halema'uma'u. Image: HVO/USGS

Pour terminer, quelques images de la coulée le 03 juin, alors qu'elle traverse Vacation Land, avant qu'elle n'entre dans la baie.

June 3, 2018 Kapoho Homes Destroyed from Mick Kalber on Vimeo.


Mise à jour n°29, 05 juin, 21h02

L'activité se poursuit sans grands changements dans la forme: fontaine de lave sur la fissure 8 et coulée de lave dont le front principal arrive à l'océan Pacifique.

Quelques modifications toutefois dans le détail, en particulier la hauteur de la fontaine à baissé ce qui peut tout aussi bien à ce stade être le résultat d'une baisse de la pression (moins de gaz dans le magma), qu'à la construction rapide, par l'accumulation des projections de cette dernière, du cône autour de la fontaine qui peut l'empêcher de fonctionner correctement.

Mais ce qui est probablement le plus impressionnant maintenant, c'est la rapidité avec laquelle la baie, ou plutôt ex-baie, de Kapoho, dont la superficie est (était) d'environ 400 000 m², a été comblée par la coulée. Regardez d'abord l'image aérienne de la mise à jour n°28, prise le 04 juin à 06h13 (heure locale) pour bien vous la remettre dans l'oeil, puis les deux suivantes, prisent respectivement le 04 juin vers 16h00 (heure locale) et le 05 juin vers 06h00 (heure locale).

La baie de Kapoho en cours de comblement par la coulée. Image: HVO/USGS, 04/06/2018 - environ 16h00 (heure locale)

La baie de Kapoho totalement comblée par la coulée. Image: HVO/USGS, 05/06/2018 - environ 06h00 (heure locale)



Cette rapidité est due à la très faible profondeur de la baie bien entendu, et la faible tranche d'eau n'a pas pu vraiment ralentir la vitesse de progression de la coulée. On peut clairement voir sur la photo de droite qu'un autre lobe (derrière le lobe principal) passe à travers un des quartiers de Vacation Land et il ne reste de cette zone habitée que les quelques maisons visibles près du bord droit de la photo.

Un autre lobe de cette coulée a progressé plus en amont. Se dirigeant lentement vers le nord-est, il brûle actuellement essentiellement de la végétation non loin de la Noni Farm Road (voir carte en haut à droite du blog).

Mise à jour n°30, 06 juin, 21h47

L'activité reste globalement stable avec une fontaine de lave toujours très belle sur la fissure 8 et la coulée qui s'en échappe et continue d'entrer dans l'océan à Vacation Land, 10 km plus à l'est
Vacation Land dont les dernières maisons ont visiblement disparu elles-aussi sous la coulée d'après l'USGS: il ne reste maintenant plus rien des lotissements côtiers.

Au sommet la subsidence (lente affaissement) de la caldera d'Halema'uma'u se poursuit et les changements sont absolument spe-cta-cu-laires! La zone affectée fait environ 1600m de diamètre et la topographie de la caldera a été profondément modifiée. Une photo aérienne a puy être faite le 05 juin lors d'un survol par l'HVO et j'ai pu retrouver par chance une autre image aérienne très similaire datant de mars 2016, ce qui permet d'apprécier les changements.

Comparaison d'images aériennes prisent les 19 mars 2016 et 05 juin 2018: les changements sont très importants et très étendus. Images: HVO/USGS

Il est intéressant au passage de noter que les coulées de lave sombre sur l'image de gauche issues du débordement de l'ex lac de lave en 2016 ont un tracé similaire à la zone effondrée sur l'image de droite: il y avait peut-être déjà une légère dépression à cet endroit de la caldera?
Sinon regardez bien l'image de droite: on y voit de très nombreuses failles normales circulaires. L'une d'entre elle tranche littéralement le parking visiteurs (fermé depuis 2008) visible à gauche de la scène. Je trouve aussi étonnant que toute une fraction du plancher de la caldera se soit affaissée d'un seul tenant (au centre de l'image de droite), gardant une forme bien plane, sans déformations importantes, ni même visibles (mais avec la couche de cendres, tout n'est peut-être pas visible correctement). 
Et bien sûr il est impresionnant de voir tout le sommet du Kilauea couvert de cendres grises, ambiance tout à fait inhabituelle sur ce volcan.


Sources: HVO/USGS; Vimeo; Paradise Helicopters; Comté d'Hawaï; Honolulu Civil Beat; encore merci à Unknown!; Mileka Linkoln; Youtube;

51 commentaires:

  1. bjr CV
    Y a t'il possibilité que le magma voyage en sous terrain dans d'anciens tunnels de lave et que c'est la pression exercé qui forme les fissures actuelles?
    Dans le prolongement actuel des fissures n'y a t;il pas de résurgence en mer?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour CV.
      Exclusivement dans des tunnels? Non. C'est avant tout des fissures, soit qui existent déjà mais que le magma élargit un peu plus, soit qu'il fabrique directement. Alors bien sûr il n'est pas impossible qu'il y ait d'anciens tunnels, c'est même plus que probable. Par contre que suppose que ces tunnels sont au moins en partie éboulés, fragilisés par la couverture végétale, dont les racines peuvent exercer des contraintes mécaniques fortes sur les roches.
      Quant à une activité sous-marine, rien n'indique que ça soit le cas pour le moment et, par ailleurs, la sismicité, donc la fracturation, donc la localisation du magma (grosso modo) est toujours au niveau de la partie émergée de l'édifice volcanique. Pas d'activité sous l'eau pour l'heure donc.

      Bonne journée ! :)
      CV

      Supprimer
    2. merci pour la précision et pour les différents post.

      Supprimer
    3. Bonjour Dom67. Je rêve ou je vous ais appelé CV dans ma réponse précédente? Oh la vache, je pense qu'avoir les yeux ouverts quand je tape au clavier pourrait finalement être une bonne idée... :)
      Bonne journée en tout cas!
      CV

      Supprimer
    4. HHééé bé vive les vacances LOL MDR

      Supprimer
  2. Bonjour, merci pour vos posts, c'est toujours bien fait. Juste une remarque: le lien vers le modèle 3D du summit pit crater redirige en fait vers le modèle 3D du Pu'u O'o.
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Myristica. En effet, je viens de me remettre les yeux en face des trous et vous avez raison: erratum publié dans le post directement à l'instant. Merci :) !

      Supprimer
  3. Salut CV !

    Merci de nouveau pour le suivi...

    18 fissures éruptives quand même ! En tout cas, Elles valident le fait que la lave ne sort pas brutalement sans signes de surface. Dans l'ordre, on a : sismicité, dégazage et, au bout de quelques minutes, premières projections peu dynamiques... Puis, l'activité prend ensuite de l'ampleur. Une personne a donc largement le temps de comprendre qu'un truc bizarre se passe ! Bon, réveillée en pleine nuit, c'est autre chose ! ;)
    C'est ce que j'avais vu lors d'une éruption de la Fournaise où j'étais arrivé 20 minutes après le début d'éruption, à un moment où la fissure continuait de s'ouvrir... Ce fonctionnement semble donc assez général !

    A suivre oui, car j'ai hâte de savoir comment ça va se terminer cette histoire. Evidemment, la suite des événements éruptifs sera intéressant mais nul doute que cette période marquera un profond changement de l'activité du Kilauea. L'activité reviendra t-elle rapidement dans le Pu'u O'o ? Et le lac sommital, réussira t-il à se réinstaller ? Est-ce la fin d'une longue période d'activité persistante ? Il suffit d'attendre... et de regarder !

    Merci encore,
    Bonne journée,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Ludovic! Sur la video je me suis demandé si certains sons très brusques, secs, comme des coups tapés sur un tronc ou quelque chose comme ça (entre les secondes 28 et 29 par exemple), ne pourraient pas être les claquements produits par la rupture des roches lorsque la fissure s'ouvre. J'avais entendu un son un peu similaire, quoique plus sourd dans mon souvenir, de claquement lors du refroidissement de coulées de lave sur l'Etna, au moment où la lave, solide mais à quelques centaines de degrés, se fissurait en se rétractant.
      Tu as quelque expérience sonore comme ça au Piton ? Parce que là j'ai vraiment pas voulu associer ces sons à un phénomènes particulier; pas assez sûr de moi et des mes capacités auditives :)

      Sinon, pour répondre à tes questions il suffit de regarder l'histoire récente: éruptions de 1955 et 1960: ça n'a pas empêché le lac de lave de se reformer (bon, longtemps après, d'accord). Quand au Pu'u O'o: voilà effectivement la question qu'il faut se poser: j'ai presque envie de dire que ça va en partie dépendre de la durée de cette phase délocalisée: plus ça sera long, plus le système d'alimentation du Pu'u O'o risque de se réorganiser. Peut-être assisterons-nous dans quelques mois à l'ouverture d'un nouveau site éruptif stable sur la Rift-Zone? Comme le fut Mauna Ulu avant que Pu'u O'o ne fasse son apparition? Là: pas de réponse et , comme tu le dis si bien: il ne reste qu'à attendre et voir.

      Bonne journée!
      CV

      Supprimer
    2. J'ai mis le casque et... ça déchire ! Sacré ambiance (surtout avec les petits oiseaux en fond) !

      Personnellement, j'ai jamais entendu de coulées craquer... Après, celles de l'Etna sont quand même bien plus épaisses que ce que j'ai pu voir sur la Fournaise. Pour moi, ces sons sont magmatiques. Des racines peuvent bien évidemment craquer au moment de l'ouverture de la fissure, mais avec cette intensité ? De ce que j'ai pu voir, l'ouverture de la fissure sur la Fournaise n'était pas associée à de sons particuliers, mis à part le bruit des gaz au moins cinq minutes avant le magma... Bon, en même temps, il y avait de belles fontaines à côté donc j'ai peut-être pas entendu ! Pour moi, ça s'ouvre plutôt en douceur...
      Si je devais donner un avis, je dirais donc que ce sont des sons magmatiques, mais sans aucune certitude.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. faut pas oublier le coq. LOL
    Le cratère alema uma u est entrain d'érupter pas mal.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,

    Je suis surpris qu'aucun spatter cone ne se soit formé (au moins sur la fissure 17), alors que l'activité de spattering justement semble quand même assez importante (au moins en terme de durée). Par comparaison j'ai l'impression qu'au Piton de la Fournaise les cônes se forment plus rapidement. A quoi peut être due la différence? Les ejectas sont-ils drainés rapidement par la coulée, ce qui empêche leur accumulation?

    Bonne journée,
    MarcP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Je me permets de répondre.

      On ne peut pas dire qu'aucun spatter ne se soient formés. Certes, ils sont modestes mais la fissure n°7 par exemple présente un joli spatter rempart. Plusieurs explications selon les cas :
      1/. Les fissures ne sont actives que très peu de temps.
      2/. Les volumes associés à ces fissures sont très faibles.
      3/. Les fontaines de lave sont assez modestes (en nombre et en intensité) en comparaison, par exemple, du début d'éruption le 28 avril sur la Fournaise.
      4/. Les projections sont pour certaines entraînées par les coulées, mais c'est un phénomène assez mineur.

      Bonne journée,

      Supprimer
    2. Au temps pour moi, je n'avais pas réussi a distinguer le spatter rempart. A quel(s) moment(s) dans les vidéos peut-on le voir pour la fissure 17? Je ne me rendais pas non plus compte de la différence d'intensité entre le Piton de la Fournaise et cette éruption.
      Merci pour la réponse!

      Supprimer
    3. Les images aériennes permettent mal de voir ces constructions qui doivent faire 5 mètres de haut tout au plus... Donc sur la vidéo pour la fissure n°17, difficile à dire. Par contre sur une des photos de la fissure 7 (dans un post précédent), on le voit très bien.

      Supprimer
  7. Bonjour,
    Est-il possible que toute les fractures se rejoignent, elles n'ont pas l'air d'être très éloignées les unes des autres (sur les images vu d’hélicoptère) ?
    Si le Pit Crater Overlook explose, cela peut-il mettre encore plus de pression dans la plomberie sous la Rift-Zone ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Flygar: j'ai l'impression que l'évolution de ces derniers jours à répondu précisément à votre question :). Après, il faut bien voir que si en surface on voit des fractures séparées, ce n'est pas le cas en profondeur: elles sont forcément connectées plus ou moins toutes.
      Bonne journée :)

      Supprimer
  8. 2 webcams semblent inactives depuis quelques jours. Ont elles été détruites par l'éruption ?

    RépondreSupprimer
  9. Il y'a une bonne augmentation de l'activité sur la fissure 17 depuis les dernières heures, avec une belle émission de fontaine de lave. Est ce que le magma du Pu'u O'o commencerait à faire son apparition ?

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour CV ! Merci pour ce blog toujours aussi magnifique! :)
    Je viens ici vous signaler une carte des coulées / fissures et autres évènements en cours ou passés durant cette crise au Kilauea. La carte est bien plus précise que celle de l'USGS ou du HVO puisqu'elle a été réalisés par un habitant de Leilani Estates qui envoie souvent des photos de l'activité. Merci et bonne soirée ! Lien :
    https://www.google.com/maps/d/viewer?mid=1CvBhH9wEeztBrqYbsGDi4YjU1k1QH5AL&ll=19.480444795291703%2C-154.86302114474717&z=15

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Unknown. Excellent lien, que je ne connaissais effectivement pas! Merci!!! Ça va se partager direct ça!
      CV

      Supprimer
  11. Bonsoir CV, pensez vous que suite à cette éruption "effusive puis explosive du Kilauea, ceci aurait une incidence sur le climat américain voire mondiale ? Cette éruption a jeté pas mal de matière dans l’atmosphère. Je connais pas VEI de cette éruption

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Cannavaro. Non aucune incidence particulière à craindre, VEI extrêmement faible (1 max). Ce type de situation n'est pas rare à Hawaï et cela n'a jamais rien changé au climat :)
      Bonne journée

      Supprimer
    2. Merci pour la réponse CV :) J'ai cru en instant en voyant cette éruption qu'on allait avoir un nouveau Laki. Mais on est encore loin.

      Supprimer
  12. si le magma choisit la voie la plus facile et que la lave actuelle arrive directement du Kilauea, on peut imaginer que la situation devienne perenne pour pas mal de temps ? Le pu'oo pourrait etre alors délaissé pour longtemps ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Mr Lespes. Il n'est pas impossible que le Pu'u O'o ne soit plus alimenté si la crise actuelle s'accompagne de modifications trop importantes du réseau de fractures qui lui a donné naissance. Seul le temps nous dira si ça sera le cas mais il est clair que, de toutes manières, ça s'arrêtera définitivement au Pu'u O'o un jour: après tout il n'existait pas avant 1983! Il faut signaler tout de même que l'activité éruptive au Pu'u O'o est décrite par le HVO comme la plus importante (longue dans le temps et globalement stable) depuis plus de 500 ans. Si l'activité éruptive ne revient plus au Pu'u O'o, ça sera un événement important!
      Bonne journée :)

      Supprimer
  13. C'est fait pour l'entrée dans l'océan sur le dernier communiqué de 11hr PM local: http://www.hawaiicounty.gov/active-alerts/east-rift-zone-eruption-update-8-51918-11pm-1.html

    RépondreSupprimer
  14. 2 coulées de lave dans l'océan
    http://www.hawaiicounty.gov/active-alerts/east-rift-zone-eruption-update-2-52018-8am-so2-tripled-uscg.html

    RépondreSupprimer
  15. Une découverte par hazard livrant quelques informations sur les laves émises en ce moment sur le Kilauea : https://claudegrandpeyvolcansetglaciers.com/2018/05/21/eruption-du-kilauea-hawaii-gaz-volcaniques-et-composition-de-la-lave-volcanic-gases-and-lava-composition/

    RépondreSupprimer
  16. pour la centrale géo thermique, elle semble condamnée... http://www.bigislandvideonews.com/2018/05/21/video-as-lava-nears-officials-working-to-kill-geothermal-wells/

    RépondreSupprimer
  17. Je pense que la puissance des explosions est moins importante. A t'on une idée du volume de lave qui s'est déversé jusqu’à aujourd’hui?

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour,
    ça a bien l'air de remonter parce que je viens de regarder la carte google maps, et apparemment il y a d'autres zone d'activité tel la fracture 1,la 8 la 21, la 14 et une nouvelle fracture ??? sur Nohea street
    https://www.google.com/maps/d/viewer?mid=1CvBhH9wEeztBrqYbsGDi4YjU1k1QH5AL&ll=19.46236312553758%2C-154.905307381736&z=16
    J'ai une pensée pour ceux aussi qui habite sur ile Ambae qui ont été évacué,et qui ne pourront sans doute jamais revenir, car leur ile est devenue inhabitable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On remarque tout de même que les habitants de la zone ont la mémoire courte puisque la disposition des coulées récentes de 1955 est quasi identique, le long de la Rift zone puis sortie plus abondante à l'est. Les habitants sont restés à l'époque où s'agit-il d'une zone de peuplement plus récente?

      Supprimer
  19. Bonjour, merci beaucoup pour toutes ces mises jours, la situation est vraiment passionnante à suivre, et tout est parfaitement expliqué sur l'évolution de cet épisode magnifique (et à la fois triste pour les locaux bien sûr...).
    Je suis tombé sur une vidéo prise par un local dans ce qui semblerait être un magasin peu de temps avant qu'il soit détruit par la lave, les images sont apocalyptiques : https://www.youtube.com/watch?v=UQlmNzw-yYo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. C'est vrai que c'est une situation peu fréquente et, à dire, vrai, je n'aurais jamais imaginé pouvoir suivre ça, même de loin, quand j'étais gosse et que j'étais fasciné par les image de l'éruption de Kapoho en 1960, très similaire.
      Pour la vidéo malheureusement, elle a été retirée visiblement et je n'ai pas pu la voir...
      Bonne journée :)

      Supprimer
  20. Bonjour. Je suis intrigué par les images radar de l'extension du pit crater dans Halema'uma'u. Ce dernier est selon les sites considéré comme un cratère ou ici comme une caldeira. Si ce dernier terme correspond mieux à son processus de formation (et que Halema'uma'u serait ainsi une petite caldeira dans la caldeira du Kilauea)peut-on imaginer, si la vidange se poursuit au même rythme, que le pit crater finissent par occuper l'ensemble de Halema'uma'u par effondrement successifs? Ou bien que le "plancher" de Halema'uma'u s'affaisse progressivement, ce qui devrait être observé par des instruments de mesure?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. Alors attention: Overlook est un Pit Crater ouvert en 2008 dans la caldera d'aHalema'uma'u, elle-même affaissée dans une caldera plus large. C'est un jeu de poupées Russes cette affaire-là.
      Concernant le Pit Crater Overlook, le fait qu'il s'élargissent de plus en plus en normal mais j'ai vu passer comme un semblant de discussion concernant l’appellation qu'il faut lui attribuer: toujours Pit Crater ou faut-il commencer à l'appeler lui-aussi "caldera"? Vu son mode d'élargissement, qui n'est pas un affaissement à proprement parler mais plutôt une série d'éboulements successifs, je suis personnellement plutôt favorable pour le moment pour continuer à le décrire comme Pit Crater. Quelle largeur finira-t-l par atteindre? Impossible de le savoir...mais la surface de la caldera d'Hamela'uma'u me parait quand même très grand. Le sommet du Kilauea continue de s'affaisser lentement (au moins 1 m de perdu depuis le début de la crise) mais je ne sais pas si cela va se terminer par un jeu des failles qui bordent la caldera et, in fine, par son élargissement ou approfondissement à elle-aussi. A voir!
      Bonne journée :)

      Supprimer
  21. Bonjour. A t'on une idée de la profondeur du magma actuellement, étant donnée qu'ils s'attendent à une grosse éruption (explosion) qui est soit disant imminente si le magma passe sous le plancher de la nappe phréatique.!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Dom67. Non pas de notion précise sur la position du magma mais si on simplifie le système d'alimentation actuelle à une simple tuyauterie, je dirais que le niveau de la colonne de magma sous la sommet doit être au maximum au niveau de l'altitude de la fissure 8 -soit 1000m de moins que le sommet- mais probablement au-dessus (- donc quelques centaines de mètres sous la sommet. C'est que mon avis, mais j'ai rien de précis. :)
      CV

      Supprimer
  22. Bonjour CV: Est ce que la fissure 8 ne prend pas la place du PU U OO et sert d'exutoire a la chambre magmatique du Kilauea?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dison que pour le moment oui c'est ce qu'il se passe. Le magma était drainé depuis 1983 par la Rift-Zone Est mais sortait vers 700 m d'altitude, ce qui a construit le Pu'u O'o (ce cône n'existait pas avant 1983). Depuis début mai c'est une fraction plus éloignée de cette même Rift-Zone qui a pris le relai et drainé le système d'alimentation qui construisait le Pu'u O'o et les champs de lave associés (le plus récent étant le 61G dont j'ai décrit les grandes étapes dans ce blog). Maintenant est-ce que cette zone éruptive va perdurer aussi longtemps? Difficile de le dire... Est-il possible que l'activité ne revienne pas au Pu'u O'o après cette crise? Possible oui mais seul l'avenir le dira.
      Bonne soirée :)
      CV

      Supprimer
  23. Bonsoir
    impressionnant ces effondrements ! reste-t-il seulement un conduit ou bien est-ce totalement obstrué maintenant ? (plus tellement d'emission de cendres en tout cas !!)

    RépondreSupprimer
  24. d'autre part sur les images du Halema'uma'u Overlook, on voit des fissures fumantes bien au-dela de la caldeira d'origine... pourrait-on assister a la formation d'une nouvelle caldeira (?!!!) ou à un effondrement type Dolomieu 2007 (en plus large !) suite à la vidange des conduits / chambre magmatique ?! sacrée éruption en tout cas et encore merci pour le suivi ;)

    RépondreSupprimer
  25. https://www.google.com/maps/d/u/0/viewer?mid=1ZWnrwPSqtoOpdjj5QKaBZPQACQOzv5YD&ll=19.478515804024443%2C-154.86484301702927&z=14

    RépondreSupprimer
  26. Bonsoir
    Que deviennent les rivières que les coulée de laves coupent, est ce que l'eau s'évapore au contact, est ce que ça fait des bassins de rétention qui risque de "craquer" ou qui forment des futurs lacs, est ce qu'elles se détournent et inondent leilani estates ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. Sur les cartes les lignes bleues représentes avant tout les lignes de plus forte pente, donc ds zones où, éventuellement, des rivières peuvent exister mais il peut s'agir d'endroits secs (et je pense que c'est souvent le cas, vue que le sous-sol est constitué de coulées anciennes et fracturées, très perméables).
      A priori donc, pas de rivières à ces endroits là, ou très peu et si les coulées constituent des barrages, il faudra attendre quelques mois au moinspour que se forment des lacs de rétention.
      CV

      Supprimer
    2. Bonjour,
      Merci de votre réponse, je pensait que c'était une multitude de rivières, je me suis trompé. Merci beaucoup pour toutes les infos. Est ce que vous avez des nouvelles du Kadovar, est qu'il a toujours sa petite ile accrochée ?
      Bon dimanche

      Supprimer
  27. Des images du Pu'u'O'o vide, sec, vidangé...
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=oOJFV_57fHs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui: j'ai fait passer cette séquences via twitter il y a quelques jours : carrément impressionnant, et même fascinant! MERci!
      CV

      Supprimer