18 mai 2017

Eruption éclaire au Piton de la Fournaise et nouvelle explosion au Bogoslof

Piton de la Fournaise, France, 2632 m

"Frustrante" est l'adjectif, je pense, le plus adapté pour décrire l'ambiance qui règne depuis hier pour toutes celles et ceux qui suivent la situation du Piton de la Fournaise. Dès 13h40 l'OVPF indique qu'une crise sismique importante débute au sommet de l'édifice, accompagnée d'une inflation (gonflement) marquée, signe que le magma est alors en approche de la surface.C'est dès ce moment que le Préfet à déclenché l'alerte 1 du plan ORSEC, avec fermeture préventive de l'Enclos.
Cette situation n'est pas arrivée d'un coup: dans un communiqué publié le 02 mai l'OVPF signalait qu'une hausse des émissions de CO2 diffusé à travers le sol était enregistré sur les stations distantes depuis fin mars, signe qu'une masse de magma située en profondeur était présente.
Mais en ce 17 mai, une partie de ce magma parvient à remonter jusqu'en surface et, vers 20h10 les instruments de l'observatoire indiquent qu'une activité éruptive, la seconde en 2017, a débuté sur le versant nord-est du Dolomieu, obligeant le Préfet à passer l'alerte au niveau 2-2....

La seule indication qu'une éruption a eu lieu: le pic de trémor à droite. Image: OVPG/IPGP
 
Et c'est là que la frustration commence car alors tout le massif est sous une épaisse couche de nuage: pas la moindre incandescence à se mettre sous les paupières, et ce de toute la nuit! Et ce n'est pas tout! Car on apprend aujourd'hui que l'éruption a visiblement déjà pris fin, vers 1h du matin. Rien, pas une image de l'événement, à part des nuages....Même le MIROVA n'a rien détecté, les signaux thermiques ayant été absorbés par les nuages. La détection spatiale du SO2 ne donne rien non plus, l'événement n'en ayant pas assez produit, il a de plus probablement été rapidement dilué dans les gouttelettes d'eau des nuages.
L'OVPF indique toutefois ce matin que la sismicité volcano-tectonique n'est pas calmée et qu'il n'est pas impossible qu'une nouvelle phase débute à court ou moyen terme. Toutefois rien n'est jamais certain et il faut attendre.

Sources: OVPF/IPGP; Préfecture de la Réunion; merci à Olivier Dupéré :)

Bogoslof, États-Unis, ~150 m

Après plus de deux mois de silence l'Alasko Volcano Observatory a pu détecter une nouvelle explosion le 16 mai au soir sur le Bogoslof. L'événement a commencé à 22h32 (heure locale) et a duré 73 minutes, pendant lesquelles s'est développé un panache de cendres qui semble avoir atteint, d'après les donnée satellites, environ 10 km d'altitude (et donc de hauteur aussi pour le coup). 

En haut du tracé, le signal sismique produit par l'activité explosive du 16 mai au soir (17 mai matin, en TU). Image: AVO.USGS

 Quelques dizaines d'éclairs ont été détectés, signes que la charge en cendres du panache était plutôt importante (peut-être que les ions contenus dans l'eau de mer aident à créer des différentiels de charge et donc des éclairs). Il semble que le panache en question a pu être observé par des pilotes, et de faibles chutes de cendres ont été repérées sur l'île d'Umnak, dans la communauté de Nikolski, à environ 120 km au sud-ouest de l'édifice.

Le panache se déplace donc vers le sud-ouest et, ce matin, se trouve à plus de 1200 km de sa source, repéré grâce à sa charge en SO2 assez importante.

Le panache de cendres et gaz se déplace vers le sud-ouest. Images: ESA/SACS
Au début du moi des images très impressionnantes avaient été faite à bord d'un bateau des gardes-dôtes. On y voit le lac remplissant le cratère produit par les explosions fumant à cause de sa température plus élevée que celle de l 'air ambiant, vaporisé lentement par la source de chaleur qu'il cache (très fortes émissions de gaz à haute température très probablement). La couleur de l'eau est aussi différente en raison des composés chimiques libérés par le dégazage du magma et qui réagissent avec ceux présents dans l'eau de mer: quelle ambiance!

L'île-volcan de Bogoslof le 08 mai: le cratère produit par les explosions successives est empli d'un lac fumant. Image: Max Kaufman, via AVO/USGS

Le niveau d'alerte aviation a été immédiatement élevée au rouge au moment de la détection de l'activité explosive, puis a été réévalué à l'orange. Cette phase indique que la situation du Bogoslof n'est pas stabilisée et d'autres explosions sont possibles. Et après plus de 2 mois sans explosions, la survenue de celle-ci oblige donc à se demander si une nouvelle phase de l'éruption n'a pas débuté. La surveillance à court-moyen terme est donc à nouveau plus resserrée concernant ce volcan.

Sources: AVO/USGS; ESA/SACS;

5 commentaires:

  1. Bonjour,

    La reconnaissance aérienne n'ayant pas permis d'observer de sites éruptifs, l'OVPF a conclu sur le fait qu'il n'y a pas eu d'éruptions sur la Fournaise. L'intrusion n'a pas atteint la surface, le trémor étant produit par le dégazage dans les fractures induites de l'intrusion...

    Curieux, singulier et très intéressant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. J'avoue que ça me rassure! Car, expérience aidante, je trouvais plus qu'étonnant (presque impossible) que pas une seule webcams ne montre la moindre petite lueur tout au long de la nuit alors qu'il n'y avait qu'une mer de nuages (la lune était visible sur les images du Piton Basalte) sur le massif. J'en arrivait à douter que l'éruption se soit réèllement produite, mais comment douter de ce que les volcanologues eux-même analysent comme un signal d'éruption? Je me disais donc qu'on avait juste pas de bol. Or Tu as raison: le dernier bulletin OVPF parle de fractures sèches: le dégazage a du être plutôt fort pour engendrer un signal similaire à celui d'une activité éruptive. Aucun bruit n'a été perçu par des randonneurs tardifs ou es curieux venus là-haut en espérant voir le début d'une éruption? Que voilà une situation inattendue! A la bonne heure: ça fait plaisir d'être surpris par le Piton de la Fournaise!
      @+ :)

      Supprimer
    2. Apparemment, quelques personnes ont entendus des "booms", mais en plein brouillard...

      Ce qui me surprend, c'est que le magma arrive assez haut dans l'édifice pour produire le trémor, mais qu'il ne sorte pas... Il a peut-être profité de la zone fracturée qu'est la rift-zone pour s'y insérer, ce qui serait remarquable pour une zone qui "conduit" les éruptions...

      Très très surprenant ce volcan !

      Supprimer
  2. Vraiment étonnant !!
    le dernier rapport (17h30) dit ceci: "À l’heure actuelle, cette sismicité se poursuit, indiquant la poursuite de l’activation du magma en profondeur. De même, les déformations du cône terminal se poursuivent mais à faible intensité."

    le site était en maintenance toute la journée, et actuellement, les webcam ne sont pas rafraîchis.

    Pour info, sachez que les données CO et SO2 devraient bientôt être chiffrés et non plus simplement des infos de tendance dans les rapports journaliers (mais pas de délais indiqués).

    je reste à l’affût.

    RépondreSupprimer
  3. Dans le Dossier Pour la Science n° 67 Avril-Juin 2010 il y a une photo montrant la propagation d'une fracture qui s'est arrêtée à 5 m de la surface il y a 600 ans dans la région de Reykjavik.

    RépondreSupprimer