3 juillet 2016

L'activité explosive se poursuit sur le volcan Santa Maria-Santiaguito (MàJ)

L'activité reste importante sur le mini stratovolcan Caliente. Plusieurs explosions ont eu lieu ces derniers jours, selon les même modalités que la majeure partie de celles qui se sont produites depuis février.

Les explosions, que l'on peut faire entrer sans trop de problèmes dans la catégorie "vulcaniennes", génèrent des panaches assez imposants, hauts de 2-3 000 m en général. Ce fut le cas  notamment les 29 juin et 01 juillet. Cette dernière a une petite particularité toutefois: le départ a pu être filmé depuis le belvédère situé sur le rebord nord de la cicatrice d'avalanche du Santa Maria, formée au moment de l'éruption cataclysmale de 1902. Cet endroit est l'un des points d'observation principaux de l'activité du Santiaguito.

video


On y voit bien le développement de la colonne éruptive (panache de cendres), mais malheureusement pas le départ des écoulements pyroclastiques décrits dans le bulletin spécial publié par l'INSIVUMEH, qui se sont développé exactement à l'opposé des observateurs.

Il faut noter que les modélisations de trajectoire des projectiles, réalisées sur la base de modèles mathématiques produites au début des années 2000 par l'UGSG, et qui prennent en compte de nombreux paramètres dont la densité, la forme du projectile, sa vitesse et son angle d'éjection, les frottements dus à l'air etc, indiquent que des impact de fragments larges d'1m peuvent survenir dans un rayon de 3 km. Or le point de vue d'où ont été faites les images ci-dessus se trouve dans cette zone "impactable".

Les différentes lignes correspondent aux zones où des blocs de mêmes dimensions (ici 1m de diamètre, sur le modèle d'une sphère probablement) peuvent frapper le sol, selon leur vitesse d’éjection. Image: Rudiger Escobar Wolf/MTU

En raison de vents venant essentiellement du sud-est, cette fois ce ne sont pas les villages situés au pied du versant sud-ouest qui ont été affectés par les chutes de cendres, mais tous ceux qui se trouvaient sur un axe sud-est-nord-ouest. Les cendres ont franchis la frontière Mexicaine et sont ainsi tombées en (relativement) grande quantité dans le sud Chiapas, notamment à Tapachula,Tuxtla Chico, Metapa, villes frontalières situées à environ 35 km de l'édifice.

El texto original de este artículo fue publicado por la Agencia Quadratín en la siguiente dirección: https://chiapas.quadratin.com.mx/principal/tras-erupcion-volcan-santiaguito-cae-ceniza-municipios-chiapas/

Este contenido se encuentra protegido por la ley. Si lo cita, por favor mencione la fuente y haga un enlace a la nota original de donde usted lo ha tomado. Agencia Quadratín. Todos los Derechos Reservados © 2016.

Voitures situées au Mexique, couvertes des cendres de l'explosion du vendredi 01 juillet. Image: Juan Manuel Blanco/Qadratin

Les niveaux d'alerte ne sont pas modifiés pour le moment et aucune évacuation n'est prévue car l'activité, certes impressionnante, reste stable. Les rivières qui descendent du massif sont par contre l'objet d'une surveillance accrue du fait du risque de coulées de boue (lahars).

Mise à jour, 06h51

Lors de l'explosion de vendredi, des images ont été faites depuis la ville de Quetzlatenango par certains habitants qui, en plus de cendres, on pu assister à la chute de fragments de taille plus importante. La ville est située à environ 10 km au nord-est et entre elle et le Santiaguito se dresse l'imposante masse du Santa Maria.

Un petit bloc tombé sur le toit d'une voiture le 01 juillet. Image: Eric Colop, Via Stereo100Xela
Certes voir tomber ces blocs à 10 km du site de l'explosion est impressionnant, mais on ne sait pas quelles sont les qualités du bloc en question: est-il léger ou lourd? Dense ou ponceux? Car chacun de ces paramètres pourrait donner des indications quand à la trajectoire qu'il a suivie. A-t-il été emporté, et transporté, par le puissant courant ascendant qui se développe dans le panache de cendres (trajectoire complexe),  ou a-t-il suivi une trajectoire plus classique, dite parabolique (la trajectoire suivie par un caillou qu'on jette)? Quoi qu'il en soit je n'aurais pas aimer prendre ce petit bloc sur la tête!

Sources: INSIVUMEH; Rudiger Escobar Wolf et Betel Ramirez Batute; Stereo100Xela

2 commentaires:

  1. Salut Fabrice!! pour moi c'est un cannular
    Si c'était un lithique dense, on verrait un sérieux coup dans la carrosserie
    et si c'était un fragment ponceux emporter dans la colonne, le reste du dépôt de retombée aurait une granulométrie beaucoup plus grossiére

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Robin. C'est toujours possible en effet. Pour ma part, je n'ai, par défaut, pas pensé à un canular et j'ai plutôt eu l’impression d'un fragment léger, et pour les mêmes raisons que toi en l'occurence: des fragments denses projetés à 10 km, de cette taille: ca aurait fait des dégâts et les gens en auraient parlé. Mais je ne suis pas sur place, je n'ai pas l'échantillon en main, je ne peux pas le regarder, le toucher et en effet le mec a pu collecter la cendres et l'agglutiner avec de la colle, pourquoi pas. Mais je ne peux rien concrètement rien déduire. Le fragments a tout de même pu être ramassé par terre et pas sur la voiture, ou alors il y a un impact sur la voiture mais il est hors champ.... Bref sans être sur la scène de crime, difficile de déduire et de trancher, mais l'idée du canular est vraisemblable, c'est vrai. Peut-être que l'INSIVUMEH et/ou le CONRED feront des précisions si cette images leur parvient et confirmerons le canular (ou pas)? En attendant je te souhaite une bonne journée, moi je dois aller me coucher: la journée de demain sera particulièrement rude!

      @+ et merci de ton hypothèse :)

      Supprimer